Sélection de fonds

Actions

Fidelity Funds World Fund

Option Finance - 23 mars 2015 - Sandra Sebag

Fidelity Funds World Fund

Depuis plusieurs mois, les fonds actions globaux rencontrent un réel succès car ils permettent de s’exposer aux zones de croissance et affichent de ce fait un rendement attractif en comparaison aux actifs obligataires.

Pourquoi investir sur ce fonds ?

Le fonds de Fidelity FF World Funds investi sur les actions internationales a pour objectif de surperformer son indicateur de comparaison : le MSCI World, de 4 % brut de frais par an sur un cycle de trois ans. Investi sur les actions des pays développés, le fonds s’expose à un univers particulièrement riche au travers d’un portefeuille concentré. Grâce à sa sélection de valeurs, il permet de bénéficier pleinement de l’engouement pour les innovations technologiques (santé, technologie de l’information) et de la puissance de marques pérennes et de qualité souvent leaders dans leur domaine d’activité. Autre caractéristique de ce fonds : l’une de ses thématiques est axée sur la restructuration des entreprises et les situations spéciales qu’elles peuvent rencontrer. Cette thématique a soutenu les marchés en 2014. Les fusions et acquisitions par exemple, qui font partie des situations spéciales, ont progressé l’an dernier de 47 % dans le monde par rapport à 2013. Le gérant du fonds a la conviction qu’il s’agira également d’une composante importante de la performance en 2015. Cette thématique est en effet particulièrement adaptée à la situation actuelle des marchés développés : dans un environnement où il y a peu de croissance comme en Europe, les entreprises cherchent à «se réinventer» à travers des opérations externes ou de restructurations internes qui permettent de créer de la valeur. Le gérant possède également deux autres thématiques d’investissement dans son fonds : les franchises fortes et les sociétés décotées. Les premières affichent une position dominante sur le marché ainsi qu’un cash-flow (trésorerie) élevé et en croissance. Les sociétés décotées ont quant à elles un potentiel de revalorisation élevée non reconnu par le marché. Ces deux thématiques sont plus difficiles à mettre en œuvre que la première dans le contexte actuel. «Après plusieurs années de profit et d’amélioration des marges dans la plupart des industries, les entreprises décotées et de qualité à un prix raisonnable se font de plus en plus rares, prévient Jeremy Podger. Cependant, certaines thématiques comme les entreprises en situation de changement offrent aujourd’hui une multitude d’opportunités à l’échelle internationale.»

Le processus d’investissement du fonds

Ces thématiques des situations spéciales, franchises fortes et valeurs décotées sont systématiquement couplées avec une analyse rigoureuse centrée sur la valorisation. Pour identifier les valeurs ou «pépites» au niveau mondial, Fidelity possède des bureaux de recherche et d’analyse composés de 150 professionnels dédiés aux actions répartis dans 12 pays à travers le monde. Ces professionnels se situent ainsi au plus près des entreprises et de leurs managements, ce qui leur permet de générer des idées d’investissement. Le portefeuille est concentré, il contient entre 50 et 90 valeurs.
La sélection de valeurs n’est pas contrainte en termes de secteurs, de taille de capitalisation ou de pondération par titres, le fonds peut même être investi en dehors des zones géographiques principales du compartiment. La sélection est ainsi flexible afin de profiter au maximum des opportunités de chaque marché.
Cette gestion active s’accompagne aussi d’un contrôle du risque à même de pouvoir délivrer de la performance dans tous les cycles de marché. Pour cela, le gérant analyse la contribution et la corrélation au risque de chaque valeur. Il gère ainsi activement le risque dans le cadre de la construction de son portefeuille.
La performance sur trois ans de ce fonds est de 84,0 % contre 76,4 % pour l’indice de comparaison et 56,6 % pour les fonds de la même catégorie (actions internationales grandes capitalisations mixtes). Le gérant possède une surperformance moyenne par rapport au MSCI World sur longue période (depuis 1996) de 290 points de base.
A noter : ce fonds est éligible aux contrats d’assurance vie et aux comptes titres.

La société de gestion

Avec 275 milliards de dollars d’actifs sous gestion et employant près de 400 professionnels de l’investissement à fin décembre 2014, Fidelity Worldwide Investment se positionne parmi les leaders de la gestion d’actifs dans le monde. La gestion internationale constitue une de ses spécialités phares, la société de gestion possédant 17 milliards de dollars d’actifs sous gestion dans des fonds globaux et 14 gérants spécialisés dans cette classe d’actifs.
Présente en France depuis 1994, Fidelity a fait le choix de s’implanter à travers une société de gestion locale. Composée de quatre gérants, cette structure gère des fonds d’allocation d’actifs, des fonds investis sur les actions françaises et européennes. Elle est également en charge de la gestion des actions nordiques pour l’ensemble du groupe. Les équipes commerciales proposent en France des solutions d’investissement et mettent à la disposition des investisseurs hexagonaux une gamme complète de plus de 190 OPCVM gérés par le groupe, dont 12 sont éligibles au PEA.

Le gérant

Jeremy Podger est un gérant particulièrement expérimenté avec 27 ans d’ancienneté et plus de 21 ans dans la gestion de fonds actions internationales. Il a rejoint la société de gestion Fidelity Worldwide Investment en 2012 en tant que gérant actions internationales sur le fonds Fidelity Funds Global Situations Fund, puis en reprenant la gestion de Fidelity Funds World Fund. Il a travaillé auparavant pendant neuf ans chez Threadneedle comme responsable des fonds actions globaux et pendant sept ans chez Investec. Il a démarré sa carrière comme gérant actions à la Saudi International Bank en 1987 avant de collaborer à Mirage Resources comme gérant d’actions européennes et globales. Il est titulaire d’un master de philosophie de l’Université de Cambridge et d’un MBA de la London Business School.

Les convictions du gérant, Jeremy Podger

Fidelity Funds World Fund

Quelle est la spécificité de votre univers d’investissement ?

Sa spécificité réside très probablement dans sa diversité : l’indicateur  de comparaison le MSCI World contient plus de 1 600 valeurs. Avec 50 à 90 valeurs en portefeuille, on mesure plus facilement ce que l’on entend par «portefeuille de convictions». Nos capacités de recherche propriétaire mondiale, avec plus de 150 analystes actions couvrant 95 % de la capitalisation mondiale, constituent donc un avantage concurrentiel important. Les échanges au quotidien avec les analystes de Fidelity sont une source permanente de génération d’idées.

Pourquoi mettre l’accent sur les entreprises en restructuration et les situations spéciales ?

Au sein des trois thèmes d’investissement du fonds : franchise forte, valeurs décotées et sociétés en situation de changement, cette dernière catégorie a été celle qui a le plus contribué à la performance en 2014. Elle a ainsi vu sa pondération régulièrement augmenter au sein du portefeuille pour se situer actuellement à environ 25 % de l’actif du fonds. L’année 2014 a été riche en opérations de restructuration diverses et l’année 2015 devrait l’être tout autant. Dans un contexte de taux bas, les entreprises disposant de bilans solides recherchent des relais de croissance et de la rentabilité au travers d’opérations de fusions-acquisitions ou de cessions d’activités. Les opportunités d’investissement ne manqueront donc pas à ce stade du cycle. En outre, cette thématique échappe aux gestions passives car les benchmarks n’intègrent ces opérations que trop tardivement alors que les gestions réellement actives peuvent s’affranchir des indices et s’exposer en amont à ces valeurs.

A quels types d’opérations vous intéressez-vous ?

En premier lieu aux fusions, on peut mentionner dans cette catégorie la société Holcim qui fusionne avec Lafarge. Mais aussi aux cessions d’activités : Société Direct Line Insurance Group par exemple, dans le secteur de l’assurance au Royaume-Uni, a récemment cédé ses activités en Allemagne et en Italie. Enfin, les opérations de «spin-off» et les IPO nous intéressent, citons par exemple Citizens Financial Group dans le secteur des financières aux Etats-Unis, dont la valorisation est encore particulièrement basse au regard des rachats d’actions et des dividendes attendus.

Quels sont les secteurs et zones géographiques les plus surpondérés actuellement et pour quelles raisons ?

En termes de zone géographique, les poids les plus importants sont représentés par les Etats-Unis et le Japon, mais il s’agit d’une résultante de la sélection de valeurs et pas d’un pari «top-down». Malgré le rallye des dernières années aux Etats-Unis, nous continuons de surpondérer la zone car l’amélioration de l’emploi et de l’immobilier stimule la croissance sur le continent qui constitue une véritable locomotive mondiale. Au Japon, la situation est plus complexe sur un plan macroéconomique, mais les bonnes nouvelles ne manquent pas pour autant. La banque du Japon stimule l’économie au travers de sa politique accommodante. Par ailleurs des changements réglementaires au niveau des fonds de pension japonais devraient accentuer la demande domestique pour les actions japonaises. Enfin, la faiblesse du yen est une très bonne nouvelle pour les sociétés exportatrices nippones. En termes de secteurs, nous retenons les technologies de l’information, la santé ainsi que les biens de consommation cyclique. Là encore, il s’agit d’une résultante. Les technologies de l’information et le secteur de la santé permettent de s’exposer à des business models particulièrement innovants, sous-valorisés et disposant d’un fort potentiel de croissance. Les pays développés, les Etats-Unis en tête, sont leaders en la matière.

Rechercher un autre fonds

Autres fonds gérés par cette société