Sélection de fonds

Actions

Fourpoints Thematic Selection

Funds Magazine - 26 février 2021 - Ingrid Labuzan

Pourquoi investir dans ce fonds ?

Fourpoints Thematic Selection est un fonds de fonds thématique d’actions internationales, dont Fourpoint IM a pris en charge la gestion en octobre 2020. Sa thématique centrale d’investissement est le bien-être de l’homme et la protection de la planète. Il répond à un double constat de Fourpoints IM, spécialiste de la multigestion. D’une part, un intérêt marqué des investisseurs pour les fonds thématiques, comme la société de gestion a pu l’observer avec son offre de gestion sous mandat thématique. D’autre part, avec la croissance continue de l’univers des fonds thématiques, Fourpoints IM pense pouvoir apporter une solution d’investissement plus diversifiée pour les investisseurs soucieux de comprendre leurs investissements en actions.

Fourpoints Thematic Selection est conçu pour multiplier les niveaux de diversification. Diversification du thème central d’investissement, qui se décline en quatre piliers, bien-être, respect de l’environnement, innovations technologiques et monde meilleur. Diversification ensuite au sein des piliers, où les gérants associent des fonds complémentaires qui diffèrent par leur expertise, leur style de gestion ou encore leur comportement dans différentes phases de marché. « Cette diversification permet d’amortir les chocs sans pour autant diluer la performance », constate Nathalie Pelras, directrice générale et directrice des gestions de Fourpoints IM. Elle voit également dans ce fonds de fonds thématique une occasion de s’extraire des allocations sectorielles, mais aussi de la classique dichotomie entre les gestions croissance et value.

Le processus d’investissement du fonds

Les gérants de Fourpoints Thematic Selection disposent d’une connaissance fine de leur univers d’investissement grâce à leur expérience de la gestion sous-mandat thématique. L’expertise spécifique de l’équipe de gestion des fonds sélectionnés est l’un des principaux critères d’investissement. A tel point que les gérants de Fourpoints IM peuvent ainsi « suivre » un expert lorsqu’il lance un nouveau produit, à condition que celui-ci s’inscrive dans l’une des quatre thématiques de Fourpoints Thematic Selection. Les échanges entre les équipes des fonds retenus et celles de Fourpoints IM sont au cœur du processus de gestion. La forte croissance du nombre d’instruments sur le marché conduit le nombre de lignes du portefeuille – actuellement une vingtaine – à augmenter régulièrement. Les gérants peuvent également sélectionner des ETF, qui procurent une diversification élevée tout en répondant à des sous-thématiques, comme certains aspects de la santé ou de l’économie circulaire. Sans oublier que les ETF sont avantageux en matière de frais.

L’allocation se répartit actuellement ainsi entre les quatre piliers, dont le poids est sensiblement similaire mais peut fluctuer : 28 % sur le pilier environnement, 24 % sur le monde meilleur, 23 % sur les innovations technologiques, 20 % sur la santé, et le reste est en cash. Le pilier environnement a récemment gagné en importance, car il recouvre un nombre élevé de produits aux histoires très différentes. Il permet donc de réaliser plusieurs investissements sans risquer de chevauchement. Cette absence d’« overlap » est un critère important pour les gérants dans la sélection des fonds. Le poids de chaque pilier peut également être ajusté en fonction du contexte, le pilier environnement a ainsi été renforcé après la victoire de Joe Biden. « Il est important de surveiller la capacité de chaque thématique à capter des flux d’investissement », explique Nathalie Pelras. Si les piliers ont en commun de reposer sur des thématiques de croissance, la diversité des sous-thématiques évite d’investir dans des fonds trop fortement valorisés. Les gérants demeurent très libres dans la construction et dans la gestion de Fourpoints Thematic Selection, en attachant une importance à la contribution de chaque fonds à la performance globale du portefeuille. L’objectif de performance est celui d’un fonds actions dynamique, soit 6 % en moyenne sur le long terme.

La société de gestion

Fourpoints est une société de gestion indépendante, franco-américaine, spécialisée dans la gestion de portefeuilles. L’expertise de Fourpoints IM se décline en deux spécialités. La gestion actions, au travers une gamme de fonds actions de conviction couvrant les principales zones géographiques. La multigestion, qui se décline au travers d’une grande variété de modes de gestion : gestion sous-mandat, gestion pilotée. Les solutions d’investissement s’adressent aussi bien aux particuliers qu’aux institutionnels et aux CGPI. 

Les convictions des gérants

Nathalie Pelras, directrice générale et directrice des gestions de Fourpoints IM, a été gérante de portefeuille et responsable de la gestion et de la recherche chez Richelieu Finance, rachetée ensuite par KBL. Elle rejoint Fourpoints IM en 2017 et contribue à la création de l’activité de gestion sous mandat et de gestion pilotée.
Olivier Jezequel, gérant de portefeuille et sélectionneur de fonds, a été gérant actions chez OFI AM puis a travaillé chez Agami et Herez. Depuis 2017, il développe l’offre de multigestion et la gestion pilotée de Fourpoints IM.

La thématique du fonds se traduit-elle par un biais géographique dans le portefeuille ?

Nous investissons dans des fonds « monde », et notre exposition géographique directe reflète celle des grands indices mondiaux. Le poids des Etats-Unis est le plus important, comme dans le MSCI World, suivi par l’Europe. Le biais géographique n’entre pas en ligne de compte dans notre sélection. En revanche, selon les thématiques et les styles de gestion, certains fonds peuvent avoir un biais « petites et moyennes capitalisations », auquel nous prêtons une grande attention.  Au final, le positionnement « moyennes capitalisations » du fonds  représente un moteur de surperformance important pour battre les indices actions traditionnels.

Pourquoi le pilier « monde meilleur » n’est-il pas plutôt dédié à l’investissement à impact ?

Nous l’avons envisagé, mais nous voulons construire des histoires et non empiler des fonds. Ainsi, le premier produit à impact que nous avons sélectionné est le fonds Better World de Montanaro. Toutefois, nous voulions absolument avoir un fonds consacré à l’Afrique, sous-thématique qui nous semble indispensable au sein de ce pilier. Nous avons trouvé un tel produit chez Bellevue Asset Management. Ce n’est pas un fonds à impact, mais il s’inscrit parfaitement dans notre objectif de construction d’un monde meilleur. C’est également un fonds très décorrélant, donc intéressant à plus d’un titre. Finalement, l’investissement à impact est un moyen et non une finalité.

Quelles sous-thématiques privilégiez-vous actuellement ?

Les sous-thématiques de nos quatre piliers évoluent en fonction des transformations en cours dans les différents secteurs d’activité, notamment en matière d’innovations technologiques. Nous intégrons par exemple l’arrivée de la 5G.

Nous modifions également notre allocation pour répondre aux aléas du marché. Le pilier de l’innovation technologique permet de multiples possibilités d’investissement. Il recouvre l’intelligence industrielle – une des thématiques que nous privilégions –, la robotique ou encore l’efficience énergétique. Au sein de chaque pilier, nous échappons aux classifications traditionnelles de marché et réalisons des arbitrages. En novembre dernier, par exemple, nous avons voulu renforcer la composante cyclique du portefeuille. Pour ce faire, nous avons augmenté le poids de deux de nos fonds, Pictet-Timber et Robeco Smart Materials. Le pilier de la santé nous permet également une forte diversification. Loin de nous concentrer sur la crise sanitaire, et donc d’être trop exposés à l’actualité et aux vaccins, nous avons aussi investi dans la recherche et les traitements contre les maux du siècle comme le cancer, avec le fonds Oncologie de Candriam. Enfin, le pilier bien-être est aujourd’hui positionné à 40 % sur la nutrition.

Rechercher un autre fonds