Sélection de fonds

Fonds diversifié

Generali Ambition

Funds - 28 avril 2014 - Carole Leclercq

Generali Ambition est un fonds diversifié à orientation européenne et à architecture mixte actions et taux. Les actions représentent au moins 50 % de l’actif, le solde étant investi majoritairement en obligations.

La poche actions, comprise entre 50 % et 80 % de l’actif dans la pratique, est le moteur de performance du fonds, tandis que la poche taux joue un rôle d’amortisseur selon les configurations de marché. «Cela confère donc à Generali Ambition un profil assez offensif dans l’univers des fonds diversifiés européens», explique l’équipe de gestion. Au sein de la poche actions, la sélection de titres repose sur des convictions fortes, tant sur les grandes valeurs que sur les petites et moyennes capitalisations. Generali Ambition respecte l’option fiscale NSK et est en conséquence positionné pour 5 % minimum en fonds de private equity (entreprises non cotées) et pour au moins 5 % en sociétés dont la capitalisation boursière n’excède pas 150 millions d’euros. Les positions sur les actions sont flexibles et diversifiées, afin de faire face aux différents contextes de marché.

La poche taux du fonds assure, pour sa part, la sécurisation du portefeuille, avec une sélection des titres selon des critères de maturité et de qualité des émetteurs visant à limiter la volatilité globale du portefeuille et à participer positivement au rendement. «Generali Ambition répond aux attentes des investisseurs souhaitant se positionner sur les marchés d’actions de manière dynamique, tout en bénéficiant du rôle d’amortisseur de la composante obligataire du portefeuille en cas de baisse», souligne l’équipe de gestion. Une stratégie d’investissement qui se reflète dans les performances du fonds. En 2013, Generali Ambition a progressé de 17,23 %, contre une hausse de 13,02 % pour son indicateur de référence. Sur cinq ans, la progression du fonds était à fin mars, de 78,07 %, contre + 54,54 % pour son indicateur. Il a par ailleurs été élu meilleur fonds de sa catégorie pour la quatrième année sur cinq et dix ans à l’occasion des Lipper Fund Awards 2014.
Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Le processus de gestion

La pondération entre les deux classes d’actifs est déterminée conjointement entre Benoît Trioux et Benoist Grasset suivant un processus opportuniste permettant de s’adapter aux évolutions des marchés financiers. La construction de la poche actions, hors NSK, découle d’une approche top-down qui permet de décider du poids attribué aux différents secteurs de la cote, et ce en fonction des vues macroéconomiques de l’équipe de gestion. Ces anticipations de marché permettent également d’identifier les thématiques à privilégier au sein de la poche actions. «En revanche, à l’intérieur de chaque secteur, une approche de pur stock-picking nous amène à implémenter des convictions fortes sur des valeurs offrant visibilité et croissance, convictions qui se reflètent convictions qui se reflètent dans le poids embarqué en portefeuille», explique Benoît Trioux, gérant en charge de la poche actions du fonds.

L’équipe de gestion peut également avoir recours à des couvertures sur indices afin de protéger le portefeuille le cas échéant et d’abaisser ainsi l’exposition actions, sans toucher au stock-picking. Pour la partie taux, l’analyse des fondamentaux macroéconomiques des grands pays développés est un préalable à la sélection des titres. La poche taux est ensuite construite en lien avec son indice de référence, le JP Morgan EMU 7-10 ans. «En premier lieu, nous définissons le niveau de sensibilité que nous souhaitons refléter, explique Benoist Grasset, en charge de la poche taux. Ensuite, le benchmark nous sert de base de réflexion pour nous positionner sur la courbe des taux et pour définir le poids nos investissements au sein de la zone euro.»

La société de gestion

Avec plus de 340 milliards d’euros d’encours sous gestion au 31 décembre 2013, Generali Investments Europe figure parmi les plus grands acteurs de la gestion d’actifs en Europe. Forte de la solidité financière et de l’historique du groupe Generali, l’entité bénéficie d’une approche intégrée lui permettant de s’appuyer à la fois sur les études économiques globales élaborées au sein de Generali Investments Europe et sur ses différentes expertises locales. Avec un savoir-faire reconnu sur les actions européennes, et notamment une expertise dans les petites et moyennes valeurs, ainsi qu’une position de leader européen en gestion de produits de taux, Generali Investments Europe est également un spécialiste de la multigestion. Autant d’expertises que la société de gestion développe dans des portefeuilles gérés selon une approche «prudente mais toujours active».

Questions à…Benoit Trioux, gérant actions de Generali Ambition

Benoit Trioux, gérant actions de Generali Ambition
Benoit Trioux

Quelles sont vos perspectives sur les marchés d’actions européens ?

La classe d’actifs reste portée par la poursuite de la croissance mondiale dans le sillage de la reprise aux Etats-Unis, mais également par l’amélioration de la conjoncture en zone euro. Bien sûr, la situation reste fragile de ce côté-ci de l’Atlantique, mais la BCE se montre déterminée à soutenir cette reprise. Le redressement des pays périphériques constitue un facteur de soutien. La croissance des résultats des entreprises européennes devrait donc repartir de l’avant et favoriser ainsi la hausse des marchés d’actions. De plus, les liquidités devraient continuer à affluer sur cette classe d’actifs qui offre aujourd’hui un rendement attractif et un potentiel de gain en capital. Des phases de volatilité ne sont toutefois pas exclues dans un contexte où les attentes sur les résultats des entreprises sont très élevées. Il faudra donc toujours faire preuve de flexibilité et savoir saisir les opportunités.

Quels secteurs privilégiez-vous ?

Dans le contexte actuel, nous sommes positifs sur le secteur bancaire car, même si les valeurs bancaires ont déjà fortement rebondi, leurs valorisations ne reflètent pas encore l’amélioration significative des fondamentaux de ce secteur. De plus, la contraction des spreads des obligations des Etats périphériques, signe d’une moindre aversion aux risques des investisseurs, soutient favorablement les grandes banques de ces pays, l’Italie en tête. Malgré la baisse des dividendes des titres du secteur des utilities, le marché n’a pas encore totalement intégré l’assainissement des bilans des sociétés de ce secteur, qui offrent ainsi des rendements toujours attractifs. En particulier, les producteurs d’électricité devraient voir leurs perspectives de rentabilité s’améliorer grâce à une stabilisation des prix de l’électricité en Europe qui ont atteint un point bas. Enfin, le secteur automobile bénéficie directement de l’amélioration de la conjoncture en zone euro et notamment de la recovery dans les pays périphériques ; il constitue l’une des thématiques actuelles de la poche actions.

Qu’en est-il des autres thématiques structurelles de la poche actions ?

La bipolarisation de la consommation reste une thématique cœur de portefeuille. Certains secteurs situés aux extrémités de la chaîne de consommation, comme la distribution hard discount et le luxe, s’avèrent en effet acycliques et continuent d’afficher de bonnes perspectives de croissance quelle que soit la conjoncture mondiale. Par ailleurs, nous avons maintenu nos investissements sur la thématique de l’évolution démographique (vieillissement de la population, santé). Enfin, depuis un an, nous avons opéré une transition progressive en privilégiant les sociétés qui bénéficient de la croissance domestique en eurozone plutôt que de celle des pays émergents.

Rechercher un autre fonds

Autres fonds gérés par cette société