Sélection de fonds

Obligations

Lazard Convertible Global

Funds magazine - Mars 2021 - Marianne Di Meo

Lazard Frères Gestion dispose d’un long track record sur l’univers des obligations convertibles, puisque le processus de gestion actuellement appliqué dans le cadre du fonds Lazard Convertible Global est en place depuis 2008.

Pourquoi investir dans ce fonds ?

Lazard Frères Gestion dispose d’un long track record sur l’univers des obligations convertibles, puisque le processus de gestion actuellement appliqué dans le cadre du fonds Lazard Convertible Global est en place depuis 2008. « Cette stratégie, qui se caractérise par une gestion active et qui privilégie les obligations convertibles au profil convexe, a enregistré des performances solides et régulières au fil du temps, le fonds ayant fait mieux que son indice de référence et s’étant distingué au sein de sa catégorie, et ce dans les phases de hausse comme de baisse des marchés », souligne Arnaud Brillois, directeur de la gestion des obligations convertibles.

L’ensemble des stratégies convertibles de Lazard Frères Gestion, qui totalisent 6,6 milliards d’euros d’encours au 31 décembre 2020, bénéficie de l’expertise de l’équipe de gestion (composée de cinq analystes gestionnaires et d’un analyste de portefeuille), dont les membres ont en moyenne onze ans d’expérience sur les marchés financiers, Arnaud Brillois bénéficiant pour sa part de plus de vingt ans d’expérience sur la classe d’actifs. « Quatre gérants de l’équipe sont basés à New York et un à Paris, ce qui nous permet de suivre 90 % du marché en temps réel, se félicite Arnaud Brillois. L’organisation des équipes nous permet même de faire tout notre trading en temps réel, y compris sur les marchés asiatiques. » L’équipe dédiée aux obligations convertibles peut par ailleurs s’appuyer sur les importantes ressources internes de la société de gestion en matière de recherche actions et crédit.

Ce fonds d’obligations convertibles global se distingue également par le fait que l’approche extra-financière a été intégrée tôt dans le processus de gestion. Les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance sont en effet pris en compte dans les choix d’investissement depuis 2016, ce qui reflète les convictions fortes de la société de gestion en matière d’investissement socialement responsable.


Le processus de gestion

Le fonds Lazard Convertible Global, qui investit dans les obligations convertibles à l’échelle internationale, répond à une gestion de conviction active, l’« active share » du portefeuille étant historiquement supérieure à 80 %, en moyenne. Il est géré en absolute return. L’indice de référence, le Refinitiv/Thomson Reuters Global Focus Hedged (EUR) Convertible Bond Index, sert donc uniquement pour établir des règles de diversification (en matière de secteurs, de zones géographiques) dans une optique de limitation des risques.

La construction du portefeuille – concentré autour de 65 à 85 titres, quand l’indice en comprend plus de 200 – suit à 85 % une approche bottom-up.

Pour opérer sa sélection de valeurs, l’équipe de gestion part de l’univers global des obligations convertibles, soit environ 1 000 valeurs, qu’elle filtre selon deux critères quantitatifs : un filtre de liquidité et un filtre de convexité, afin de profiter pleinement de l’asymétrie de la classe d’actifs. Sont de ce fait écartées les convertibles dont la sensibilité actions est trop élevée (car elles ne jouent plus leur rôle protecteur à la baisse) et, à l’inverse, celles qui sont trop exposées aux taux et qui n’offrent pas non plus de portage.

Les obligations convertibles ainsi présélectionnées font ensuite l’objet d’un screening qualitatif, qui vise à les analyser dans leur globalité : le potentiel de l’action sous-jacente, la qualité de crédit de l’émetteur, les différentes sensibilités de l’obligation convertible, les clauses juridiques dont est assortie l’émission, et le respect des critères ESG.

L’approche top-down entre en ligne de compte dans le processus de gestion à hauteur de 15 à 20 % seulement. « Dans une gestion de convertibles, si cette approche prend trop de place, on détruit la convexité de l’instrument, explique Arnaud Brillois. L’approche top-down nous sert donc uniquement pour ajuster l’exposition aux actions et la sensibilité aux taux du portefeuille. »


La société de gestion

Créé en 1848, le groupe Lazard intervient sur les métiers de conseil financier et de gestion d’actifs. Avec près de 3 000 collaborateurs répartis dans 27 pays, il gère 259 milliards de dollars d’actifs dans le monde (au 31 décembre 2020).

Lazard Frères Gestion est la société de gestion d’actifs du groupe Lazard en France, spécialisée dans l’investissement dans les valeurs cotées. Ses 180 salariés gèrent près de 30 milliards d’euros pour le compte d’investisseurs institutionnels et d’investisseurs privés. Elle bénéficie, pour conseiller ses clients, de tous les savoir-faire d’une grande maison de gestion adossée à un puissant groupe international : présence sur toutes les grandes classes d’actifs, implantation sur les zones géographiques majeures, ainsi qu’une équipe de recherche mondiale composée de plus de 100 analystes dédiés à la gestion d’actifs.

Les convictions de l'équipe de gestion

Arnaud Brillois, CFA, est managing director et analyste gestionnaire sur les obligations convertibles. Il a commencé à travailler dans l’industrie de la gestion d’actifs en 2000. Il a rejoint Lazard Frères Gestion (LFG) en 2008 en tant que directeur du département « convertibles », et co-directeur du pôle alternatif et produits structurés. En 2017, il a rejoint Lazard Asset Management à New York. Il est titulaire du CFA et de l’ISCID.

Le fonds affiche un track record solide. Comment expliquer ses performances ?

Effectivement, le fonds surperforme régulièrement l’indice de référence (le Refinitiv/Thomson Reuters Global Focus Hedged (EUR) Convertible Bond Index), l’écart ayant même atteint 1 120 points de base en 2020, une année exceptionnelle pour les obligations convertibles.

Au cours des cinq dernières années, 75 à 80 % de cet écart ont été générés par la sélection de valeurs, l’exposition aux actions ou aux taux n’y contribuant qu’à hauteur de 20 à 25 %. De quoi valider notre approche de gestion, active et de conviction.


Le gisement s’est considérablement enrichi au cours des derniers mois, ce qui est favorable à une gestion active comme la vôtre…

L’univers des convertibles offre aujourd’hui un mix sectoriel exceptionnel, avec à la fois des sociétés en croissance et des entreprises en situation de recovery.

À l’heure actuelle, le portefeuille est exposé aux deux catégories. Pour investir dans les sociétés en croissance, nous privilégions celles qui bénéficient d’un changement de comportement des consommateurs (dans le domaine du commerce en ligne, par exemple) et dont les résultats opérationnels et les bilans sont solides.

Le poids des entreprises en recovery (compagnies aériennes, croisiéristes, groupes hôteliers, services de réservation en ligne) est de l’ordre de 35 à 40 %. Si cette catégorie offre de belles opportunités d’investissement pour des questions de valorisation, il faut être très précautionneux sur la qualité de crédit pour investir. Nous avons donc fixé des exigences très strictes, ces entreprises devant disposer de quatorze à dix-huit mois de liquidités devant elles au rythme actuel de « cash burn ».


Quelle est l’approche ESG du fonds ?

Nous sommes fermement convaincus de l’intérêt d’intégrer une telle approche dans le processus de gestion, car cela permet d’identifier les risques qui pourraient venir impacter la performance. Ce sont les gérants eux-mêmes qui réalisent l’analyse ESG des émetteurs, en suivant le canevas élaboré par l’équipe ESG, qui repose sur huit critères de durabilité.

L’univers d’investissement des obligations convertibles étant limité, nous avons fait le choix de ne pas exclure 20 % des émetteurs les moins bien notés afin de ne pas limiter nos opportunités d’investissement et d’être à même de mener une gestion active.

Rechercher un autre fonds