Sélection de fonds

Obligations

Loomis Sayles Multisector Income Fund

Funds - Octobre 2014 - Carole Leclercq

Géré par Loomis Sayles & Company L.P., société de gestion américaine affiliée de Natixis Global Asset Management SA, Loomis Sayles Multisector Income Fund est un fonds obligataire dont l’objectif est de chercher à générer, quelle que soit la configuration des marchés, une performance régulière, dont la durée de placement recommandée est de trois ans.

Pourquoi investir dans ce fonds ?

Géré par Loomis Sayles & Company L.P., société de gestion américaine affiliée de Natixis Global Asset Management SA, Loomis Sayles Multisector Income Fund est un fonds obligataire dont l’objectif est de chercher à générer, quelle que soit la configuration des marchés, une performance régulière, dont la durée de placement recommandée est de trois ans. Ce fonds peut investir dans tous les segments obligataires – dettes souveraines, crédit corporate, high yield, dette émergente, obligations convertibles – à l’échelle globale, mais également dans une optique de diversification sur les actions, dans une limite de 20 %. Sa stratégie dite «flexible» cherche à profiter des inefficiences encore nombreuses sur les marchés obligataires, à combiner des stratégies peu corrélées entre elles, mais aussi à être réactif aux changements de configuration de marché. La sélection rigoureuse des titres, basée sur une approche «value», est la principale source d’alpha. L’équipe de gestion recherche en effet des titres sous-évalués sur la base de leurs fondamentaux, pour limiter la dépendance du portefeuille aux mouvements directionnels de marché et ainsi optimiser la recherche de performance.

Le fonds capitalise sur l’expertise historique de Loomis Sayles & Company L.P. en gestion obligataire, avec notamment un positionnement pionnier sur le high yield et la dette émergente, ainsi que sur une stratégie déployée depuis plus de quatre-vingts ans. Ce fonds, qui est géré par l’équipe Multisector Full Discretion, s’appuie également sur l’organisation originale de la gestion obligataire de Loomis Sayles & Company L.P., à savoir un ensemble de 14 «sector teams», équipes spécialisées dans un segment obligataire, regroupant à la fois des analystes, des gérants et des traders dans le but d’optimiser la recherche d’idées d’investissement grâce à la combinaison d’expertises complémentaires et d’un travail collégial.

Loomis Sayles Multisector Income Fund a été lancé en juin 1997. À fin août, il enregistrait une progression de 72,1 % sur cinq ans. Ce fonds répond aux besoins des investisseurs à la recherche de rendement dans un environnement de taux durablement bas. Peu corrélé sur longue période aux marchés obligataires et actions, c’est aussi un produit complémentaire dans une allocation d’actifs globale.

Le processus de gestion

Le processus de gestion du fonds repose sur la conviction suivante de Loomis Sayles & Company L.P. : «Les marchés obligataires ne sont pas efficients et ont souvent une mauvaise appréciation des risques, de sorte qu’ils réagissent de façon excessive aux nouvelles, aux événements ponctuels qui affectent les entreprises et les marchés et aux facteurs techniques de l’offre et de la demande. Ces inefficiences peuvent offrir aux investisseurs actifs la possibilité de générer, de façon homogène, des performances ajustées du risque supérieures à celles des indices traditionnels.»

Combinant une sélection «bottom-up» des titres avec une analyse «top-down» approfondie de l’environnement économique ainsi que des caractéristiques techniques des marchés obligataires, le processus repose sur la recherche fondamentale et la recherche quantitative propriétaire de Loomis Sayles & Company L.P. «Nos travaux approfondis de recherche sont à la clé de l’identification et de l’évaluation de nos placements, explique-t-on chez Loomis Sayles &Company L.P. Dans un souci de toujours mieux s’adapter aux évolutions très rapides des marchés, nous développons régulièrement de nouveaux outils analytiques.»

L’équipe de gestion du fonds va s’appuyer sur des idées d’investissement des différentes sector teams obligataires pour construire un portefeuille diversifié.

La société de gestion

Avec 679,6 milliards d’euros d’actifs sous gestion, Natixis Global Asset Management SA figure parmi les plus grands gestionnaires d’actifs mondiaux, avec plus de 25 sociétés de gestion en Asie, en Europe et aux Etats-Unis. Organisation multi-affiliés, Natixis Global Asset Management offre à ses clientèles un point d’accès unique à ses sociétés de gestion d’actifs spécialisées aux approches d’investissement différenciées. Parmi ces affiliés, Loomis Sayles & Company L.P., un gestionnaire d’actifs multistyles qui propose, depuis plus de quatre-vingts ans, aux investisseurs institutionnels et individuels, une gestion des classes d’actifs aussi bien traditionnelles que fortement spécialisées, en utilisant une approche opportuniste encadrée par une recherche disciplinée bottom-up et une analyse quantitative du risque. Basée à Boston, Loomis Sayles & Company L.P. gère fin juin 2014 quelque 161,6 milliards d’euros d’encours.

L’équipe de gestion

Le fonds est géré au sein de l’équipe Multisector Full Discretion de Loomis Sayles & Company L.P., qui est constituée de trois gérants, avec une expérience moyenne de trente années : Daniel Fuss, Elaine Stokes (photo) et Matthew Eagan. Chez Loomis Sayles & Company L.P. depuis 1976, Daniel Fuss est à l’origine de l’organisation en sector teams de la gestion obligataire. Il est également le gérant du fonds phare aux Etats-Unis, le Loomis Sayles Bond Fund, dont les encours étaient, fin août, de 24,9 milliards de dollars, et sur lequel repose la stratégie du Loomis Sayles Multisector Income Fund. Spécialisée dans le high yield et les marchés non américains, Elaine Stokes a rejoint la société de gestion en 1988 et est gérante de portefeuille depuis 2001. Arrivé chez Loomis Sayles en 1997 en tant qu’analyste spécialisé dans les marchés obligataires, Matthew Eagan est gérant de portefeuille depuis 2001. Cette équipe gère fin juin 2014 quelque 62,7 milliards de dollars, à la fois sous forme de fonds ouverts et de mandats.

Questions à… Elaine Stokes, co-gérante du fonds

Elaine Stokes, co-gérante du fonds
Elaine Stokes

Quels segments obligataires privilégiez-vous actuellement ?
Rappelons tout d’abord que l’allocation obligataire du fonds n’est que la résultante d’une sélection bottom-up rigoureuse et prudente de titres, sur la base de fondamentaux de qualité que nous jugeons sous-évalués, et de notre appréciation de l’environnement macroéconomique ainsi que des configurations techniques des marchés. Le portefeuille est actuellement surpondéré sur le crédit corporate, aussi bien investment grade que high yield. L’environnement économique et financier reste porteur pour ces segments, avec une amélioration continue des fondamentaux des sociétés émettrices et l’assainissement de leur structure financière dans un environnement de taux bas. Par ailleurs, les poches de rendement encore présentes au sein de ces segments peuvent permettre de limiter l’impact sur le portefeuille d’une probable remontée progressive des taux américains. En effet, la dynamique d’amélioration des fondamentaux d’un émetteur permet souvent à l’obligation corporate d’être moins sensible à une remontée des taux d’intérêt.

Pouvez-vous investir dans tout le spectre du segment high yield ?
En théorie, oui. Mais, actuellement, nous évitons les émetteurs notés CCC, estimant que le risque n’est pas suffisamment rémunéré. Pour ne pas priver le portefeuille de cette source de rendement supplémentaire potentielle, l’équipe de gestion peut décider, pour les émetteurs dont les fondamentaux sont jugés les moins risqués, de se positionner sur leurs obligations convertibles, dont le potentiel d’appréciation sera meilleur et le couple rendement/risque plus attractif.

La stratégie du fonds autorise un positionnement jusqu’à 20 % sur des actions. Dans quel but ?
Cette latitude de diversification, qui ne remet pas en cause le profil obligataire du fonds, est précieuse pour optimiser nos sources de revenus, mais également pour s’adapter aux différentes configurations de marché, comme à une hausse des taux d’intérêt. Ces derniers temps, nous avons privilégié des actions ordinaires générant un rendement du dividende attractif comparé au rendement obligataire de ladite société, avec un focus sur des «blue chips», leaders dans leur secteur, ayant la capacité de distribuer un dividende de qualité et pérenne. Nous avons toutefois récemment allégé un peu nos positions sur cette thématique. L’actif alloué en actions peut également être la résultante de la conversion d’obligations convertibles. Là encore, la stratégie du fonds nous permet d’optimiser nos sources de revenus, puisqu’elle ne nous oblige pas à céder les actions ainsi obtenues si nous estimons que les fondamentaux de la société recèlent encore un potentiel d’amélioration qui pourrait être valorisé en Bourse.

Rechercher un autre fonds