Sélection de fonds

Convertibles

M&G Global Convertibles Fund

Funds - Avril 2015 - Carole Leclercq

Avec un encours de plus de 2,2 milliards d’euros à fin février 2015, le fonds M&G Global Convertibles est l’un des plus anciens et des plus importants fonds ouverts investis dans l’univers mondial des obligations convertibles.

Pourquoi investir dans ce fonds ?

S’appuyant sur une stratégie éprouvée, lancée dès 2002 par Leonard Vinville, le gérant du fonds, pour un mandat d’allocation convertibles pour le compte de Prudential, ce fonds cherche à maximiser les performances en profitant du caractère asymétrique de la classe d’actifs.
Pour atteindre cet objectif, Léonard Vinville et son équipe privilégient les obligations convertibles à la monnaie, dont l’action sous-jacente se trouve autour du prix d’exercice de la composante optionnelle et qui procurent les profils de rendement les plus convexes, c’est-à-dire qui augmentent le plus lorsque les actions sont en hausse et restent les plus solides lorsque les cours baissent. «Pour maximiser le profil asymétrique de la classe d’actifs dans les différentes conditions de marché, l’équipe de gestion s’efforce de maintenir un delta moyen du portefeuille compris entre 45 et 50, précise Maria Municchi, spécialiste produits convertibles chez M&G. Pour ce faire, la couverture globale de l’univers se révèle un atout.»
La performance du fonds M&G Global Convertibles repose aussi sur une sélection «bottom-up» des obligations convertibles, qui s’appuie sur l’évaluation des fondamentaux des entreprises. «Nous avons la conviction chez M&G qu’une approche “bottom-up” de sélection de titres est la principale source pour optimiser le rendement/risque, précise Maria Municchi. L’équipe de gestion privilégie ainsi toujours les émetteurs de qualité et recherche un profil de rendement attractif, sans aucune restriction géographique.»
Afin de répondre aux différents profils de risque des investisseurs, M&G propose pour ce fonds des parts couvertes et non couvertes des risques de change. «Dans les parts non couvertes, l’exposition au dollar américain peut agir comme un parachute supplémentaire dans les phases de repli des actions en raison de son caractère défensif de la devise américaine», précise Maria Municchi.
Noté quatre étoiles Morningstar pour la part A en euro (part non couverte contre les risques de change), M&G Global Convertibles Fund ressort dans le premier quartile de sa catégorie depuis son lancement le 13 juillet 2007, avec une progression cumulée de 59,71 % à fin février.

Le processus de gestion

Partant d’un univers d’investissement composé de près de 2 000 émissions, l’équipe de gestion applique tout d’abord un filtre quantitatif afin d’écarter les émissions les moins liquides et les moins convexes. Sur la base d’un univers réduit, l’équipe de gestion réalise ensuite une analyse fondamentale en commençant par le crédit. «Cette analyse doit permettre d’évaluer la génération de cash-flow des émetteurs ainsi que les risques inhérents, et donc leur capacité à rembourser leur dette, précise Maria Municchi. C’est particulièrement important dans un univers composé majoritairement d’émetteurs non notés. Cette analyse est également le moyen d’apprécier la capacité des émetteurs à redéployer ces ressources pour dynamiser leur stratégie de croissance et ainsi permettre une appréciation du sous-jacent action.» Cette analyse fondamentale, complétée par une analyse technique des émissions afin de maximiser la recherche d’asymétrie des rendements et de minimiser les risques de pertes, permet à l’équipe de gestion d’identifier environ trois nouvelles idées d’investissement par mois.
Le portefeuille final sera composé en moyenne d’une centaine de lignes. «L’équipe de gestion cherche à obtenir un portefeuille très diversifié avec une composition géographique et sectorielle équilibrée, et ce afin de limiter les risques spécifiques», précise Maria Municchi.

La société de gestion

M&G est l’un des tout premiers acteurs de la gestion active en Europe avec 330 milliards d’euros d’actifs sous gestion à fin 2014. Basée à Londres, M&G gère des fonds d’investissement pour le compte de ses clients institutionnels et particuliers et gère l’actif général de Prudential pour ses activités européennes. Prudential plc a acquis M&G en 1999. Tout en bénéficiant des ressources d’un grand groupe, les gérants de M&G développent un style d’investissement qui leur est propre afin de proposer une gestion de conviction et innovante sur de nombreuses classes d’actifs, notamment sur les actions, les obligations ou l’immobilier d’entreprise. M&G International Investments Ltd., la société de distribution internationale de M&G, a été créée en 2001 et a ouvert depuis plusieurs bureaux en Europe. Celui de Paris a été ouvert en 2007 et compte plus de 7 milliards d’euros d’encours sous gestion.

Le gérant

Léonard Vinville a rejoint M&G en 2002 et gère depuis cette date la poche investie en obligations convertibles du fonds Prudential With Profit Life Fund. Il a également en charge la gestion du fonds M&G Global Convertibles Fund depuis son lancement en juillet 2007. Les deux fonds sont gérés selon la même approche d’investissement, dont l’objectif premier est de générer de solides rendements ajustés du risque. Avant de rejoindre M&G, il a occupé la fonction de responsable des obligations convertibles européennes chez AGF Asset Management à Paris, où il gérait des fonds d’obligations convertibles et d’actions françaises. Léonard Vinville est titulaire d’un MBA et est expert-comptable.

Questions à… Maria Municchi, spécialiste produits obligations convertibles

Maria Municchi

En quoi les différents segments de l’univers global des convertibles sont-ils complémentaires ?

Le gisement américain reste le plus important, mais aussi le plus dynamique sur le marché primaire. C’est également le plus liquide et le plus profond avec une très forte diversité sectorielle en termes d’émetteurs. Mais il présente aussi structurellement une sensibilité élevée aux actions avec un delta moyen de 60 %. Il est donc intéressant de pouvoir avoir accès à des univers moins sensibles aux actions afin d’optimiser l’asymétrie des rendements des convertibles. C’est notamment le cas du gisement européen, dont le delta moyen est aujourd’hui d’environ 45 %, ou celui de l’Asie hors Japon dont le delta moyen est proche de 30 %. En revanche, la vigilance est de mise sur la liquidité et les politiques de gouvernance des émetteurs asiatiques.

Pouvez-vous nous donner quelques exemples de conviction de l’équipe de gestion ?

La convertible du prestataire américain de services Internet Yahoo! était toujours à fin février la première position du fonds. Cette convertible a récemment profité de la hausse du cours de l’action, due à l’amélioration des revenus de la société Alibaba, dans laquelle Yahoo! détient une participation majeure, ainsi qu’à l’acquisition du prestataire de publicité vidéo BrightRoll. Les rumeurs de rapprochement avec le concurrent AOL, dont la convertible est également en portefeuille, ont également servi de catalyseur.
British Land, fonds de placement immobilier leader composé d’un large portefeuille immobilier au Royaume-Uni, fait également partie du top 10. Selon nous, le cours de l’action est sous-évalué. Ainsi, notre exposition à l’obligation convertible British Land nous permet de profiter d’une éventuelle hausse du cours de l’action et offre, dans le même temps, une protection en cas de baisse.
Nous pouvons également citer le fabricant de puces américain Nvidia. La convertible s’est récemment inscrite en hausse à l’annonce de résultats supérieurs aux attentes et de la signature d’un contrat majeur avec le département américain de l’Energie.

Quelles sont les nouvelles idées d’investissement depuis le début de l’année ?

Le gérant a initié une position sur la convertible de Brocade Communications, le spécialiste américain des systèmes de communication pour les réseaux. Cette convertible récemment émise offre une bonne sensibilité à l’action de la société que l’équipe de gestion juge sous-évaluée, ainsi qu’un plancher obligataire solide grâce à sa notation BB +. Le gérant a également renforcé sa position sur la convertible de l’américain Salix Pharmaceuticals, spécialiste des problèmes gastriques et intestinaux, et ce après l’avoir réduit en 2014 suite à la progression de l’obligation dans le sillage de l’action. L’importance des stocks du groupe avait alors inquiété et conduit à des révisions à la baisse des prévisions de bénéfices, faisant chuter la convertible et l’action et lui permettant ainsi de reconstituer la position à un prix avantageux. Dans les dernières semaines Salix a été approché par deux entreprises avec une proposition d’OPA.

Rechercher un autre fonds