Gestion alternative

Neuberger Berman Uncorrelated Strategies Fund

Option Finance - 21 janvier 2019 - Carole Leclercq

Basé sur une approche multi-gestionnaire, Neuberger Berman Uncorrelated Strategies Fund (USF) est un fonds Ucits de mandats alternatifs à liquidité quotidienne.

Pourquoi investir dans ce fonds ?

Son portefeuille est composé de stratégies alternatives très diversifiées et très faiblement corrélées entre elles en vue de minimiser la corrélation avec les actions mondiales et les marchés obligataires sur l’ensemble d’un cycle d’investissement, et ce tout en recherchant des rendements absolus attrayants. Plus précisément, le fonds recherche une corrélation de +/- 0,25 avec les actions et les obligations et une volatilité comprise entre 7 % et 10 % sur un cycle du marché. «Le fait de se concentrer sur des stratégies faiblement corrélées aux actions et aux obligations vise à générer des rendements même dans des marchés difficiles pour les classes d’actifs traditionnelles, explique Fred Ingham, le gérant du fonds. Qui plus est, construire un portefeuille autour d’un large éventail de stratégies alternatives permet de profiter des vertus de la diversification puisque différentes stratégies peuvent fonctionner sur différentes configurations de marchés.» A ce titre, l’équipe de gestion sélectionne des stratégies avec un historique de faible corrélation par rapport aux marchés et exclut notamment les stratégies actions «long-short» à biais long ainsi que celles basées sur une approche «event-driven».
L’expertise reconnue de Neuberger Berman sur le marché des solutions alternatives liquides et ses relations historiques avec les hedge funds permettent à l’équipe de gestion d’avoir accès à des gestionnaires reconnus, et ce à des niveaux de frais compétitifs. L’équipe de gestion s’appuie pour cela sur la plateforme Neuberger Berman Alternatives, composée de 152 professionnels de l’investissement et gérant 77 milliards de dollars.
«Le recours à des mandats de gestion plutôt qu’à des fonds communs de placement assure des avoirs entièrement transparents et un portefeuille très liquide», fait également valoir Fred Ingham. Par ailleurs, la structure de coûts du fonds vise à maintenir des frais fixes peu élevés avec une rémunération des gérants de mandats basée uniquement sur leurs performances (pas de frais fixes sur les mandats sous-jacents).
Les caractéristiques du fonds ont su séduire les investisseurs puisque l’actif net était de 868 millions de dollars fin 2018, après seulement 18 mois d’existence.

Les mandats de gestion du portefeuille

Depuis la création du fonds, l’équipe de gestion a sélectionné six stratégies individuelles aux styles et approches diversifiés, gérées par six gérants différents. A fin 2018, l’allocation au risque du portefeuille était la suivante avec une corrélation, depuis la création du fonds, de 0,04 avec l’indice MSCI World et de – 0,01 avec le Barclays US Aggregate :
– 12,6 % sur une stratégie d’arbitrage statistique sur actions. Géré par Academy Quantitative Global (New York, expérience gérant : 17 ans) ;
– 19,3 % sur une stratégie de trading systématique de court terme intervenant sur plus de 50 marchés. Gérée par Altiq Global Program (Londres, expérience gérant : 22 ans) ;
– 14,3 % sur une stratégie Global Macro systématique gérée par P/E Investments (Boston, expérience gérant : 30 ans) ;
– 21,8 % sur une stratégie de suivi de tendance à moyen et long terme. Géré par BHDG Systematic Trading (Londres, expérience gérant : 30 ans) ;
– 12,5 % sur une stratégie quantitative neutre sur le marché des actions. Gérée par Sabre Style Arbitrage (Londres, expérience gérant : 30 ans) :
– 19,6 % sur une stratégie d’arbitrage de volatilité en valeur relative. Gérée par True Partner Strategy (Chicago et Hong Kong, expérience gérant : 21 ans).

La société de gestion

Fondé en 1939, Neuberger Berman est un gestionnaire de fonds privé, indépendant et détenu par ses employés, dont la structure s’aligne sur les intérêts à long terme de ses clients. Neuberger Berman gère, à partir de 33 implantations dans le monde, une gamme de stratégies d’actions, d’obligations, de private equity et de hedge funds pour le compte d’institutions, de conseillers et d’investisseurs individuels du monde entier. Avec plus de 600 professionnels de l’investissement répartis dans 18 centres d’investissement à travers le monde, Neuberger Berman gérait à fin septembre 2018, 315 milliards de dollars.

Cette analyse a été rendue possible par la collaboration des équipes de Neuberger Berman Europe Limited.

Les convictions de l’équipe de gestion

Fred Ingham

L’équipe de gestion
Le gérant principal du fonds est Fred Ingham, basé à Londres. Membre du comité d’investissement de Neuberger Berman, Fred Ingham est responsable des investissements internationaux en hedge funds au sein de l’équipe de gestion des stratégies alternatives. Cette équipe travaille ensemble depuis en moyenne plus de 12 ans et possède une expérience moyenne de 18 ans dans tous les cycles du marché.
Avant de rejoindre Neuberger Berman en 2005, Fred Ingham était notamment gestionnaire de portefeuille et analyste senior au sein de la division hedge funds de Coronation International.


Pourquoi des stratégies décorrélées font-elles sens aujourd’hui ?
Nous estimons que l’environnement économique et financier actuel est bien adapté aux stratégies qui permettent de réduire au minimum la dépendance à l’égard des marchés boursiers et de crédit pour générer des rendements. Après plus de huit ans d’assouplissement monétaire quantitatif et de volatilité limitée sur les marchés financiers, nous assistons à un retour de la volatilité comme l’atteste l’évolution des derniers trimestres. Cette volatilité accrue s’avère difficile à gérer pour les stratégies dont le bêta au marché est positif. A l’inverse, c’est une opportunité pour les stratégies moins corrélées qui reposent sur différentes approches pour générer du rendement. C’est notamment le cas pour des stratégies d’arbitrage statistique, de trading à court terme ou encore de suivi de tendance et d’arbitrage de volatilité que nous avons sélectionnées. Qui plus est, la divergence croissante des politiques monétaires des grandes banques centrales favorise cette volatilité mais aussi la dispersion sur les marchés des actions, des obligations et des devises. Des stratégies non corrélées, comme le Global Macro, sont les meilleurs moyens de jouer cette divergence.

Comment faites-vous évoluer l’allocation au risque du portefeuille ?
Nous sélectionnons des gestionnaires dont les stratégies sont en général non corrélées aux classes d’actifs traditionnelles, de sorte que les mouvements du marché ne nous obligent pas à modifier notre sélection. Notre philosophie générale consiste à définir une allocation au risque sur le long terme quasi équipondérée entre stratégies. Nous ajustons ensuite la répartition de l’actif du portefeuille en fonction des considérations de risque. Nous pouvons ajuster l’allocation à tout moment si nous le jugeons opportun et/ou si nous sommes préoccupés par le risque. La plupart des ajustements réalisés depuis la création du fonds ont été à la baisse en raison de considérations de risque concernant l’exposition aux actifs, la concentration ou la corrélation, notamment croisée entre des stratégies. Par ailleurs, la réduction de l’allocation d’un gestionnaire se traduit forcément par l’augmentation de celle d’un autre gestionnaire. Et ce dans la limite de 25 % par gestionnaire – et de 35 % par stratégie dans la mesure où nous aurions identifié plusieurs gestionnaires pour une même stratégie –, pour maintenir une forte diversification du portefeuille.

Rechercher un autre fonds