Sélection de fonds

Fonds diversifié

Parvest Cross Asset Absolute Return

Funds Magazine - Avril 2017

Fonds phare de l’offre THEAM en performance absolue, le fonds Parvest Cross Asset Absolute Return vise une génération d’alpha véritablement décorrelée des principales classes d’actifs, c’est-à-dire sans beta structurel ou carry caché.

Pourquoi investir dans ce fonds ?

La gestion du fonds repose sur une approche de type «global macro» et intègre sept moteurs de performance autonomes qui disposent chacun d’un budget de risque rigoureusement défini au sein du portefeuille global. Ainsi, au-delà d’une diversification classique par classe d’actifs (taux, indices actions, devises, principalement), les sept stratégies d’alpha qui sont à l’œuvre à l’intérieur du fonds se caractérisent également par des inputs différents.

En effet, certaines sont discrétionnaires, d’autres systématiques, certaines sont basées sur les fondamentaux, d’autres sur de la technique. Leur horizon d’investissement peut aller du court au moyen, voire au long terme.
«Une étude Fitch Ratings1 a récemment montré que peu de fonds dits de performance absolue en faisaient réellement, en raison de leur corrélation aux actifs risqués. Or, selon nous, la performance absolue doit provenir de stratégies de pure génération d’alpha et non d’une exposition structurelle à un beta de marché», rappelle Olivier Rudez, co-gérant du fonds Parvest Cross Asset Absolute Return et responsable de la gestion de performance absolue chez THEAM.

En outre, l’environnement actuel devrait être propice à la performance absolue. En effet, pour générer de l’alpha, un fonds comme celui de THEAM a besoin d’un minimum de volatilité. Or, «ces dernières années, les politiques monétaires très accommodantes des grandes banques centrales ont maintenu la volatilité à des niveaux très bas. La configuration actuelle, marquée par une normalisation monétaire aux Etats-Unis, est donc un élément positif», assure Olivier Rudez. En remontant ses taux en décembre 2015 pour la première fois depuis de nombreuses années, la Fed a donné le coup d’envoi d’un mouvement qui devrait faire remonter les volatilités et permettre un retour des fondamentaux comme catalyseur de l’évolution des marchés.

L’offre de THEAM est une réponse à ce changement de paradigme sur les marchés financiers pour les investisseurs à la recherche d’un rendement régulier dans une enveloppe de risque maîtrisée ; cela à un moment où les marchés obligataires se retournent et où les indices actions, notamment US, battent des records historiques. Cette philosophie de gestion repose sur une stratégie éprouvée depuis 2008 chez THEAM et qui place la gestion du risque au cœur de la construction du portefeuille.

Le processus de gestion

On retrouve donc au sein du fonds Parvest Cross Asset Absolute Return sept moteurs d’alpha indépendants, dotés chacun d’un budget de risque spécifique. «Cette allocation est stable dans le temps, car nous ne voulons pas “timer” les stratégies pour des considérations de performances à court terme», précise Olivier Rudez.

Chaque semaine, l’ensemble de l’équipe de gestion se réunit pour effectuer une revue de la performance et des risques. Les positions de toutes les stratégies sont analysées puis agrégées afin d’identifier un éventuel risque de concentration sur une seule vue de marché, par exemple.
Afin d’optimiser cette maîtrise du risque et du maximum DrawDown2, outre l’existence de stop loss3, l’équipe de gestion utilise beaucoup des stratégies d’options «vanille» simples et liquides dans la structuration de ses vues d’investissement. «Nous utilisons systématiquement des positions acheteuses d’options afin de connaître parfaitement notre potentiel de perte maximale sur ces stratégies», indique Olivier Rudez.

En plus des enveloppes allouées à chacun des sept gérants, un huitième budget de risque a été isolé pour servir à financer d’éventuelles couvertures contre un risque extrême, comme une annonce de banque centrale ou des chiffres du chômage US très attendus par le marché.
La performance du fonds provient uniquement de la combinaison des stratégies de création d’alpha. «Nous avons un cash management très conservateur, sans portage structurel. Le fonds de portefeuille n’a pas vocation à être une source de performance», précise Olivier Rudez.

La société de gestion

THEAM est une société de gestion spécialisée en gestion modélisée, indicielle et protégée, filiale de BNP Paribas Investment Partners. THEAM offre des solutions encadrées, transparentes et innovantes appliquées à la gestion de portefeuilles actions, obligations et multiclasses d’actifs. Fin décembre 2016, THEAM employait 105 collaborateurs et affichait des encours sous gestion de 38,3 milliards d’euros (source : THEAM).

1 - «Absolute Return Funds Dashboard March 2016», 16 mars 2016, M. Arrivé et A. Sewell
2 - Perte qu’aurait subie un investisseur s’il avait acheté le fonds au plus haut et l’avait revendu au plus bas sur une période donnée.
3 - Le stop loss désigne l’ordre de vente (dans le cas d’un achat  préalable) sur le niveau de prix auquel l’investisseur choisit de solder sa position en cas de perte.
Les investissements réalisés dans les fonds sont soumis aux fluctuations du marché et aux risques inhérents aux investissements en valeurs mobilières. La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent enregistrer des hausses comme des baisses, et il se peut que les investisseurs ne récupèrent pas l’intégralité de leur placement. Les fonds décrits présentent un risque de perte en capital. Pour une définition et une description plus complète des risques, merci de vous reporter au prospectus et DICI des fonds. Avant de souscrire, vous devez lire la version la plus récente du prospectus et DICI disponibles gratuitement sur notre site. Les performances passées ne préjugent pas des performances à venir.


Les convictions de Olivier Rudez, gérant du fonds en charge de la stratégie «devises»

Olivier Rudez, gérant du fonds en charge de
la stratégie «devises»

L’équipe de gestion
Le fonds Parvest Cross Asset Absolute Return est géré au sein de l’équipe Model Driven Cross Asset de THEAM. Dirigée par Christophe Moulin, la gestion «cross asset» totalisait, fin 2016, 3,6 milliards d’euros, sur les 14,9 milliards sous gestion du pôle gestion modélisée (source THEAM). Cette équipe est composée de sept gérants, chacun en charge de l’une des stratégies déployées dans le fonds Parvest Cross Asset Absolute Return. Olivier Rudez, responsable de l’expertise absolute return, est en charge de la stratégie «forex». Très expérimentée et présentant des profils très complémentaires, l’équipe de gestion modélisée travaille ensemble depuis neuf ans

Quelles sont vos convictions de gestion en ce début d’année ?
En ce début de 2017, nos convictions sont moins marquées qu’au cours du second semestre 2016, lorsqu’elles étaient clairement favorables aux actions. Aujourd’hui, nous avons un biais légèrement positif sur les indices actions, notamment américains, et légèrement négatif sur les obligations. A plus court terme, toutefois, la prudence doit être de mise concernant les actions européennes. Nous sommes toujours acheteurs sur le dollar US, même si cette dernière position a été tactiquement réduite très récemment.

Quel est le risque principal qui pèse sur cette classe d’actifs ?
Le risque le plus important est évidemment politique à l’approche des élections en France et en Allemagne, compte tenu du poids très important de ces pays au sein de la zone euro. Nous constatons que les investisseurs achètent beaucoup de protections aux dates des deux tours des scrutins présidentiel et législatif français. La victoire d’un candidat anti-européen aurait, selon nous, un impact considérable sur les marchés. Rappelons que la victoire du Brexit au Royaume-Uni a par exemple conduit immédiatement à une dévaluation de plus de 12 % de la livre sterling.

Quelle est la classe d’actifs qui vous semble la plus porteuse dans un avenir proche ?
Je pense que l’un des enjeux est de trouver des alternatives aux classes d’actifs classiques que sont les actions et les obligations. Ainsi, dans un contexte où les actions ont très bien progressé et où les marchés obligataires sont déjà en phase de retournement, diversifier ses investissements sur un fonds de performance absolue véritablement décorrélé peut constituer une réponse adaptée à ceux qui cherchent du rendement dans un univers de risque maîtrisé.
Précisons toutefois qu’un fonds de performance absolue, aussi bien géré soit-il, n’est pas un fonds garanti, et que des phases de «drawdowns» peuvent survenir. Le but d’une saine gestion du risque est de faire en sorte que ces phases soient le moins marquées possible, en durée comme en amplitude.

Quelles sont les opportunités sur le marché des devises ?
Nous considérons les devises comme une classe d’actifs à part entière. D’ailleurs, une de nos sept stratégies d’alpha est exclusivement dédiée au marché des changes et contribue régulièrement à la performance positive de nos produits de performance absolue. Le marché des changes est le plus important au monde en matière de volume, avec 5 200 milliards de dollars traités quotidiennement4. C’est donc un marché extrêmement liquide et doté d’un large univers d’investissement exploitable. A titre d’illustration, nous avons en ce moment une position acheteuse sur le dollar américain face notamment aux devises du G4 (franc suisse, euro, livre sterling, yen). Contre la monnaie unique, par exemple, le dollar devrait profiter des divergences de politique monétaire entre, d’un côté, la Fed qui relève ses taux et, de l’autre, la BCE qui reste accommodante. Quant à la livre britannique, elle pourrait rester durablement pénalisée par les négociations concernant le Brexit.

4 - Source : BRI, Banque des règlements internationaux 2016.

Rechercher un autre fonds