Sélection de fonds

Fonds diversifié

Parvest Diversified Dynamic1

Funds Magazine - Septembre 2017 - Marianne di Meo

Géré par THEAM, le fonds Parvest Diversified Dynamic vise à participer à la hausse des marchés financiers tout en amortissant leurs phases de baisse, mais aussi à maintenir un niveau de risque stable au cours du temps pour obtenir un profil de rendement/risque attractif. Plus précisément, l’objectif de volatilité moyenne annualisée du fonds est de 7,5 %. Les performances sont probantes puisque, fin août, la part classique de Parvest Diversified Dynamic affichait une progression annualisée de 5,31 % sur cinq ans et de 3,33 % sur trois ans, avec, respectivement, une volatilité annualisée de 6,16 % et de 5,63 %4.

Pourquoi investir dans ce fonds ?

Simple, transparente et disciplinée, la stratégie du fonds repose sur une double approche : d’une part, une allocation totalement flexible et diversifiée sur un très large univers d’investissement, composé d’actions, d’obligations d’Etat et d’entreprises, mais aussi d’actifs de diversification, et ce sur toutes les zones géographiques ; et, d’autre part, un mécanisme de gestion innovant, baptisé «Isovol», conjointement développé en 2009 par les équipes d’ingénierie financière de BNP Paribas Asset Management et de THEAM, qui place la notion de risque au cœur de la stratégie d’allocation. «L’allocation entre les différents actifs est définie par un budget de risque fixe prédéterminé, et non par une approche classique de pondérations, explique Tarek Issaoui, responsable des solutions flexibles chez THEAM. Cette allocation est gérée activement grâce au processus de gestion Isovol qui, pour chaque actif, contrôle quotidiennement les signaux de volatilité. Les véhicules d’investissement sont simples et liquides, principalement des ETF (exchange-traded fund) et des contrats “future”.»

Initialement conçue pour une clientèle d’épargnants et de clients des réseaux bancaires, la stratégie Isovol séduit de plus en plus les institutionnels. Ils représentent aujourd’hui environ 66 % des encours gérés de notre fonds phare. «L’un des atouts de cette stratégie, qui représentait fin août 2017 quelque 2,9 milliards5 d’euros d’encours sous gestion, est de mettre l’accent sur la réduction des pertes maximales dans une tendance baissière, mais également d’améliorer la participation aux tendances haussières et donc le couple rendement/risque, ajoute Andrea Mossetto, Investment Specialist au sein de l’équipe solutions flexibles. L’asymétrie ainsi obtenue répond aux besoins des investisseurs qui, dans un contexte devenu structurellement plus volatil, recherchent une stratégie simple visant à maintenir un risque stable, sans pour autant sacrifier le potentiel de rendement.»

Le processus de gestion

Le mécanisme Isovol assure une surveillance quotidienne des signaux de volatilité de chaque actif. «Lorsque l’écart absolu entre la contribution en risque d’un actif et son budget cible atteint un certain seuil, un signal de rebalancement se déclenche, à la hausse ou à la baisse», précise Tarek Issaoui. Plus précisément, cette stratégie innovante permet de réduire l’exposition au risque de marché dans les périodes de forte volatilité, donc lorsque le risque de perte augmente, en réduisant le poids des actifs les plus volatils. A l’inverse, le poids des actifs les moins volatils aura tendance à progresser. «Plus le risque est faible, plus on augmente la pondération d’un actif pour conserver le même niveau de risque», précise Tarek Issaoui. Ainsi, en 2012 et 2013, les conditions de faible volatilité ont induit une augmentation de l’exposition à la quasi-totalité des classes d’actifs. «L’exposition aux différents actifs a été graduelle afin de gérer les à-coups de marché», précise Tarek Issaoui. A l’inverse, les signaux envoyés lors des pics de volatilité de l’été 2011 ont permis à l’équipe d’être très réactive et ainsi de limiter sur l’année le repli du fonds. «Cette réactivité assurée par le mécanisme Isovol est primordiale pour atteindre les objectifs de gestion et a permis à Parvest Diversified Dynamic de surperformer depuis fin 2009 la catégorie Morningstar6 de référence dans les phases baissières comme haussières7 », résume Andrea Mossetto.
L’équipe de gestion assure une veille technologique, de façon à améliorer si besoin le modèle de gestion. L’univers d’investissement peut par ailleurs être enrichi de nouveaux actifs de diversification à même de répondre à une problématique de marché spécifique, et ainsi rendre l’univers Isovol encore plus flexible.

La société de gestion

THEAM est une société de gestion spécialisée en gestion modélisée, indicielle et protégée. Elle offre des solutions encadrées, transparentes et innovantes appliquées à la gestion de portefeuilles actions, obligations et multiclasses d’actifs. THEAM emploie plus de 100 collaborateurs et affiche des encours sous gestion de plus de 36,1 milliards d’euros8.


1 - Source THEAM au 31 août 2017. Parvest Diversified Dynamic est un compartiment de Parvest, une sicav de droit luxembourgeois conforme aux normes Ucits IV.
2 - Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Performance du fonds (Part C nette de frais) en 2016 : 3,50 % ; en 2015 : 1,21 % ; en 2014 : 7,51 % ; en 2013 : 5,11 % ; en 2012 : 7,99 %. Source THEAM au 31 août 2017.
3 - 7 correspondant au niveau de risque le plus élevé. Plus le risque est élevé, plus l’horizon d’investissement recommandé est long.
4 - Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.
5 - Source : THEAM, au 31 août 2017
6 - La catégorie Morningstar «Europe OE EUR Flexible Allocation – Global» regroupe les fonds flexibles, diversifiés, investis dans l’ensemble des zones géographiques, et pour des investisseurs dont la devise de référence est l’euro. L’indice de référence de cette catégorie est exposé pour moitié à l’indice Barclays Euro Agg Bond TR et pour l’autre moitié à l’indice FTSE World TR. L’utilisation de ces indicateurs est durable au cours du temps.

7 - Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Performance du fonds (Part C nette de frais) en 2016 : 3,50 % ; en 2015 : 1,21 % ; en 2014 : 7,51 % ; en 2013 : 5,11 % ; en 2012 : 7,99 %. Source THEAM au 31 août 2017.
8 - Source : THEAM, au 30 juin 2017.

Les convictions de l’équipe, Tarek Issaoui et Andrea Mossetto

Tarek Issaoui et Andrea Mossetto

L’équipe de gestion
Le fonds est géré par Tarek Issaoui (à gauche), responsable des solutions flexibles chez THEAM, au sein de la gestion cross asset du pôle de gestion modélisée. Andrea Mossetto (à droite) est investment specialist, membre du comité d’investissement THEAM Model Driven Cross Asset. Dirigée par Christophe Moulin, la gestion cross asset totalisait fin mars plus de 4,2 milliards d’euros, sur les 14,5 milliards sous gestion du pôle gestion modélisée*.
* Source : THEAM, fin août 2017.



Les faibles niveaux de volatilité vous incitent-ils à renforcer l’exposition du portefeuille ?
La volatilité est effectivement très basse d’un point de vue historique. Nous avons profité de cet environnement de marché très calme pour renforcer l’exposition globale du portefeuille, de l’ordre de 30 % depuis le début de l’année. Elle est actuellement élevée et proche de son niveau maximal. Néanmoins, nous n’appliquons pas une stratégie systématique pure et notre stratégie Isovol ne nous conduit pas à acheter à tout prix. Nous avons en effet mis en place des garde-fous et, s’il s’avère que la volatilité est trop éloignée par rapport à la moyenne historique, nous préférons ne pas acheter afin de ne pas exposer le portefeuille de manière excessive. La volatilité réalisée est par exemple inférieure à 10 % depuis avril pour les actions américaines, alors qu’elle ressort aux alentours de 15 % sur moyen terme. Nous avons donc modéré nos achats d’actions.

Quel scénario retenez-vous en ce qui concerne l’évolution de la volatilité à court et à moyen terme ?
Plusieurs facteurs plaident en faveur d’une remontée des niveaux usuels de volatilité. Les banques centrales vont progressivement infléchir leurs politiques pour se montrer moins accommodantes. Par ailleurs, les risques géopolitiques sont toujours présents. Enfin, il reste des échéances électorales, en Allemagne et en Italie, notamment, qui font planer des incertitudes sur les marchés. Néanmoins, dans la mesure où les indicateurs macroéconomiques sont bien orientés, nous n’anticipons pas de choc de volatilité, mais plutôt une normalisation.

Envisagez-vous de faire entrer de nouveaux actifs de diversification dans le portefeuille ?
Nous avons réduit notre exposition aux taux australiens et réfléchissons pour les remplacer par des obligations sur l’inflation américaine. Pour ce faire, nous attendons des signaux réels. Nous surveillons donc de près les niveaux de «core inflation» (hors alimentation et énergie), qui sont historiquement bas, ainsi que l’évolution des salaires, le taux de chômage étant plus faible aux États-Unis qu’en Europe. Au premier trimestre, nous pensions que la remontée de l’inflation interviendrait plus rapidement. Mais, compte tenu des incertitudes persistantes sur la mise en œuvre effective du programme de l’administration Trump, notamment le plan de relance fiscale, il est difficile de savoir quand cela va intervenir. Nous sommes donc dans l’attente de signes plus concrets de reflation.

Rechercher un autre fonds