Asset Management

Fonds diversifié

Russell Investments China Equity Fund

Funds Magazine - 30 avril 2021 - Marianne di Meo

Pourquoi investir dans ce fonds ?

Entre la normalisation progressive de la place financière et les perspectives de croissance économique du pays, de nombreuses opportunités d’investissement s’ouvrent aux investisseurs en Chine. Le fonds Russell Investments China Equity, qui est géré en multigestion, offre une exposition diversifiée sur les différentes places boursières chinoises (marchés H, A et B*), en matière de secteurs et de styles de gestion, afin de profiter de ces opportunités. « Cette exposition large permet de minimiser le risque inhérent aux actions chinoises, souligne Alexandre Attal, gérant de portefeuilles chez Russell Investments France. Elle permet également de mieux appréhender l’économie chinoise dans son ensemble, et donc de capter la dynamique de croissance actuelle du pays, de plus en plus portée par la consommation domestique. De fait, alors que les valeurs financières représentent plus de la moitié du marché H, les valeurs de consommation comptent pour un quart du marché A. »

Le fonds est géré en architecture ouverte, ce qui permet de profiter de l’expertise de gérants locaux spécialisés dans les différents segments du marché chinois. « Cette approche constitue un avantage de premier plan, car ces gérants locaux ne sont pas confrontés à des obstacles culturels, ils ne se heurtent pas à la barrière de la langue et ils ont une parfaite connaissance des normes comptables applicables », insiste Alexandre Attal.


Le processus de gestion

Le portefeuille se compose de différents mandats confiés à des gérants externes, auxquels s’ajoute une poche gérée en interne par Russell Investments.

En ce qui concerne les gérants externes, l’équipe d’analystes de Russell Investments dédiée à leur sélection – qui est basée en Chine – suit environ 140 stratégies, mais la buy list n’en comprend au final qu’une vingtaine, ce qui témoigne du haut degré d’exigence du gérant d’actifs pour sélectionner les meilleurs experts. Le portefeuille de Russell Investments China Equity Fund s’articule autour de trois mandats de gérants externes, le reflet d’une gestion de conviction et l’assurance d’une bonne diversification des investissements. Le gérant de Russell Investments joue alors le rôle de chef d’orchestre. Dans ce cadre, il détermine la pondération des différentes stratégies retenues en fonction de ses convictions et s’assure de leur complémentarité, le but étant d’aboutir à un assemblage permettant d’optimiser le couple risque/rendement.

A cela s’ajoute une poche gérée en interne par Russell Investments, dont l’objectif est de rééquilibrer le risque global du portefeuille compte tenu des biais et des expositions des gérants externes. Dans cette optique, cette poche, qui suit une approche de gestion quantitative, a actuellement une exposition plus défensive, principalement aux grandes capitalisations boursières chinoises.

Le résultat consolidé permet ainsi d’offrir une exposition aux actions chinoises au travers d’un fonds unique géré par plusieurs spécialistes et diversifié autour de 180 sociétés cotées en Chine.


La société de gestion

Avec 265 milliards d’euros d’encours sous gestion (au 31 décembre 2020), Russell Investments est l’un des leaders mondiaux dans la mise en place de solutions et de services d’investissement. La société de gestion se distingue par son modèle et sa plateforme mondiale en architecture ouverte, qui permettent de répondre aux attentes des clients en matière de recherche de performance, de maîtrise des risques et de réduction des coûts. Ceux-ci peuvent ainsi s’appuyer sur les infrastructures et les compétences de Russell Investments en fonction de leurs besoins : la recherche sur les marchés et l’allocation d’actifs, la recherche sur les gérants, les capacités de gestion et de construction de portefeuilles multistratégies et les capacités d’implémentation.

Présente en France depuis 1994, Russell Investments France dispose du statut de société de gestion française agréée à l’AMF depuis 2012.

Les convictions de l’équipe de gestion

Pourquoi les investisseurs ont-ils tout intérêt à s’intéresser aux marchés d’actions chinois ?

Tout d’abord, il y a une véritable volonté des autorités chinoises de faciliter les échanges boursiers, d’ouvrir les marchés d’actions domestiques aux investisseurs étrangers, en somme de normaliser la place financière pour qu’elle devienne incontournable. Cela devrait aboutir à une meilleure représentation de la Chine dans les indices et dans les portefeuilles des investisseurs internationaux.

Ensuite, la Chine, qui est aujourd’hui la deuxième puissance économique mondiale, est en train de faire évoluer son modèle économique. Elle est un contributeur majeur du commerce international, mais elle ne veut pas seulement être « l’usine du monde » ; elle a la ferme volonté de diversifier son économie en profitant de l’essor de la classe moyenne, et donc de la croissance de la consommation domestique. Les tensions commerciales avec les Etats-Unis ont d’ailleurs accéléré ce mouvement vers davantage d’autonomie et d’indépendance. Nous anticipons donc un cycle économique fort à venir pour le pays, soutenu par une sortie de la crise sanitaire en amont des autres pays développés.Investir dans les actions chinoises, marché vaste et en plein développement, nous semble donc pertinent dans une optique de diversification des portefeuilles, d’autant que le marché A affiche une corrélation moindre avec les grands marchés d’actions internationaux ; sa corrélation avec le marché américain est de l’ordre de 0,5, comparé à une corrélation de 0,9 entre les marchés américain et européen.


Quels sont les points d’attention sur ce marché ?

Même si nous sommes convaincus que le marché chinois recèle un fort potentiel, il reste plus risqué et plus volatil. De fait, la Chine demeure un pays émergent, dans lequel les autorités politiques exercent un contrôle fort.

Par ailleurs, il faut continuer à suivre avec attention l’évolution des relations entre les Etats-Unis et la Chine. Outre-Atlantique, toute l’attention est pour le moment portée sur la sortie de la crise sanitaire et sur la relance économique. Mais nous ne doutons pas que l’opposition entre les deux pays va à terme revenir sur le devant de la scène, puisque c’est le statut de première puissance mondiale qui est en jeu.

Tout cela rappelle la nécessité d’investir dans le marché chinois de manière diversifiée afin de capturer la dynamique boursière haussière tout en étant capable d’amortir les phases de baisse.


Justement, comment le portefeuille est-il structuré ?

Nous avons sélectionné trois gérants externes complémentaires. La stratégie gérée par Keywise Capital, axée sur les actions du marché H avec une approche value, représente 20 % de l’actif. Celle de Bin Yuan Capital, qui cible les titres de qualité à des niveaux de valorisation raisonnables sur les marchés A et H, pèse à hauteur de 35 % dans le portefeuille. Enfin, BOCOM Schroders, qui investit dans le marché A avec un biais croissance et un accent mis sur les small et mid caps, est pondéré à hauteur de 30 %. Nous sommes convaincus qu’il est judicieux de profiter du cycle de croissance économique chinois à travers ce type de valeurs, en raison de leur caractère plus domestique et de leur décote boursière.

Rechercher un autre fonds