Sélection de fonds

Obligations

SLF (F) Opportunité High Yield 2023

Option Finance - 17 Décembre 2018 - Communiqué

Ce fonds de Swiss Life Asset Managers est exclusivement investi dans des obligations à haut rendement émises par des entreprises privées européennes, américaines et britanniques (les poches hors zone euro étant couvertes contre le risque de change).

Pourquoi investir dans ce fonds ?

Les dettes subordonnées financières et celles émises par des sociétés de pays émergents sont exclues de l’univers d’investissement, car elles n’offrent pas suffisamment de protection aux créditeurs en cas de défaut.

Bien qu’il s’agisse d’un fonds à échéance – celle-ci est fixée au 30 juin 2023 –, il ne se limite pas à une stratégie de portage mais la gestion se veut active et flexible en fonction du contexte de marché et de l’évolution du profil de crédit des émetteurs sélectionnés. «L’amélioration de ce profil peut occasionner de belles performances, précise Edouard Faure, le gérant. Nous préférons alors prendre nos gains puisque le rendement résiduel devient limité. A l’inverse, nous n’hésitons pas à solder une position si le profil de crédit de la société se détériore, le niveau de rendement offert devenant alors insuffisant compte tenu de l’augmentation du risque.»

La composition du fonds s’appuie sur la maturité statistique. «75 % des obligations high yield ont des structures de calls et peuvent donc être remboursées par anticipation, explique Edouard Faure. Pour chaque obligation, nous calculons la probabilité que les différents calls soient exercés, ce qui nous permet de déterminer la maturité statistique de chaque titre. Celle-ci évolue en fonction du marché et de la qualité de crédit des émetteurs. Elle est donc analysée de manière hebdomadaire.» Dans une optique de maîtrise du risque, le portefeuille est bien équilibré d’un point de vue géographique et sectoriel, et il comporte un nombre important de lignes (environ 70 à l’heure actuelle). Le processus de gestion est centré sur une analyse crédit poussée et sur une connaissance fine des entreprises. Ce fonds offre un rendement brut annualisé de 6,1 % (au 30/11/2018).

Questions à… Edouard Faure, gérant high yield chez Swiss Life Asset Managers

Edouard Faure, gérant high yield, Swiss Life Asset Managers
Swiss Life Asset Managers

Pourquoi avez-vous décidé de lancer ce fonds à échéance ?
Ce n’est que le troisième fonds de ce type que nous lançons depuis 2012. Nous préférons en effet attendre qu’il y ait un véritable point d’entrée pour proposer un tel produit à nos clients. C’est actuellement le cas, compte tenu de la correction importante intervenue ces derniers mois sur le marché des obligations à haut rendement. A court terme, cette classe d’actifs pourrait encore subir de la volatilité et il faudra attendre la réouverture du marché primaire en janvier prochain pour mesurer l’appétit au risque des investisseurs. Nous estimons que le rebond pourrait intervenir dès le premier trimestre 2019.

Quels intérêts ce fonds présente-t-il pour les investisseurs ?
En premier lieu, le concept du fonds de portage à échéance permet à l’investisseur d’avoir une estimation du rendement qu’il peut espérer obtenir au moment de son investissement. Mais nous avons aussi souhaité proposer un fonds ouvert (il n’y a donc pas de période de commercialisation), afin que nos clients puissent saisir l’ensemble les opportunités d’investissement qui se présenteront tout au long de sa durée d’existence. Ceci signifie qu’ils pourront y entrer à tout moment.
Les porteurs de parts auront intérêt à rester investis jusqu’à l’échéance car le portage permet en quelque sorte d’amortir la volatilité du marché.Enfin, rappelons que le segment du high yield affiche une corrélation négative avec les taux à moyen et à long terme. Les fonds investis sur cette classe d’actifs sont donc peu exposés au risque de taux, ils le sont principalement au risque de défaut. Nous limiterons le risque à 2 % par émetteur afin de construire un portefeuille très diversifié et de limiter l’impact d’un éventuel défaut.

Quels segments privilégiez-vous actuellement ?

Nous sommes surpondérés sur l’Europe, à hauteur de 70 %. Dans cette zone, les spreads des émissions notées BB se sont beaucoup resserrés ces dernières années sous l’effet du quantitative easing de la BCE et nous n’observons pas encore de décompression notable. Nous préférons donc nous positionner sur les notations B, car l’écart de spread B est plus intéressant sur ce segment, ce qui fait plus que compenser le risque de défaut. Nous ne devrions pas significativement modifier notre allocation dans les mois à venir. De fait, les spreads sont moins larges outre-Atlantique qu’en Europe et la mise en place d’une couverture contre le risque de change sur le dollar coûte très cher.

Rechercher un autre fonds

Autres fonds gérés par cette société