Sélection de fonds

Actions

Trecento Robotique

Funds Magazine - Novembre 2017 - Marianne di Meo

Convaincue par les perspectives de croissance du marché de la robotique, la société de gestion Trecento Asset Management a lancé un fonds sur ce thème à la fin de l’année 2016.

Pourquoi investir dans ce fonds ?

De fait, cette rupture technologique se diffuse progressivement dans tous les secteurs d’activité. Selon les estimations de l’International Federation of Robotics, la croissance annuelle moyenne devrait s’accélérer, pour tourner autour de 10 % au cours de la prochaine décennie. Les catalyseurs sont nombreux (chocs démographiques, environnement, recherche de productivité, etc.). Le segment de la robotique industrielle est porté par les enjeux liés à l’usine connectée, cette usine «intelligente» où les robots s’échangent des informations. Cela permet par exemple d’accroître la productivité des chaînes de production et de réduire le gaspillage de matières premières. Certains Etats, comme la Chine avec son plan «made in China 2025», engagent d’importants moyens pour financer la robotisation de l’industrie. La robotisation touche également le domaine des services. Dans le secteur de la santé, par exemple, sur lequel Trecento AM a développé une véritable expertise, les robots chirurgicaux permettent de réaliser des interventions plus précises et de réduire les risques d’erreur humaine ; les exosquelettes aident, de leur côté, les personnes âgées ou handicapées à se déplacer.

Le processus de gestion

Trecento Asset Management a dans un premier temps identifié les principaux domaines d’application de la robotique : l’industrie, la santé, les logiciels et l’intelligence artificielle, la connectivité, le transport autonome, l’impression 3D et les drones. Une étude sectorielle a ensuite été réalisée pour chacun de ces domaines, afin d’analyser le marché (quelles sont les perspectives de croissance, quels sont les catalyseurs ?) et ses acteurs (étude des business models et analyse financière des entreprises). Cela a permis de définir des opportunités d’achat, qui sont ensuite présentées au comité d’investissement. La construction du portefeuille repose sur un travail de stock picking opéré de manière collégiale. Originalité du processus de gestion : les gérants s’appuient sur un comité d’experts, composé de personnalités appartenant à l’économie réelle (dirigeants de société) ou en lien avec la thématique de la robotique (chercheurs), ce qui leur permet de mieux appréhender les enjeux (applications possibles de nouvelles technologies, éventuelles menaces, etc.).

L’univers d’investissement est actuellement composé d’environ 400 valeurs internationales. Le portefeuille est exposé à hauteur de 55,1 % aux Etats-Unis et de 12,4 % au Japon. Cette exposition géographique, qui découle du fait que ces deux pays concentrent la majeure partie des acteurs de la robotique, peut toutefois peser sur les performances du fonds. Le fonds n’a pas recours aux instruments dérivés dans le cadre d’une couverture contre les effets de change, mais propose aux investisseurs le choix entre une part en euro et une part en dollar. Ainsi, la dépréciation du dollar et du yen enregistrée face à l’euro depuis le début de l’année a amputé une partie de la progression.

Pour limiter le risque du portefeuille, celui-ci est diversifié en matière de secteurs et de valeurs (il comptait 53 lignes à fin octobre). Le poids de chaque valeur ne peut excéder 3 % de manière active (avec une tolérance jusqu’à 4 % de manière passive lorsque les cours de Bourse augmentent, la position étant ensuite allégée). Les gérants s’intéressent aussi aux capitalisations boursières de taille plus restreinte dans un univers qui ne cesse de s’élargir, les petites capitalisations et start-up occupant une place importante, avec des critères de sélection plus élargis comme la liquidité.

La société de gestion

Trecento Asset Management est une société de gestion indépendante, créée en 2011 par Alice Lhabouz. Elle propose des produits d’investissements transparents et compréhensibles pour les investisseurs, sur des thématiques structurellement en croissance comme la santé, via le fonds Trecento Santé, ou la robotique avec Trecento Robotique. Trecento AM intervient également sur le segment de l’épargne salariale. Les encours sous gestion atteignent 201 millions d’euros1.

1 - Données au 31 octobre 2017.

Les convictions de l’équipe de gestion, Alice Lhabouz et Christophe Pouchoy

L’équipe de gestion
Alice Lhabouz
a démarré sa carrière à la direction des émetteurs de l’Autorité des marchés financiers (AMF). Après une expérience d’analyste financier buy-side chez Richelieu Finance, elle a rejoint la financière Meeschaert en tant que gérant privé pour le compte de grandes familles françaises. En 2011, elle a fondé Trecento Asset Management, qu’elle dirige tout en assurant la gestion des fonds Trecento Santé et Trecento Robotique au côté de Christophe Pouchoy.
Diplômé d’HEC, Christophe Pouchoy a commencé sa carrière au sein des banques d’affaires BNP Paribas (fusions-acquisitions) et Société Générale Americas (titrisation). Il a ensuite travaillé pour Lehman Brothers puis pour Nomura, où il conseillait des sociétés financières et des agences gouvernementales européennes sur leurs opérations de refinancement et de levée de capital réglementaire. Il a intégré Trecento AM en 2013 en tant qu’analyste gérant et exerce aujourd’hui les fonctions de directeur de la gestion.

En Bourse, le secteur de la robotique est en pleine expansion…
Il est vrai que le secteur compte beaucoup de jeunes sociétés non cotées, parfois détenues par des fonds de private equity. Ceux-ci vont logiquement chercher à sortir via des introductions en Bourse, ce qui permettra à la cote de s’élargir. En outre, de grands groupes industriels ont prévu de se séparer de leurs activités dans ce domaine en les faisant coter. On attend par exemple en 2018 un spin-off d’Aptiv, la division spécialisée dans la voiture connectée de l’équipementier Delphi. Le conglomérat Honeywell pourrait de son côté se défaire de sa branche «safety and productivity solutions». Même si ce secteur est en pleine construction, il y a déjà une profondeur de marché qui permet de trouver de belles opportunités d’investissement.

Ces sociétés qui développent des solutions très innovantes sont des cibles de choix. Cette dimension pourrait-elle dynamiser les performances de votre portefeuille ?
Les groupes qui veulent gagner des parts de marché dans la robotique sont disposés à payer des primes élevées pour acquérir des technologies particulières et se positionner sur des niches. Intel a ainsi déboursé plus de 14 milliards de dollars (soit une prime/action de 37,5 %) pour racheter Mobileye, une start-up israélienne spécialisée dans les systèmes de vision dans le domaine du développement de la voiture autonome. Cette opération a soutenu la performance de notre fonds au premier trimestre. Il pourrait de nouveau profiter de potentielles opérations de fusions-acquisitions dans les prochains mois.

Sur quelles valeurs avez-vous des convictions fortes ?
Nous sommes confiants sur les perspectives du groupe japonais Yaskawa, spécialisé dans la fabrication de robots industriels. Le cours de Bourse a déjà bondi de 145 % depuis le début de l’année. L’entreprise a une stratégie agressive en matière de prix, ce qui lui a permis de prendre des parts de marché à son concurrent Fanuc, qui est leader mondial sur ce segment de marché. Yaskawa dispose encore de leviers opérationnels pour continuer à améliorer ses marges.
Dans le domaine de la santé, nous sommes positionnés sur l’entreprise américaine Omnicell, qui fournit des solutions automatisées pour le stockage, la délivrance et le suivi de la prise de médicament. Dans ce domaine, les enjeux sont très importants puisque la FDA – l’administration américaine des médicaments – estime que les erreurs humaines en matière d’administration des traitements coûtent chaque jour la vie à un patient et qu’elles en blessent chaque année 1,3 million aux Etats-Unis. Le titre affiche un très beau parcours boursier, avec une progression de 41 % depuis le mois de janvier.

Rechercher un autre fonds