Stratégie

Innovation

Avec Iznes, les sociétés de gestion accélèrent sur la blockchain

Option Finance - 27 janvier 2020 - Séverine Leboucher

Blockchain

Avec Iznes, les sociétés de gestion accélèrent sur la blockchain

En stockant des informations de manière décentralisée et donc supposément plus sécurisée, la blockchain a des atouts qui séduisent les asset managers. Une poignée d’acteurs français réunis au sein du projet Iznes utilisent d’ores et déjà cette technologie pour améliorer la distribution de leurs fonds. L’initiative, qui jouit d’une certaine avance, doit toutefois faire face à plusieurs écueils.

Pour les asset managers, l’univers de la blockchain est loin de se limiter aux crypto-actifs comme le bitcoin dans lesquels ils pourraient investir. C’est aussi la technologie sous-jacente, celles des registres dits «distribués» («distributed ledger technology»), qui les intéressent. En tant que technologie, la blockchain a en effet le potentiel de faciliter l’une des tâches opérationnelles qui leur posent le plus problème : la distribution et le suivi des parts de leurs fonds. «Il est très complexe pour une société de gestion de savoir précisément qui sont les clients finaux souscripteurs de ses fonds car de nombreux intermédiaires interviennent dans la distribution des produits d’investissement, sans qu’il y ait une traçabilité satisfaisante à chaque étape. Cela ne permet pas aux sociétés de gestion de servir de façon optimale leurs clients», regrette François Deltour, chief operating officer chez Arkéa Investment Services.

C’est pour tenter de réduire cette complexité et de gagner en visibilité sur le passif de leurs fonds que six sociétés de gestion françaises (OFI AM, Groupama AM, La Financière de l’Echiquier et Arkéa Investment Services, rejoints par Lyxor et La Banque Postale AM) ont lancé, dès 2017, le projet Iznes.

Christophe Lepitre, président, Iznes
Iznes

«Depuis le début, l’objectif est de construire une plateforme de distribution et de tenue de registre des parts de fonds, qui serait conçue et financée par les asset managers eux-mêmes, relate Christophe Lepitre, ancien directeur général délégué d’OFI AM,...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner