Asset Management

Avec son premier SPAC, Tikehau Capital diversifie son offre

Option Finance - 19 février 2021

Le groupe de gestion d’actifs alternatifs, qui gère 28,5 milliards d’euros d’actifs, s’associe à Financière Agache, à l’ancien patron d’UniCredit Jean-Pierre Mustier et à l’ancien responsable de Bank of America Merrill Lynch Diego De Giorgi, pour lancer Pegasus Europe, premier SPAC dédié au secteur européen des services financiers. Un SPAC (Special Purpose Acquisition Company) est une société sans activité opérationnelle dont les titres sont émis en Bourse pour une durée limitée, dans l’intention de réaliser une ou plusieurs acquisitions dans un secteur particulier.

A travers cette opération, Tikehau Capital espère à la fois diversifier son activité et son offre aux investisseurs, mais aussi générer de nouvelles sources de rémunération.Le lancement d’un « premier » SPAC annonce en effet le développement d’une nouvelle ligne de produits. L’asset manager va venir en soutien d’expertises financières qui se situent hors de son cœur de métier, axé sur quatre classes d’actifs alternatifs : dette privée, actifs réels, private equity, capital markets strategies. Aux côtés de ses partenaires, Tikehau Capital va pouvoir proposer de nouvelles sources de financement à des sociétés non cotées, en les exposant aux marchés financiers. Et proposer, par la même occasion, une nouvelle classe de produits aux investisseurs.

Revenus instantanésEnfin, ce véhicule d’investissement s’avère particulièrement intéressant sur le plan financier pour la société de gestion, les « promote shares » générant des revenus instantanés après une introduction en Bourse. Le « promote » permet de rémunérer les sponsors pour leur gestion du SPAC, la recherche et la mise en œuvre d’une acquisition. Il est constitué d’actions acquises par les sponsors à titre de rémunération (sur la base d’une valeur d’action décotée) et représentant généralement 20 % du capital du Spac post-IPO. Les sponsors reçoivent également des « warrants » en compensation du paiement de l’ensemble des frais liés à l’IPO (frais de cotation, commissions des banques et autres conseils, etc.) et des dépenses...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner