Stratégie

Stratégie d’investissement

Dettes des collectivités : les gérants confiants

Option Finance - 10 avril 2020 - Sandra Sébag

Dette

La dette privée spécialisée dans le financement des collectivités locales a rencontré, ces dernières années, un écho de plus en plus favorable auprès des institutionnels, qui apprécient son profil rendement/risque. Un développement qui pourrait être freiné par l’épidémie du Covid-19, puisque les collectivités locales sont mobilisées dans la lutte contre la crise. Mais les rares gérants spécialisés sur ce marché ne sont pas inquiets et mettent en avant de nouvelles opportunités d’investissement.

La crise sanitaire et la mobilisation qu’elle implique pour soutenir les entreprises mettent sous pression non seulement les Etats, mais également les collectivités locales. Or ces dernières font depuis quelques années appel à des financements privés pour leurs investissements, sous forme de dette privée, achetée par des fonds spécialisés et des institutionnels. Pour autant, la classe d’actifs offrirait toujours un niveau de risque très mesuré, les collectivités continuant, comme à l’accoutumée, de faire face à leurs échéances. «Quelle que soit la conjoncture économique, y compris dans un contexte de crise très marquée, les collectivités locales paient leurs échéances en temps et en heure, affirme Stanislas Boutmy, gérant des fonds de financement du secteur public chez Acofi Gestion. Elles bénéficient de ressources sécurisées et les services disposent tous d’un plan de continuité qui leur permet de poursuivre leurs activités. De plus, elles ont à cœur de payer leurs échéances.» Une situation qui tranche avec l’expérience des fonds en dette privée spécialisés sur le financement des entreprises. De ce fait, les gérants ne se montrent pas particulièrement inquiets, d’autant que les transactions se poursuivent sur ce segment de marché. «Le marché secondaire fonctionne et tend à devenir liquide et profond», indique Stanislas Boutmy.

Un possible frein aux investissements

En revanche, le marché primaire pourrait connaître un léger tassement lié à un report d’échéances. «Les élections municipales ont été décalées et par...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner