Stratégie

Tendance

Frais de gestion et de transaction : la pression s’accentue

Option Finance - 3 septembre 2018 - Séverine Leboucher

Frais de gestion, Mif 2, Société de gestion

Frais de gestion et de transaction : la pression s’accentue

Après des mois de tergiversations en marge de l’entrée en vigueur de MIF 2, la plupart des sociétés de gestion se sont décidées à assumer sur leur propre budget les frais de recherche externe. En découle une nouvelle baisse des frais facturés à la clientèle institutionnelle, déjà en position de force dans la négociation des frais de gestion.

La boîte de Pandore ouverte par la directive MIF 2 sur la facturation de la recherche externe consommée par les gérants se referme peu à peu. Huit mois après l’entrée en vigueur des nouvelles règles européennes, qui exigent un découplage des frais d’exécution et des frais d’analyse financière au sein des frais dits de «transaction» facturés par les courtiers, les pratiques des sociétés de gestion se stabilisent. «Sauf exception, les asset managers ont choisi de ne pas utiliser l’option que leur avait laissée le régulateur de refacturer au client leurs frais de recherche externe. Ils les ont pris en charge sur leur compte de résultat», témoigne Jean-Christophe Jardin, fondateur de FinFees, une structure qui a notamment organisé les réflexions de la Place parisienne sur les enjeux de MIF 2 pour l’analyse financière. Cette décision de ne pas refacturer a été prise dans un contexte d’intenses pressions. «A la rentrée 2017, certains investisseurs, notamment des fonds de pension britanniques et hollandais, appuyés par le Financial Times, avaient activement communiqué sur le sujet. Après des années de pression sur les frais de gestion, c’était, pour eux, l’occasion de s’attaquer à la partie immergée de l’iceberg des frais qui leur étaient facturés : les frais de transaction», poursuit Jean-Christophe Jardin.

L’une après l’autre, les plus importantes sociétés de gestion ont annoncé qu’elles prenaient en charge les frais de recherche. Fidelity International, qui avait un temps annoncé une refacturation au client, a de son côté fait marche arrière :

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner