Stratégie

Vincent Ingham, directeur des affaires réglementaires de l’Efama

«Il faut donner confiance aux particuliers pour investir sur les marchés»

Option Finance - 2 octobre 2020 - Séverine Leboucher

Cinq ans après une première série de réformes, la Commission européenne vient de relancer le projet de l’Union des marchés de capitaux (UMC). L’Efama, l’association européenne de la gestion d’actifs, soutient la démarche, qui concerne de près son industrie.

Que change la crise actuelle à la nécessité de relancer l’UMC ?

Comme en 2015 sous la précédente Commission, l’objectif de l’Union des marchés des capitaux (UMC) est de décloisonner les marchés nationaux en levant les obstacles aux investissements transfrontaliers, de sorte que les capitaux présents dans un Etat membre puissent financer des projets dans un autre. C’est d’autant plus important en ce moment : du fait de la crise, les entreprises ont des besoins de financement tels que les banques – qui ont pourtant continué de jouer leur rôle – ne peuvent pas suffire à les satisfaire. Il est essentiel que les entreprises, et en particulier les PME, puissent disposer d’un accès plus direct aux marchés financiers. 

L’une des priorités est de faciliter le financement en fonds propres des entreprises. La Commission va-t-elle dans le bon sens ?

Il est indéniable que l’économie européenne est trop dépendante du financement bancaire. Les réponses apportées par la Commission sont de deux natures. D’un côté, il faut faciliter les introductions en Bourse des PME, via notamment un allègement des prospectus. De l’autre, il s’agit de lever les obstacles qui limitent les investissements des institutionnels et des particuliers au capital de ces entreprises. La Commission propose un allègement des exigences prudentielles des banques et des compagnies d’assurances pour l’investissement dans les PME. Elle envisage aussi de rendre plus flexibles les Eltif (European long-term investment fund), ces véhicules créés en 2015 pour que les particuliers puissent investir dans des actifs de long terme, mais qui sont très peu utilisés à ce jour. Toutes ces propositions ne sont pas de mauvaises...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner