Stratégie

Tendance

La recherche de rendements favorise les acteurs étrangers

Option Finance - 3 décembre 2018 - Sandra Sebag

Rendement

La recherche de rendements favorise les acteurs étrangers

Poussés par la nécessité de trouver des alternatives aux actifs traditionnels, les investisseurs institutionnels s’intéressent de plus en plus aux solutions proposées par des sociétés de gestion étrangères. Ces dernières profitent de cette opportunité pour se renforcer localement, car le marché français constitue pour elles une priorité dans le cadre de leur développement en Europe continentale.

Le marché français de la gestion d’actifs est l’un des plus profonds en Europe (avec un total de 3 971 milliards d’euros d’actifs sous gestion à fin 2016 selon les statistiques de l’Efama, la France se situe en deuxième position, derrière le Royaume-Uni et ses 8 093 milliards d’euros). Ce marché n’en a pas moins longtemps été réputé difficile pour les sociétés de gestion étrangères. «Il est pour l’essentiel captif, car entre 20 et 30 % seulement des encours sont ouverts à la concurrence, rappelle Naïm Abou-Jaoudé, directeur général de Candriam et président de New York Life Investment Management International. Les sociétés de gestion filiales de grands groupes dominent le marché. Les compagnies d’assurance disposent en effet de leur propre filiale de gestion ainsi que les banques qui ont réduit par ailleurs l’architecture ouverte.»

Un point de vue largement partagé. «Moins d’un tiers des fonds commercialisés en France sont d’origine étrangère, affirme Didier Jug, associé chez Investeam. Un chiffre relativement bas comparé à la Suisse où plus de 90 % des fonds sont étrangers ou encore à l’Allemagne (78 %) et au Royaume-Uni (50 %)». Une configuration liée notamment à l’absence de fonds de pension. «En France, il existe très peu de fonds de pension investis sur le long terme, indique Dominique Leprévots, président d’UBP Asset Management. Les grands investisseurs sont essentiellement des compagnies d’assurance qui gèrent en direct des actifs obligataires.»

Des institutionnels à la recherche de nouvelles solutions

Pourtant cette situation...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Stéphane Lapiquonne, directeur de BlackRock France, Belgique et Luxembourg

«Le marché français s’ouvre aux gérants étrangers dans le cadre d’une «architecture guidée.»

Jacques-Aurélien Marcireau, directeur adjoint des gestions actions et gérant du fonds Edmond de Rothschild Fund Big Data

«Le big data est un thème d’investissement transversal»