Stratégie

Stratégie

Le Luxembourg creuse l’écart avec la France

Option Finance - 15 février 2016 - Sandra Sebag

UCITS, SICAV, TTF

Le Luxembourg creuse l’écart avec la France

En quelques années, la Place luxembourgeoise a distancé tous ses compétiteurs européens, français en tête, en matière de domiciliation de fonds Ucits. Un succès qui tient à son savoir-faire en termes d’exportation, mais aussi à une stratégie de communication très efficace. De quoi inquiéter les gérants français, qui tentent enfin de réagir.

Début février, l’Autorité des marchés financiers (AMF) et l’Association française de la gestion financière (AFG) ont annoncé le lancement d’un groupe de Place sur la compétitivité, qui devrait rendre publiques ses propositions d’ici le mois de juin. Il était temps que la Place se mobilise : la France a encore récemment perdu des parts de marché en matière de domiciliation de fonds face au numéro 1 en Europe, le Luxembourg. Ce dernier conforte en effet d’année en année sa place de leader. Selon l’Efama, sa part de marché sur le segment des fonds Ucits était de 36,2 % à fin septembre 2015, contre 31,8 % deux ans auparavant. A contrario, la part des fonds de droit français n’a cessé de reculer : elle est passée sous la barre des 10 % – à 9,6 % – au 30 septembre 2015. La France se situe ainsi à présent au quatrième rang en matière de domiciliation de fonds Ucits alors que, il y a encore quelques années, elle talonnait le Luxembourg.

Un positionnement très tôt sur les fonds Ucits

Le succès du Luxembourg s’explique avant tout par une politique volontariste mise en place dès l’adoption de la directive Ucits.

Denise Voss, présidente de l’Alfi
Alfi

«Les fonds Ucits existent depuis trente ans, rappelle Denise Voss, présidente de l’Alfi (association des fonds luxembourgeois). Dès leur création, le Luxembourg a saisi cette occasion pour renforcer sa place financière en créant un écosystème favorable à la domiciliation de fonds gérés par des sociétés de gestion étrangères.» Il a ainsi été précurseur en matière de création de véhicules Ucits dédiés à l’exportation.

Laurent Fedrigo, associé, Deloitte Luxembourg
Deloitte Luxembourg

«C’est le premier pays à avoir transposé dans son droit national la directive Ucits de 1985, rappelle Laurent Fedrigo, associé au sein du...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner