Stratégie

Expertise – THEAM Groupe BNP Paribas

«Les indices excluant les sociétés impliquées dans les activités d’armes controversées seront les références de demain»

Option Finance - 28 avril 2014 - Communiqué

THEAM est le premier acteur de l’industrie européenne à adopter les indices de MSCI Global Ex Controversial Weapons (Ex CW), excluant les entreprises impliquées dans les activités d’armes controversées comme indices de référence d’une gamme de fonds indiciels ouverts. Depuis le 16 janvier 2014, tous les compartiments indiciels Actions de la SICAV Parworld ont ainsi changé leur indice de référence respectif, passant des indices traditionnels de MSCI à leur version MSCI Global ex CW.

Un positionnement précurseur

Le partenaire spécialisé en gestion protégée, indicielle et modélisée de BNP Paribas Investment Partners (IP) franchit ainsi une nouvelle étape dans sa démarche d’investisseur responsable et affirme sa conviction que gestion indicielle et investissement responsable ne sont pas incompatibles.

«Cette décision majeure est le fruit d’une réflexion menée depuis plusieurs années non seulement au sein de BNPP Investment Partners mais également chez THEAM», précise Marie-Sophie Pastant, responsable adjointe de l’équipe ETF & Fonds Indiciels. Dès fin 2010, BNPP IP a en effet exclu les producteurs d’armes controversées de tous ses actifs gérés au titre de la politique sectorielle défense de BNP Paribas. Parallèlement, le département gestion indicielle de THEAM s’est attaché à identifier les moyens d’exclure les titres controversés de l’ensemble des portefeuilles indiciels gérés en réplication physique. «Nous excluions déjà avec succès depuis plusieurs années ces titres de nos gestions sans recourir à des indices spécifiques et en s’assurant que le risque de déviation restait limité, explique Marie-Sophie Pastant. L’adoption des indices MSCI permet de pérenniser notre démarche.» L’initiative de THEAM répond également aux recommandations publiées en avril 2013 par l’Association Française de Gestion (AFG) sur la mise en place, pour les gestions indicielles, d’une politique d’exclusion des entreprises impliquées dans les activités d’armes à sous-munitions et mines anti-personnel. Elle est également l’aboutissement d’échanges avec l’ONG Handicap International dans le cadre d’un de ses plaidoyers.

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner