Stratégie

Benoit du Mesnil du Buisson, président de Baring France SAS

"Les marchés d'Asie du sud-est offrent de nombreuses possibilités d'investissement aux stock pickers"

Option Finance - 10 novembre 2014 - Communiqué

Barings développe depuis près de 35 ans une expertise sur les marchés émergents et est également précurseur sur les pays frontières.

Benoit du Mesnil du Buisson, président de Baring France SAS
Benoit du Mesnil du Buisson

Interview de Benoît du Mesnil du Buisson, président de Baring France SAS

Pourquoi s’intéresser maintenant aux marchés d’Asie du Sud-Est ?

Benoît du Mesnil du Buisson : Les marchés financiers d’Asie du Sud-Est sont essentiellement constitués des pays de la zone Asean dont les principaux membres sont l’Indonésie, Singapour, la Malaisie, la Thaïlande et les Philippines. Solides financièrement avec un endettement souvent inférieur à 30 % du PIB, ces pays disposent de populations jeunes et bien formées, profitent de l’émergence de classes moyennes prêtes à consommer. Ils améliorent leurs équipements en infrastructures et exploitent également leurs ressources naturelles. Par ailleurs, certains marchés dits «frontières», les marchés émergents de demain, sont en train d’apparaître et complètent le paysage financier de cette Asie très dynamique et en perpétuelle évolution. La croissance est donc forte et profite particulièrement à des secteurs économiques tels que la consommation durable, le bâtiment et les travaux publics, le bancaire ou la santé.

Quels sont les atouts pour les investisseurs ?

Benoît du Mesnil du Buisson : Outre l’espoir d’une forte appréciation (la zone surperforme les marchés émergents de + 6 % par an sur ces cinq dernières années), ces marchés offrent pour un gestionnaire de portefeuille une bonne diversification, exprimée par un coefficient de corrélation inférieur à 0,5 avec le MSCI World et même le MSCI Emerging Markets. Encore très domestiques, ils sont peu affectés par les mouvements parfois violents opérés pour le compte de capitaux étrangers. Ils reflètent ainsi mieux la qualité intrinsèque des économies de ces pays. Enfin, ces marchés et ces sociétés sont relativement peu suivis par la communauté financière. Cette inefficience donne  aux «stock pickers» tel que Barings de nombreuses opportunités d’investissement.

Leur valorisation est-elle attractive ?

Benoît du Mesnil du Buisson : La valorisation actuelle se situe plutôt dans le haut de sa fourchette de variation mais reste néanmoins attractive au regard des perspectives de croissance. Fin octobre, le PE moyen était de 12 fois les résultats estimés pour 2015, contre 10 pour les émergents et 15 pour les pays développés. Le ROE y est aussi sensiblement plus élevé, de l’ordre de 20 % et le taux de croissance des bénéfices de 15 %. Autre atout à ne pas négliger, l’effet devise. Ces marchés, essentiellement libellés en dollar américain permettent à un investisseur en euro de bénéficier de l’appréciation du billet vert, tendance qui devrait  se poursuivre en 2015.

Quelle est l’expertise de Barings ?

Benoît du Mesnil du Buisson : Précurseur sur les émergents, Barings développe depuis près de 35 ans une expertise sur ces marchés. Dès 1982, Barings a créé le premier fonds investi en actions chinoises cotées à Hong Kong. Depuis sa création, Baring Hong Kong China Fund a généré une performance annualisée de 11 %. Cette longue expertise nous permet d’afficher un encours sous gestion de 16 milliards d’euros sur les émergents et d’employer une équipe d’une trentaine de gérants et analystes basés à Hong Kong et à Londres. Cette présence locale historique en Asie nous confère une connaissance intime de ces marchés en plein essor. Nous capitalisons sur cette expertise pour être également précurseur sur les pays frontières, nouveaux marchés émergents, avec le lancement en 2008 du Baring Asean Frontiers Fund. Notre offre a été étoffée en 2010 par un fonds régional, Baring MENA Fund, puis en 2013, par un fonds global, Baring Frontier Markets Fund.

Quelle est la philosophie d’investissement du Baring Asean Frontiers Fund ?

Benoît du Mesnil du Buisson : Géré dans une perspective de long terme, ce fonds s’appuie sur un processus de sélection de valeurs rigoureux, basé sur l’approche «GARP» (croissance à prix raisonnable) que nous déployons dans tous nos fonds actions. L’équipe de gestion recherche des sociétés aux fondamentaux solides et de qualité leur assurant une croissance forte et pérenne dans le temps. Ce processus éprouvé permet au fonds d’afficher à fin octobre une progression annualisée de 14,38 % sur cinq ans et de 22,32 % depuis le début de l’année.

A quels besoins répond-il ?

Benoît du Mesnil du Buisson : UCIT 4, ce fonds s’adresse aussi bien aux particuliers qu’aux investisseurs institutionnels recherchant une solution de valorisation de leur épargne à long terme.