Stratégie

Climat

Les politiques d’exclusion ne pèsent pas sur les cours

Option Finance - 7 Février 2020 - Sandra Sebag

Investissement, ESG, Finance verte

Si 2019 marque un tournant dans la prise en compte du climat par les investisseurs, l’impact sur les performances boursières des secteurs qui émettent le plus de carbone n’est pas encore perceptible. Certains bénéficient du fait qu’il n’existe pas d’alternatives à leur activité. Pour d’autres, les désinvestissements sont très progressifs. Toutefois, une discrimination positive s’opèrerait en faveur des entreprises qui modifient leur business model.

«Les entreprises, les investisseurs et les gouvernements doivent se préparer à une réallocation significative des capitaux dans un avenir proche, plus proche que la plupart des gens ne l’anticipent.» Cette mise en garde, qui figure dans la lettre annuelle adressée aux investisseurs en début d’année par Larry Fink, président de BlackRock, est loin d’être anodine. Pour le patron du plus grand gestionnaire d’actifs au monde, il est désormais impératif d’intégrer les critères ESG et la lutte contre le réchauffement climatique dans la gestion d’actifs, ce qui va entraîner un changement drastique dans les allocations des investisseurs. Il n’est pas le seul à réclamer un tel changement. Pour la première fois cette année, le Forum économique mondial de Davos, qui s’est réuni au mois de janvier, a placé au cœur de son agenda les risques environnementaux. 

Des investissements réorientés

En Europe, et en particulier en France, les institutionnels comme les gérants ont été précurseurs dans ce domaine, en se désengageant progressivement du charbon et des énergies fossiles et en s’intéressant au financement des énergies renouvelables. «Certains investisseurs nous demandent d’exclure intégralement des secteurs, d’autres ont une approche plus modérée et sélectionnent au sein des secteurs les valeurs qui disposent d’une stratégie en termes de réduction d’émissions de carbone. Dans tous les cas de figure, la problématique du climat est prise en compte», confirme Catherine Garrigues, directrice de la stratégie actions Europe...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner