Stratégie

Carine Echelard, Managing Director de Caceis en France

«Les rapprochements menés reposent sur la recherche de synergies commerciales»

Option Finance - 11 juin 2019 - Sandra Sebag

OPA

"Pour Kas Bank, nous renforcerons notre présence sur l’Europe du Nord et auprès de la clientèle des fonds de pension. Le rapprochement avec S3 nous permettra de bénéficier d’une implantation en Espagne ainsi qu’en Amérique latine."

Carine Echelard, Managing Director, Caceis en France
Caceis en France

Caceis vient d’annoncer deux grandes opérations successives en Europe, pourriez-vous nous les détailler ?

Nous avons en effet annoncé en février dernier un projet d’offre publique d’achat (OPA) amicale sur KAS BANK, un acteur historique de la conservation de titres et de l’administration de fonds aux Pays-Bas, qui jouit d’une grande expertise dans les services aux investisseurs institutionnels, notamment aux fonds de pension et compagnies d’assurance. KAS BANK affiche 197 milliards d’euros d’actifs en conservation et 191 milliards d’euros en administration de fonds. Une fois l’OPA menée à son terme, Caceis – déjà présent aux Pays-Bas – deviendrait un acteur majeur sur ce marché, avec une position renforcée sur ce segment de clientèle. KAS BANK, qui rejoindrait ainsi le réseau de Caceis, aura vocation à devenir notre centre d’excellence pour l’activité de services aux fonds de pension. Il s’adressera à tous nos clients. Quant aux actuels clients de KAS BANK, aux Pays-Bas, ainsi qu’en Allemagne et au Royaume-Uni, ils pourront bénéficier de l’ensemble des prestations de Caceis, dont celles aux fonds de private equity et aux sociétés d’investissement immobilier.
Par ailleurs, nous avons également annoncé le projet de rapprocher les activités de Santander Securities Services (S3), la filiale spécialisée du premier groupe bancaire espagnol, Santander. Leader en Espagne sur son marché, S3 est active au Brésil, au Mexique et se développe en Colombie. L’ensemble représente 710 milliards d’euros en conservation et 138 milliards d’euros en administration de fonds. S3 apporterait 100% de ses activités en Espagne ainsi que ses activités en Amérique Latine, sur lesquelles Caceis et Santander exerceraient un contrôle conjoint. Santander deviendrait ainsi actionnaire minoritaire (à 30,5 %) de Caceis aux côtés de Crédit Agricole SA (69,5 %).

 Quelles synergies pensez-vous dégager de ces opérations ?


Dans les deux cas, il s’agit essentiellement de synergies commerciales, avec une parfaite complémentarité géographique et de produits. Pour KAS BANK, nous renforcerons notre présence sur l’Europe du Nord et auprès de la clientèle des fonds de pension. Le rapprochement avec S3 nous permettra de bénéficier d’une implantation en Espagne – où nous n’avions pas d’entité – ainsi qu’en Amérique latine. S3 dispose d’une grande connaissance de ces marchés en développement, de leur réglementation et des besoins de la clientèle. Avec ces projets, Caceis améliorerait son positionnement dans un marché où l’expertise locale, associée à la capacité d’investissement d’un grand acteur, compte. Nous envisageons également des synergies de coût, avec des outils et plateformes partagés.


Comment allez-vous parvenir à intégrer ces deux entités dans un délai rapproché ?

La réussite de ces opérations repose sur une vision commune de nos métiers. Caceis a une grande expérience en termes d’intégration des équipes. Nous l’avons fait à de nombreuses reprises, par exemple lorsque nous avons repris l’activité de banque dépositaire, conservation et d’administration de fonds d’HSBC en France, ainsi que lors d’opérations comparables dans d’autres pays européens.
Notre croissance s’appuie donc, en partie – et cela depuis la création de Caceis il y a bientôt quinze ans – sur l’intégration de nouvelles équipes et de nouvelles entités.

Etes-vous en mesure de concurrencer, grâce à ces rapprochements, les géants anglo-saxons ?

L’objectif de Caceis est différent. Les acteurs auxquels vous faites référence bénéficient de la dimension de leur marché domestique américain, avec un modèle peu comparable au nôtre. Avec la réalisation de ces deux opérations, qui sont, à ce jour, encore soumises à un certain nombre de démarches de la part des acteurs et obtentions d’autorisations réglementaires, les encours en conservation de Caceis s’élèveraient à environ 3 500 milliards d’euros et 2 000 milliards d’euros d’actifs en administration de fonds. Notre position de leader en Europe, notre marché prioritaire, en sera confortée.