Stratégie

Gestion d'actifs

L’industrie française cherche à rebondir

Option Finance - 7 juillet 2014 - Sandra Sebag

Collecte, Concurrence, Luxembourg, Fiscalité, International

Industrie phare de la finance française, la gestion d’actifs souffre depuis plusieurs années. La collecte est restée négative en 2013, contrairement à la plupart des pays européens et la part de marché des fonds français en Europe ne cesse de régresser. Confrontée à un marché domestique devenu difficile, l’industrie se cherche un second souffle grâce à l’international.

L’industrie de la gestion d’actifs peine à se relever de la crise financière en France. Fin mai 2014, selon les chiffres collectés par Europerformance, les encours sous gestion dans les fonds de droit français ressortaient à 782 milliards d’euros, soit un chiffre inférieur à celui atteint fin 2009 où les encours étaient de 883 milliards. En cinq ans, près de 100 milliards d’euros d’encours ont ainsi été perdus. Une situation d’autant plus inquiétante que dans les autres pays européens, la collecte est repartie à la hausse depuis plusieurs années. «La France est le seul pays européen à n’avoir pas connu une collecte positive en 2011, 2012 et 2013, déplore Paul-Henri de La Porte du Theil, président de l’Association française de la gestion financière (AFG), même les autres pays latins fortement marqués par la crise comme l’Espagne et l’Italie ont collecté en 2013.»

La désaffection des particuliers

Paul-Henri de La Porte du Theil, président, Association française de la gestion financière (AFG)
Paul-Henri de La Porte du Theil

Une situation qui s’expliquerait essentiellement par la désertion de la clientèle des particuliers. «La collecte en provenance des particuliers est négative sans interruption depuis 2007», précise Paul-Henri de La Porte du Theil. En cause, la fiscalité qui pèse sur les produits d’épargne. «En France, la fiscalité est dissuasive, nous sommes le seul pays d’Europe à appliquer une fiscalité progressive sur les produits d’épargne en fonction du revenu, partout ailleurs, elle est forfaitaire», poursuit Paul-Henri de La Porte du Theil. Outre son niveau, elle manque de lisibilité. «Il existe des incitations fiscales sur les...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner