Stratégie

Stratégie de couverture

Pas de consensus chez les gérants

Option Finance - 18 avril 2017 - Audrey Spy

gérant, Marchés

Depuis le début de l’année, les marchés ont bien progressé malgré la montée du risque politique en France. Mais à l’approche du premier tour de l’élection présidentielle, les gestionnaires n’excluent pas le pire des scénarios et couvrent leur portefeuille en utilisant des stratégies optionnelles.

Le calme avant la tempête… tel est le sentiment de certains gestionnaires d’actifs sur les marchés actuellement.

Thierry Million, directeur de la gestion obligataire institutionnelle, Allianz Global Investors
Allianz Global Investors

Il est vrai qu’à quelques jours des élections présidentielles en France, les Bourses, notamment européennes, semblent maintenir leur bonne dynamique. Le CAC 40 a récemment dépassé le seuil des 5 100 points, soit une première depuis sept ans. De leur côté, les marchés obligataires ont connu quelques soubresauts. Mais un seul mouvement brutal a eu lieu sur les taux en février au moment des révélations concernant François Fillon. «A l’époque, les investisseurs ont craint une montée des candidats populistes, de ce fait la prime de risque sur la dette de l’Etat français par rapport à l’Allemagne a dépassé 85 points de base en février avant de se normaliser à 65 pb», rappelle Thierry Million, directeur de la gestion obligataire institutionnelle d’Allianz Global Investors.

Nadège Dufossé, responsable de l’allocation d’actifs, Candriam
Candriam

Par la suite, les investisseurs, en particulier français, ont en effet été rassurés par l’évolution de la campagne. «Après le ralliement de François Bayrou à Emmanuel Macron qui a permis la montée de ce dernier dans les sondages, ils se sont montrés moins inquiets quant à l’issue des élections françaises», ajoute Nadège Dufossé, responsable de l’allocation d’actifs de Candriam. Jusqu’à la semaine dernière, les institutionnels tricolores se montrent même plutôt confiants. «Dernièrement, lors d’une conférence en région auprès d’une clientèle de 150 investisseurs professionnels, j’ai été étonné de ne recevoir aucune question en lien avec les élections françaises, indique Thierry Million. Nos clients internationaux...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner