Stratégie

David Zahn, head of european fixed income chez Franklin Templeton

Une stratégie obligataire très flexible et responsable pour saisir les opportunités en Europe

Option Finance - 19 mars 2021 - Parole d'expert

Stratégie, Investissements

Une stratégie flexible est nécessaire pour saisir les opportunités sur le marché obligataire européen, et ce d’autant plus dans un contexte volatil. Une telle stratégie doit aussi intégrer les critères ESG pour répondre à la demande croissante des investisseurs pour des approches obligataires durables. Explications de David Zahn, head of european fixed income chez Franklin Templeton.

Quelles sont vos perspectives sur les marchés obligataires européens ?

Même si la campagne de vaccination dans le monde entier devrait contribuer à un retour de la confiance et de la croissance économique, la reprise ne sera pas rapide en Europe en raison de nombreux obstacles. Il faudra probablement deux ou trois années pour retrouver les niveaux de croissance d’avant-Covid-19. La Banque centrale européenne devrait donc maintenir sa politique ultra-accommodante avec des taux très bas et une poursuite de son programme d’achats d’actifs obligataires. Ces achats, sensiblement supérieurs aux volumes d’émissions, devraient maintenir les spreads de crédit sous pression. Mais 2021 devrait également être une année volatile sur les marchés obligataires. Le début d’année l’atteste déjà.

Quelle stratégie obligataire faut-il privilégier dans un tel contexte ?

Malgré un environnement de taux très faibles, l’univers obligataire européen recèle de nombreuses opportunités, et ce d’autant plus dans un environnement volatil. Garder des liquidités disponibles permettra alors de pouvoir les déployer lorsque les opportunités se présentent. Mais pour profiter de la richesse de cet univers et, selon les configurations de marché, de ses différentes sources de rendement, il est important de pouvoir déployer une stratégie flexible sur l’ensemble de la classe d’actifs et de la zone géographique. 

Au sein de notre gamme de fonds, Franklin European Total Return Fund est le produit offrant la plus grande flexibilité. L’objectif de ce fonds est de maximiser le rendement total (revenu des intérêts, appréciation du capital et gains de change) en investissant principalement dans des instruments de dette à taux fixe et/ou variable, dans des emprunts d’Etats et d’établissements publics ou dans des obligations d’entreprises libellés en euros.

Comment ce fonds se différencie-t-il par rapport à ses pairs ?

L’intégration des critères ESG (environnement, social et gouvernance) est au cœur du processus de gestion du fonds car nous avons la conviction chez Franklin Templeton qu’une telle approche améliore le profil rendement/risque des obligations. La stratégie utilise une méthodologie propriétaire de notation extra-financière pour évaluer les émetteurs. Le fonds capitalise également sur la conviction que l’approche ESG ne doit pas être imposée. C’est donc sur la base d’un engagement actif, avec un dialogue constructif permanent entre nos équipes de gestion et les sociétés dans lesquelles nous investissons, que les facteurs ESG figurent au cœur de nos processus de sélection. Parallèlement à sa stratégie très flexible, ce fonds permet donc aussi de répondre à la demande croissante des investisseurs pour des stratégies obligataires responsables.

Quels sont les atouts du marché obligataire européen en matière d’investissement responsable ?

Les opportunités d’investir dans des obligations, aussi bien souveraines que d’entreprises, qui respectent les critères ESG sont nombreuses en Europe, et de plus en plus en raison notamment d’un environnement réglementaire et politique très incitatif. L’Union européenne est notamment à l’avant-garde du programme de lutte contre le changement climatique avec environ 30 % du plan de relance et 1 000 milliards d’euros sur son budget de sept ans qui y seront consacrés. 

La Commission européenne s’est également engagée à décarboniser l’économie, avec pour objectif zéro émission nette de gaz à effet de serre d’ici 2050. La position européenne devrait inciter les États et les entreprises à accélérer leur stratégie de lutte contre le changement climatique, mais également permettre de stimuler les investissements dans les obligations vertes européennes et l’essor de ce marché en Europe.