Tables Rondes

Les participants au Grand Débat et leur actualité

Option Finance - 18 février 2019 - Sandra Sebag

Muzinich & Co. un acteur historique dans le crédit et la dette privée

Erick Müller a rejoint Muzinich & Co. en août 2015 ; il apporte une vision stratégique et macroéconomique aux équipes de gestion et contribue activement à l’élaboration des solutions d’investissement pour la clientèle institutionnelle et de distribution. Avant de rejoindre Muzinich & Co., Erick était en charge du suivi des portefeuilles des institutions publiques et parapubliques chez JP Morgan Asset Management. Précédemment, Erick a été chef de produit fixed income au sein du département product management de Fidelity Worldwide Investors. Erick a commencé sa carrière en 1987 et a travaillé précédemment à la S.G. Warburg, HSBC, UBS et Crédit Agricole Investment Bank. Au total, Erick affiche 25 ans d’expérience sur les marchés financiers. Il a étudié l’économie et l’économétrie à l’Université Panthéon-Assas à Paris et a obtenu un MBA à l’école de commerce ESLSCA.

1988 par George Muzinich. Elle compte aujourd’hui parmi les acteurs les plus reconnus sur le marché de la dette d’entreprise, opérant à travers ses bureaux de New York, Londres, Manchester, Dublin, Francfort, Paris, Madrid, Milan, Zurich et Singapour. Avec un historique de près de 30 ans sur les marchés du crédit, Muzinich a pu démontrer sa capacité à délivrer des rendements ajustés du risque, attractifs, dans des conditions de marché variées, grâce à l’importance accordée à la recherche et l’analyse fondamentale, ainsi qu’au contrôle du risque crédit. Muzinich & Co. déploie ses expertises sur l’ensemble de l’univers du crédit d’entreprise des marchés développés et émergents en proposant des stratégies d’investissement high yield, investment grade, cross-over, absolute return, syndicated loans, ainsi que la dette privée dédiée aux PME-ETI en Europe, et prochainement aux Etats-Unis. La société emploie 185 personnes dans le monde, dont 91 professionnels de l’investissement et des risques, et gère 30,8 milliards de dollars US au 31 décembre 2018.

IVO Capital Partners multiplie les récompenses pour sa gestion obligataire

Michael Israel a débuté sa carrière en 2000 chez Paribas. Il rejoint ensuite le groupe Rothschild & Cie à Paris en 2001. En 2005, il intègre Merrill Lynch où il dirige une équipe de gestion advisory spécialisée sur le crédit corporate en situation spéciale. Son équipe couvre l’ensemble des instruments de crédit corporate avec un focus spécifique sur les crédits structurés, les marchés high yield internationaux et les emerging markets pour un encours de 500 millions de dollars. De 2009 à 2012, Michael faisait partie de la liste des «World’s Top 10 Merrill Lynch Financial Advisors». Michael a quitté Merrill Lynch en 2012 pour fonder IVO Capital Partners avec Roland Vigne et Sidney Oury, avec qui il travaillait depuis des années. Michael cogère le fonds IVO Fixed Income avec Roland Vigne. Il est également membre du comité d’investissement des fonds de Litigation Finance.

IVO Capital Partners est une société de gestion spécialisée sur les marchés obligataires cotés et non cotés. Présente à Paris, Mexico et São Paulo, elle compte 18 collaborateurs et gère 530 millions d’euros. Côté gestion obligataire, l’approche vise à saisir les opportunités crédit partout où elles se trouvent en dépassant les concepts de géographie et de rating, et en s’appuyant sur une approche «mauvais pays/bonnes sociétés» qui permet d’optimiser différemment la qualité de crédit et le rendement d’une poche obligataire traditionnelle. Côté dette privée, IVO est spécialisé dans des financements désintermédiés sur des actifs décorrélés des marchés (financement de contentieux, financement de sociétés en croissance). IVO propose une gestion qui est reconnue par les spécialistes. Le fonds IVO Fixed Income s’est hissé au premier rang de sa catégorie sur trois ans et a obtenu la note 5 étoiles sur Morningstar et Quantalys. Les gérants se sont vu délivrer la note AAA sur Citywire et la société a reçu le prix de «société de gestion entrepreneuriale de l’année» aux Trophées de l’Asset Management organisés par Option Finance et Funds Magazine. Un nouveau fonds «short duration» s’appuyant sur la même philosophie de gestion que le fonds flagship IVO Fixed Income EUR UCITS sera lancé au premier trimestre 2019.

Amiral Gestion met sa gestion flexible au service de l’obligataire

Diplômé de l’Ecole normale supérieure de Cachan, David Poulet détient un DEA en droit des affaires de l’Université Paris II Panthéon-Assas, a obtenu la certification CIIA de la SFAF et est certifié CFA. Il intègre Amiral Gestion en 2004 en tant qu’associé gérant. Il coordonne avec Jacques Sudre le fonds de sélection d’obligations internationales Sextant Bond Picking depuis sa création en mars 2017, ainsi que la poche obligataire de Sextant Grand Large, le fonds diversifié flexible d’Amiral Gestion.

Créée en 2003, Amiral Gestion est une société de gestion indépendante détenue par ses salariés. Amiral Gestion s’appuie sur une philosophie de gestion active de conviction pour offrir les meilleures performances sur un horizon de placement long à une clientèle composée d’investisseurs institutionnels, d’investisseurs professionnels (CGPI, family offices et banquiers privés) et de particuliers. Amiral Gestion gère à ce jour les six fonds Sextant ainsi que plusieurs mandats institutionnels, dont le mandat de place Nova II investi dans les petites et moyennes capitalisations, une des expertises historiques d’Amiral Gestion. A travers son fonds diversifié flexible Sextant Grand Large et sa gestion privée, Amiral Gestion a développé une expertise en sélection d’obligations internationales qu’elle a également déployée dans le fonds Sextant Bond Picking créé en mars 2017. Le fonds applique lui aussi le principe de gestion en sous-portefeuilles, spécificité d’Amiral Gestion. Il offre une approche flexible des marchés obligataires basée sur une analyse fondamentale inhérente à la société de gestion. Amiral Gestion compte 45 collaborateurs. Son encours s’élève à 3,6 milliards d’euros au 31 décembre 2018.

La MACSF offre un rendement sur son fonds en euro supérieur à la moyenne du marché

Eric Dubos, directeur financier et membre du comex, MACSF
MACSF

Eric Dubos a intégré le groupe MACSF en 2002. Auparavant, il était responsable de la gestion obligataire et alternative chez Robeco Group France de 1998 à 2002. Il a aussi été gérant de taux long terme internationaux chez Ofivalmo et assistant de gestion à La Mondiale. Il a débuté sa carrière chez BNP Paribas à Londres en août 1991. Il est titulaire d’un DESS Finance d’entreprise et marchés internationaux de capitaux obtenu à Sciences Po Paris et d’un MBA Assurances (ENASS).

La MACSF a servi un taux de rendement de 2,20 % en 2018 sur son fonds en euro (RES). Il s’agit d’un des taux parmi les plus élevés du marché, qui a pu être proposé tout en dotant la provision pour participation. «Le fonds en euros RES conforte sa position de référence sur le marché, il surperforme la moyenne estimée du marché à 0,60 % sur l’année et de plus de 8 % sur la dernière décennie, indique Eric Dubos, directeur financier et membre du comex du groupe MACSF. Cette performance profite à chacun de nos adhérents, nouveau ou ancien. Elle est le fruit de prises de risque pertinentes et renouvelées dans l’obligataire, l’immobilier, le financement d’entreprises cotées et non cotées et l’infrastructure.» Le groupe propose aussi aux adhérents qui ne souhaitent pas gérer eux-mêmes la diversification de leur épargne différents profils de gestion qui constituent une solution dont la robustesse a été démontrée cette année dans un contexte de marché difficile. Leurs performances sont bien au-dessus de la moyenne du marché. De même, les performances des supports dédiés aux contrats Madelin sont tout aussi attractives, elles ressortent à 2,3 % sur le fonds en euro du RES fonds de pension. En parallèle, depuis quatre ans, le groupe a entamé un virage numérique important dont le but est de proposer de nouvelles fonctionnalités aux clients-sociétaires. Le site Internet a été revu et une nouvelle application est maintenant disponible. Un chatbot a aussi été créé pour informer les étudiants en santé.

Salamandre Asset Management, un accompagnement flexible et sur mesure des institutionnels

Agé de 42 ans, Camille Barbier a commencé sa carrière professionnelle chez BNP Paribas Francfort avant d’intégrer Ixis Asset Management en tant que gérant obligataire puis la MIF (Mutuelle d’Ivry-La Fraternelle) en tant que directeur financier (en charge notamment des investissements). Il a ensuite occupé la fonction de directeur des gestions de Twenty First Capital dont il a été membre du directoire, puis a rejoint ECOFI Investissements en janvier 2015 comme directeur des gestions et membre du Codir. Camille a cofondé, en décembre 2016, Salamandre AM, et il en est le président.

Créée en décembre 2016 par Camille Barbier et Sébastien Grasset, Salamandre AM est une société de gestion entrepreneuriale spécialisée dans le développement de stratégies de gestion obligataire et diversifiée innovantes. Ses deux expertises principales sont la gestion obligataire avec une approche flexible et l’allocation d’actifs en architecture ouverte (multigestion) avec une capacité à sélectionner des fonds proposant des expositions à des classes d’actifs complémentaires (actions, produits structurés, immobilier, infrastructures, private debt, loans, litigation funds, trade finance…). Salamandre AM accompagne des clients institutionnels, avec transparence et proximité, en matière d’allocation en actifs de rendement (portefeuilles obligataires en direct, produits structurés, sélection de fonds ayant une optique de génération de rendements réguliers et offrant une exposition sur des classes d’actifs diversifiantes, etc.). Salamandre AM gère des fonds dédiés pour des mutuelles et d’autres investisseurs institutionnels, mais également des mandats de gestion, le tout avec une tarification adaptée et en intégrant les contraintes prudentielles et spécifiques des clients (reporting sur mesure, participation à des réunions de suivi des portefeuilles…). Salamandre AM peut également intégrer dans sa sélection d’actifs une dimension ISR par le recours à des fonds spécialisés. Après deux ans d’existence, Salamandre AM affiche près de 550 millions d’euros d’actifs sous gestion. La société de gestion s’apprête à élargir son offre avec un fonds obligataire ayant vocation à distribuer trimestriellement un revenu. Ce fonds, en cours de processus d’agrément par le régulateur, devrait être disponible fin février 2019 (sous réserve de sa validation par le régulateur). Il permettra, selon Salamandre AM, de redonner à la gestion obligataire sa vocation première notamment pour la clientèle des CGP et des family offices : distribuer un rendement régulier pour les porteurs.

La Caisse des Dépôts investit 70 % de ses actifs financiers en taux

Joël Prohin, directeur du pôle de gestion des portefeuilles au sein de la direction des gestions d’actifs de la Caisse des Dépôts depuis le 1er juillet 2017. Joël Prohin, 51 ans, est diplômé de l’ENSAE et titulaire d’un DEA Monnaie, finance, banque (Paris I). Il commence sa carrière au Crédit National comme chargé d’études économiques, puis responsable de la gestion actif-passif. En 1996, il rejoint AGF (qui devient Allianz France en 2009) où il est responsable de la gestion actif-passif puis directeur de la politique des investissements. Il entre en 2011 à la Caisse des Dépôts comme responsable de la gestion des actifs du compte propre de la CDC.

La Caisse des Dépôts est un investisseur institutionnel important sur les instruments de taux, avec un encours supérieur à 110 milliards d’euros à fin 2018. En cohérence avec ses passifs (essentiellement le livret A, centralisé à 60 % à la CDC, et les dépôts juridiques), la Caisse des Dépôts investit : 1) en obligations souveraines (71 %) : à taux fixe (25 %), à taux variable (13 %) et indexées inflation (33 %) ; 2) en obligations crédit (24 %), très majoritairement à taux variable après swap ; 3) en diversification : souverains émergents, monétaire et fonds de dette (la Caisse des Dépôts ayant contribué au lancement de cette nouvelle classe d’actifs avec la FFA grâce aux fonds Novo). Plus de la moitié de ces obligations sont comptabilisées en portefeuille d’investissement et sont donc détenues jusqu’à leur échéance. La rotation du reste du portefeuille reste faible, conformément à la position d’investisseur à long terme de la Caisse des Dépôts. Toutes les lignes sont en euro ou ramenées en euro et la part des émetteurs français et européens est prépondérante, en cohérence avec le statut d’établissement public français de la Caisse des Dépôts. La gestion est effectuée pour l’essentiel en interne, par des gérants dédiés, qui prennent en compte dans leurs décisions d’investissement à la fois les paramètres financiers et les paramètres extra-financiers.

Swiss Life Asset Managers lance un fonds à échéance high yield

Gilles Frisch a rejoint Swiss Life AM (France) en 2010 en tant que responsable du pôle de gestion asset opportunities. Gilles est spécialisé dans la gestion des portefeuilles de crédits high yield, financières subordonnées et obligations convertibles. Avant de rejoindre Swiss Life AM, Gilles a participé à la création et au développement de l’activité de gestion alternative de Dexia Asset management pendant 13 ans où il était directeur de gestion-arbitrage de crédit. Précédemment, Gilles a occupé les fonctions de trader options exotiques chez Transoptions Finance, d’analyste quantitatif chez Paribas Capital Markets et d’analyste quantitatif chez Société Générale. Il est diplômé de Polytechnique et de l’ENSAE, et possède un CFA.

Swiss Life Asset Managers a lancé en juillet, SLF (F) Opportunité High Yield 2023, un FCP de droit français investi en titres obligataires internationaux «high yield» (obligations d’entreprises de catégorie spéculative), hors marchés émergents, qui arrivera à échéance en juin 2023. Cette solution de long terme, qui s’adresse à une clientèle privée et institutionnelle, propose ainsi d’investir sur un horizon prédéterminé avec l’objectif de bénéficier des conditions de marché à la date d’entrée dans le fonds. La maturité effective des titres est proche de l’horizon de placement à savoir juin 2023. Le processus d’investissement est centré sur une analyse crédit «bottom-up», titre par titre, dont l’objectif est une évaluation rigoureuse du risque de défaut de chaque émetteur et une estimation de la valeur de recouvrement. La sélection des titres est motivée par l’évaluation des primes de risques. La construction du portefeuille repose également sur une recherche de diversification, sectorielle et géographique, qui contribue à diluer le risque de défaut. Le fonds sera ainsi exposé à au moins 10 secteurs et constitué d’un socle de 40 à 60 lignes d’investissement qui sera par la suite élargi.