Tables Rondes

Le grand débat fonds thématiques

L'actualité des participants

Option Finance - 2 septembre 2019 - Sandra Sebag

L’IA, fer de lance de la gestion thématique d’Allianz Global Investors

Avant de rejoindre l’équipe de spécialistes produit en 2017, Johannes Jacobi a travaillé en tant qu’analyste senior au sein de la plateforme de recherche d’AllianzGI, et plus spécifiquement de l’équipe GrassrootsSM Research. Johannes Jacobi bénéficie de 16 années d’expérience dans l’investissement. Auparavant, il a travaillé en gestion de fortune chez Deutsche Bank, ainsi que chez UBS au sein de l’équipe en charge des produits de gestion des risques. Il est diplômé d’un master en sciences économiques de l’Université de Nürtingen (Allemagne) et a suivi des cours à l’Université de Manchester Metropolitan (Royaume-Uni). Il est titulaire de la certification European Financial Analyst de la DVFA.

Gestionnaire actif de premier plan, Allianz Global Investors emploie plus de 770 professionnels de l’investissement dans 25 bureaux situés dans le monde entier. Allianz Global Investors gère 535 milliards d’euros d’actifs (au 31 mars 2019) pour le compte de particuliers, de family offices et d’investisseurs institutionnels. Allianz Global Investors a été un pionnier dans le domaine de l’intelligence artificielle (IA) avec le lancement dès 2016 d’une stratégie d’investissement exclusivement dédiée à l’IA au Japon. Le fonds Allianz Global Artificial Intelligence, lancé en Europe en mars 2017, affiche aujourd’hui un encours de près de 1,3 milliard d’euros et une performance de 23 % depuis son lancement (au 31 mai 2019). Il est le fer de lance d’une gamme de produits couvrant de nombreuses thématiques qui devraient bénéficier des tendances à long terme bouleversant nos modes de vie. Parmi les autres fonds thématiques figurent aussi Allianz Global Water qui investit dans des sociétés dont les produits et services permettent d’améliorer la qualité de l’eau et sa distribution ou encore Allianz Pet and Animal Wellbeing qui investit uniquement dans des actions directement liées au bien-être des animaux dans divers secteurs allant de la santé à l’industrie pharmaceutique en passant par l’alimentation et l’assurance. Enfin, Allianz Thematica cherche à participer aux mutations structurelles de notre époque en investissant dans de nombreux thèmes tels que les biotechnologies, la gestion de l’eau et des déchets, l’essor de la Chine, la digitalisation, etc.

Thematics Asset Management, un nouvel affilié de Natixis Investment Managers spécialisé sur les stratégies actions thématiques innovantes

En plus d’être président et directeur des investissements de Thematics Asset Management, Karen Kharmandarian est aussi gérant de portefeuille senior, co-gérant de la stratégie Thematics Artificial Intelligence & Robotics. Karen Kharmandarian possède 25 ans d’expérience dans le domaine de l’investissement, partagés entre le «sell-side» et le «buy-side», dont 12 ans dans la gestion de fonds thématiques actions mondiales. En 2015, il a notamment créé et géré le premier fonds actif dédié à l’industrie robotique. Il est titulaire d’une maîtrise en sciences économiques et d’un diplôme d’études approfondies (DEA) banque & finance de l’Université de la Sorbonne, et est diplômé de la section économique et financière de l’Institut d’études politiques (Paris).

Thematics Asset Management est une société de gestion dédiée aux stratégies actions thématiques innovantes. Elle offre un accès à un ensemble de marchés ayant un potentiel de croissance supérieur à celui de l’économie mondiale grâce à des facteurs de croissance séculaires qui les sous-tendent. Ces facteurs sont portés par quatre forces primaires qui transforment notre monde : la démographie, la mondialisation, l’innovation et la raréfaction des ressources. Chaque stratégie thématique est définie par un processus d’investissement robuste reposant sur un univers d’investissement diversifié mais focalisé. L’équipe de gestion est spécialisée dans la recherche fondamentale et les stratégies «bottom-up». Les gérants analysent les entreprises dans la chaîne de valeur de leur thème et construisent des portefeuilles globaux de conviction, basés sur la qualité de chaque titre et répondant aux critères extra-financiers des enjeux ESG. Chaque portefeuille est global, non contraint, et socialement responsable. Actuellement, les principaux thèmes d’investissement de Thematics Asset Management sont l’eau, la sécurité, l’intelligence artificielle et la robotique. La société de gestion a lancé récemment le fonds Thematics AI & Robotics1.

1. Thematics AI & Robotics Fund est un compartiment de Natixis International Funds (Lux) I, constitué sous la forme d’une société d’investissement à capital variable en vertu des lois du Grand-Duché de Luxembourg et agréée par le régulateur financier (la «CSSF») en tant qu’OPCVM. Tout investissement est exposé aux risques, y compris le risque de perte en capital. Se référer au prospectus du fonds pour les informations relatives aux frais et aux risques. Société de gestion : Natixis Investment Managers SA/gestionnaire financier : Thematics Asset Management.

Pour diffuser l’innovation dans sa gestion de portefeuilles d’actifs financiers, la Caisse des dépôts investit dans des fonds innovants

Antonin Lassoudière, 32 ans, occupe son poste depuis 2018. Il est ingénieur en génie mathématique, diplômé de l’Institut national des sciences appliquées (INSA) de Rouen, titulaire du CIIA et membre de la SFAF. Antonin Lassoudière a débuté sa carrière au sein du groupe Caisse des Dépôts en 2009 en tant qu’analyste quantitatif, avant d’intégrer en 2011 la direction financière de l’établissement public, d’abord comme gérant ALM, puis comme gérant de portefeuille (gestion quantitative et multigestion) en juillet 2016.

Sur plus de 150 milliards d’euros d’actifs sous gestion, la direction des gestions d’actifs gère en direct la plupart de ses expositions, pour aligner au mieux les portefeuilles avec l’horizon de long terme de la CDC et s’assurer de détenir en interne les expertises clés. Toutefois, pour rester au contact des évolutions de l’industrie de la gestion d’actifs et diffuser les innovations qui y naissent au sein de ses gestions, le pôle innovation et développement (en charge des portefeuilles de gestion quantitative, de gestion transverse et de multigestion) effectue des placements ciblés dans des fonds innovants, autour de thématiques précises. Trois thèmes porteurs d’innovations ont ainsi été identifiés et ont déjà donné lieu à des placements : d’abord la recherche de tendances de long terme dans l’économie mondiale, notamment autour des développements du numérique et de la robotique, puis l’utilisation de l’intelligence artificielle dans les processus de gestion, et enfin les innovations en gestion ISR, en particulier la prise en compte des Objectifs de développement durable (ODD) définis par les Nations unies.

France FinTech en soutien d’un écosystème français très dynamique

En plus d’être président de France FinTech, Alain Clot est également business angel et senior advisor chez Ernst & Young. Il dispose d’une longue expérience dans le secteur financier notamment pour la Société Générale (SG). Il a été responsable de la salle des marchés de SG Londres, directeur de la stratégie du groupe SG, président-directeur général de SG Asset Management et directeur général délégué du Crédit du Nord.

Créée en 2015 à l’initiative des entrepreneurs, France FinTech fédère les start-ups du secteur financier. Elle couvre tous les secteurs de la finance innovante dans les métiers de la banque, de l’assurance et de la gestion d’actifs : paiements, financement participatif, conseil en investissement, regtech, insurtech, agrégation de comptes, néo-banques, etc. Ses membres s’appuient sur les technologies de la donnée et les sciences cognitives (algorithmes, intelligence artificielle, blockchain) pour proposer des services à valeur ajoutée à leurs clients particuliers, entreprises, investisseurs ou institutions publiques. L’association s’est donné trois missions principales : promouvoir l’excellence du secteur en France et à l’étranger, au travers de nombreuses interventions et publications ; représenter les fintechs françaises auprès des différentes parties prenantes de l’écosystème national et international (pouvoirs publics, parlementaires, régulateurs, grands acteurs financiers et technologiques, établissements de recherche et d’enseignement, etc.) et animer l’écosystème de la fintech au moyen de nombreuses animations et rencontres à thèmes. Les fintechs françaises se portent bien. Au nombre de 500 environ (+ 25 % en 2018), elles ont levé au cours des quatre premiers mois de 2019 près de 400 millions d’euros, soit davantage qu’au cours de l’année 2018 entière. Le secteur comporte déjà une première licorne (Kyriba) et classe trois des siens dans le palmarès KPMG des 100 leaders mondiaux, et un dans le «Leading 50».