L'analyse d'Alexandre Lacaze

Négociation des fonds sur un marché : un nouveau réseau de distribution émerge

Funds - Mai 2017 - Alexandre Lacaze, Principal, Alpha Financial Markets Consulting

Dans un contexte fortement influencé par MiF 2, les sociétés de gestion devraient saisir cette opportunité d’un nouveau mode de distribution moins contraint, en particulier à l’international.

En France, la négociation des fonds sur un marché était, jusqu’à un Décret du 30 Janvier 2014, réservée aux ETF (Exchange Traded Funds). Désormais, les fonds (OPCVM et FIA de droit français ou étranger) disposant d’une autorisation de commercialisation en France ont la possibilité de faire l’objet d’une admission aux négociations sur un marché réglementé ou sur un système multilatéral de négociation.


Une négociation à la valeur liquidative

Cette admission aux négociations doit respecter certains principes. En premier lieu, la demande d’admission doit émaner du fonds concerné ou de sa société de gestion, et non de l’un des investisseurs. En second lieu, la négociation se fait à la valeur liquidative du fonds, contrairement aux ETF qui sont côtés à un prix de marché.


Toucher une clientèle internationale à moindre coût

L’admission aux négociations des fonds ouvre des perspectives aux sociétés de gestion en matière de distribution. C’est d’abord un nouveau type réseau qui est en train d’apparaître et pourrait bien concurrencer les réseaux classiques des banques, compagnies d’assurance, ou conseillers en gestion de patrimoine. L’admission à la négociation d’un fonds lui offrira une plus grande visibilité et lui permettra de toucher une clientèle internationale sans avoir à subir les coûts opérationnels et les risques réglementaires liés au développement d’un réseau de distribution à l’étranger.
 

En outre, il est probable que ce nouveau type de réseau offre un coût de distribution réduit car il n’aura pas vocation à être rémunéré par le biais de rétrocessions et il pourrait permettre aux fonds d’échapper à certaines contraintes liées à leur distribution au titre de MiF 2.  L’admission à la négociation d’un fonds permettrait d’assurer sa promotion sans qu’il soit réalisé d’actes de commercialisation directe ou d’entretenir un réseau de distribution avec toutes les problématiques qui y sont liées (conseil indépendant, rétrocessions, transparence). 


Une transparence et une négociabilité accrue

L’admission aux négociations des fonds offre également des avantages non négligeables aux investisseurs en matière de transparence sur les frais et en permettant la comparaison entre les fonds.


L’autre avantage pour les investisseurs réside dans la facilité d’accès aux fonds en permettant la négociation des parts ou actions en dehors de limites liées aux cut-offs. Il devient possible de constituer ou de solder une position tout au long de la journée.


Un cas concret :  le lancement de Euronext Fund Service Paris

Euronext a programmé le lancement, au cours du second trimestre 2017, d’un service de négociation de fonds, baptisé Euronext Fund Service Paris. Basé sur l’expérience acquise par l’opérateur de marché aux Pays-Bas depuis 2007, il ambitionne d’encourager l’investissement international dans des fonds domiciliés en France tout en proposant un nouveau choix pour leur distribution. Les négociations sur ce système seront réalisées par le biais de brokers comme c’est déjà le cas pour les ETF.


Le développement de ces plateformes est donc à suivre dans le cadre de la recomposition du paysage de la distribution lié à MiF 2.