L'analyse d'Amine Benghabrit

L'analyse d'Amine Benghabrit

Comment la Chine pourrait devenir un leader de l'investissement durable

Funds Magazine - 22 avril 2020 - Amine Benghabrit

Lorsque les investisseurs réfléchissent à l'investissement responsable, peu considèrent la Chine comme un partenaire naturel. Ils s'inquiètent du contrôle de l'économie par Pékin ainsi que des questions de droits de l'homme, d'environnement et de vie privée. Mais cela fait-il de l'investissement en Chine l'antithèse d'une attention accrue portée aux considérations environnementales, sociales et de gouvernance et à la lutte contre le changement climatique ?

La réponse à cette question est un "non" retentissant. Mais nous devons expliquer cette réponse pour décider où et comment investir de façon responsable en Chine.

Tout d'abord, il est clair que la Chine se classe parmi les mauvais acteurs mondiaux en ce qui concerne certaines considérations ESG. Par exemple, elle est le plus grand émetteur de gaz à effet de serre au monde, représentant plus d'un quart du total des émissions mondiales - plus que les États-Unis et l'Europe réunis. Et pour aggraver les choses, la Chine prévoit de construire suffisamment de nouvelles centrales au charbon au cours de cette décennie pour atteindre la capacité totale de l'Union européenne, bien que cette initiative vise principalement à assurer sa propre sécurité énergétique.

Mais ce n'est qu'une partie de l'histoire.

À d'autres égards (souvent négligés), la Chine pourrait représenter aujourd'hui un contexte idéal pour les investissements responsables.

Tout d’abord, le puissant gouvernement central du pays a déclaré que le développement durable était une priorité. Bien que les progrès vers un avenir plus responsables seront probablement irréguliers et que les investisseurs doivent faire face à des pratiques d'entreprise opaques, le programme du gouvernement garantit en pratique que la tendance à long terme en Chine sera verte. Nous pensons que la recherche locale, sur le terrain, sera un facteur clé de différenciation pour séparer les pionniers des retardataires.

En attendant, la Chine est en bonne voie pour respecter ses engagements au titre de l'accord de Paris avec deux ans d'avance. Depuis que Pékin a fixé des objectifs précis en matière d'émissions de carbone, de consommation d'énergie et de pollution, le pays est devenue le premier producteur mondial d'énergies renouvelables et le premier fabricant de panneaux solaires, d'éoliennes, de véhicules électriques et de batteries. Selon le Programme des Nations Unies pour l'environnement, la Chine a investi environ 758 milliards de dollars dans les énergies renouvelables entre 2010 et 2019, soit plus que tout autre pays. En comparaison, les États-Unis arrivent en deuxième position avec 356 milliards de dollars investis ; l'Europe dans son ensemble a investi 698 milliards de dollars. Selon un récent rapport de la Brookings Institution, les progrès de la Chine ont été "soutenus par des réglementations environnementales plus strictes et des investissements verts massifs, notamment dans les infrastructures d'énergie renouvelable et de véhicules électriques". "Cela favorise l'innovation verte".

Soulignant la rapidité avec laquelle l'économie chinoise peut se mobiliser une fois que Pékin a fait de quelque chose une priorité, la Chine a construit plus de 18 000 Km de lignes ferroviaires à grande vitesse depuis 2008, le plus grand réseau de ce type au monde, desservant 1,7 milliard de passagers par an. La grande vitesse ferroviaire produit beaucoup moins d'émissions de dioxyde de carbone que le transport aérien. En attendant, le premier train à grande vitesse américain, qui ne fait que 830 Km entre Los Angeles et San Francisco, devrait être achevé d'ici 2033.

Le bilan environnemental mitigé de la Chine est dû en partie au difficile équilibre que représente le passage à une énergie plus verte sans perturber la croissance économique rapide du pays. L'économie chinoise a besoin de beaucoup de carburant à court terme tout en construisant une infrastructure verte pour l'avenir. En conséquence, certaines industries chinoises évoluent rapidement, d'autres lentement, et d'autres encore (comme le charbon) vont encore dans la mauvaise direction. Les différences sont encore plus extrêmes entre les entreprises individuelles.

Cependant, ces disparités créent des opportunités. Tout d'abord, les investisseurs peuvent avoir un impact. En soutenant les entreprises ayant des pratiques environnementales vertueuses, les investisseurs peuvent accélérer la transition de la Chine vers une économie durable et à faible émission de carbone. C'est important. Bien qu'il n'y ait aucun moyen d'empêcher la Chine de construire de nouvelles centrales au charbon, les investisseurs peuvent apporter des capitaux aux entreprises chinoises qui jettent les bases de la future économie verte, tout en retirant les capitaux des entreprises qui ignorent les préoccupations ESG.

Ensuite, le mélange de bons et mauvais élèves sur le plan environnemental en Chine offre un terrain fertile aux investisseurs pour qu'ils puissent potentiellement surpasser les performances en ciblant les entreprises qui se démarquent sur le plan ESG. Les recherches menées par mes collègues montrent qu'à l'échelle mondiale, les entreprises dont les notations ESG sont plus élevées bénéficient d'un coût du capital plus faible et génèrent une plus grande valeur pour les actionnaires. Ces résultats suggèrent que l'intégration des facteurs ESG dans la sélection des actions peut réduire le risque et la volatilité du portefeuille, ce qui pourrait améliorer les rendements corrigés du risque à long terme.

Certes, il n'est pas aisé de trouver des exemples de performances ESG en Chine, car l'approche du pays en matière de gouvernance d'entreprise est aléatoire, notamment en raison de normes comptables relativement faibles qui rendent les informations fournies par les entreprises peu fiables. Selon un rapport du CFA Institute, le manque de données historiques, la culture d'entreprise et une compréhension limitée du rôle de la responsabilité sont de loin les principaux obstacles à une plus grande intégration des normes ESG. Environ un tiers des entreprises chinoises publient des informations sur la responsabilité sociale des entreprises. (La Commission chinoise de réglementation des valeurs mobilières devrait dévoiler un plan officiel cette année, exigeant une plus grande divulgation des informations ESG de la part des sociétés à actions A).

La bonne nouvelle est que, dans un marché aussi inefficace, les investisseurs désireux de mener leurs propres recherches intensives sur le terrain peuvent trouver des opportunités importantes et atténuer les risques, peut-être plus que dans tout autre pays.

Par exemple, une recherche interne pourrait déterminer que la pire note ESG de sa catégorie, attribuée par un tiers fournisseur de notation ESG à une société chinoise de produits de consommation de base (sur sa pollution et sa consommation d'eau), n'était pas justifiée. Sur cette base, un gérant d'actifs maintiendrait son investissement. De même, les recherches ESG d'un gérant d'actifs sur une société d'eau chinoise pourraient mettre en évidence des risques importants de gouvernance liés à l'indépendance du conseil d'administration. Si le gestionnaire d'actifs faisait ensuite pression sur la direction de la compagnie des eaux pour qu'elle apporte des changements, mais était repoussé, il serait logique de vendre ses participations.

Ces exemples illustrent le potentiel des investisseurs spécialisés dans les questions ESG à la fois pour atténuer les risques et améliorer les rendements des investissements à long terme en découvrant des risques autrement importants et non reconnus.

Dans ce contexte, investir en Chine ne correspond pas seulement à l'état d'esprit d'une plus grande sensibilisation aux questions ESG, mais représente également une occasion unique pour les investisseurs d'influencer - et potentiellement de tirer profit - du cheminement de la deuxième économie mondiale vers un avenir plus durable.