L'analyse de Bernard Aybran

A long terme, nous serons tous…

Option Finance - 30 octobre 2020

La Commission européenne assigne des objectifs ambitieux à l’Union des marchés de capitaux (UMC). Elle détaille 16 actions pour y parvenir, parmi lesquelles la relance des fonds européens d’investissement à long terme (ELTIF), qui investissent en fonds propres ou quasi-fonds propres dans des projets d’infrastructures. Ils répondent à deux objectifs clés : apporter des financements de long terme aux entreprises et permettre aux institutionnels d’investir à long terme. Un produit clé pour l’UMC, donc.

Pourtant, de l’aveu même de la Commission, ces fonds n’ont pas encore rencontré le succès escompté. Elle souhaite ainsi apporter les modifications nécessaires pour les adapter : durée de vie, liquidité ou traitement de ces actifs en termes d’exigence en capital pour les calculs de solvabilité, exigence aujourd’hui pénalisante pour les institutionnels.

Au-delà des institutionnels, la Commission souhaite ouvrir les ELTIF aux particuliers, afin d’atteindre un autre objectif fort : préparer leur retraite. De ce point de vue, les évolutions récentes indiquent un comportement opposé : les comptes courants des ménages de la zone euro ont gonflé de 342 milliards d’euros au cours des huit premiers mois de 2020, contre des hausses de 238 milliards sur la même période de 2019 et de 188 milliards en 2018. Au contraire, l’assurance-vie française, placement de long terme, connaît des rachats nets cette année. Faire renoncer les particuliers à la liquidité s’est toujours avéré difficile. L’UMC pourrait -elle y parvenir ?