L'analyse de Bernard Aybran

Les crédits font les dépôts, mais que font les dépôts ?

Option Finance - 21 octobre 2019 - Bernard Aybran, Invesco

Dans une banque, les crédits font les dépôts. Mais, depuis quelque temps, les dépôts font aussi les maux de tête puisqu’ils impliquent un coût des réserves que les banques doivent constituer pour satisfaire aux ratios de solvabilité.

Ce coût tombe d’autant plus mal que les Français stockent des montants toujours plus importants sur leurs comptes courants, dont ils finissent probablement par considérer que la rémunération nulle constitue une bonne affaire. Entre septembre 2015 et mars 2019, ils se sont gonflés de 30 %, soit bien plus que la croissance de l’épargne ou des revenus. Dans un mouvement comparable, et sur la même période, les fonds euros des assurances-vie ont crû de 18 %, ce qui pose aux compagnies d’assurance le même problème que les comptes courants posent aux banques : le coût du capital les contraint à revoir leur allocation d’actifs pour maintenir des ratios de solvabilité satisfaisants.

Certains des assureurs qui ont publié leurs chiffres semestriels ont révélé des dégradations notables de leur solvabilité en l’espace de six mois. Tenter de limiter les entrées dans les fonds en euros est vraisemblablement la stratégie qui va être suivie par nombre d’assureurs. Mais avec des fonds en euros encore cinq fois plus importants que les unités de compte, la route est encore longue. Quant aux banques, chaque nouvelle baisse des taux directeurs rend leurs comptes courants plus attractifs. Et laisse présager de nouveaux maux de tête.