L'analyse de Hans-Helmut Kotz

L’Amérique qui protège

Option Finance - 16 octobre 2020

En réponse à la chute massive et sans précédent de nos économies, conséquence de la crise de la Covid-19, les autorités monétaires et budgétaires ont pris des mesures tout à fait non conventionnelles. C’est notamment le cas aux Etats-Unis. Comme après la grande crise financière de 2007-2008, le bilan de la Réserve fédérale a énormément grossi : elle affiche maintenant des actifs de plus de 7 billions de dollars (contre 850 milliards en 2007). De son côté, le déficit du secteur public devrait s’établir en 2020 à 15 % du PIB. Le ratio de dette sur valeur ajoutée est quant à lui sur une trajectoire inédite, qui lui ferait atteindre, du moins selon le Congressional Budget Office, les 200 % en l’espace d’une génération. 

Malgré ces perspectives, nous avons, en cette année d’élection présidentielle, eu aussi droit de la part d’un candidat à des propositions originales, du moins pour les Etats-Unis. Joe Biden, le candidat des démocrates, défend en effet des positions économiques plutôt européennes, voire françaises, si l’on peut dire, en ce qui concerne le commerce international, la politique industrielle et la redistribution des revenus. Certes, il était plus que difficile de le percevoir lors de son débat-spectacle avec le président Trump fin septembre. Néanmoins, son programme de «building back better», détaillé par la sénatrice Kamala Harris au cours du débat avec le vice-président Mike Pence, reflète une réorientation substantielle de la politique économique, avec, entre autres, un relèvement du salaire minimum à 15 dollars de l’heure, des investissements massifs dans les infrastructures (y compris le lancement d’un programme énergétique de 2 billions de dollars sur quatre années) et, surtout, un paquet fiscal doté d’une enveloppe de 2 à 3 billions de dollars. Sans compter 700 milliards pour la recherche et le développement ainsi que des commandes publiques – de quoi soutenir l’emploi, les «good jobs» américains !

En fait, les données géoéconomiques sont en train de changer depuis un certain temps. La présidence de Donald Trump a été, d’une certaine façon, une conséquence de cette tendance lourde. Déjà en 2016, la candidate Hillary Clinton avait pris des positions moins «libre-échangistes», qui reflétaient les préoccupations croissantes concernant les effets du commerce international sur l’emploi dans certains secteurs et régions. Larry Summers, l’ancien dirigeant du Trésor américain, avait ainsi reconnu qu’il fallait juger les «trade deals», les accords commerciaux, à l’aune d’un nationalisme responsable. L’ouverture de plus en plus large sur l’extérieur – vers la Chine, surtout – avait laissé trop d’Américains sur le bord de la route. En son temps, l’accord de libre-échange nord-américain (Alena) avait déjà fait l’objet de réserves substantielles et persistantes. 

Il existe en effet des raisons bien réelles à l’angoisse éprouvée par certains groupes sociaux face à la vague d’importations chinoises et aux destructions d’emplois qu’elle a engendrées. Dès 1997, Dani Rodrik, professeur à Harvard, se demandait si la mondialisation était allée trop loin. En réalité, le processus d’intégration des économies n’a fait que s’accélérer depuis. Le mouvement s’est renforcé, tout en s’accompagnant de la délocalisation des processus de production. Cette évolution est le résultat presque inéluctable de la réduction des coûts de transport, qui agissent comme des taxes sur les échanges. De plus, les avancées des nouvelles technologies ont permis de déconstruire de plus en plus finement la chaîne de valeur d’un projet, en dispersant ses différentes entités sur toute la planète. 

Les économies qui n’avaient pas recours à la délocalisation se sont alors retrouvées en perte de vitesse. En revanche, les pays qui avaient opté pour cette stratégie, en particulier l’Allemagne, en ont substantiellement profité. Mais c’est précisément ce modèle qui vient d’être remis en question avec la Covid-19 et le retour de la géopolitique – comme le montre le conflit entre les Etats-Unis et la Chine. Les chaînes de valeurs sont désormais repensées, pour être réorganisées. La relocalisation gagne en importance. 

Dans son programme, Joe Biden invite à un «buy american» pour protéger les ouvriers des ravages de la mondialisation. Il propose une politique d’innovation – derrière laquelle se cache en fait une vraie politique industrielle. Le candidat américain emprunte, à ce titre, les analyses du président français, prônant davantage de «souveraineté économique». En face, l’autoritarisme high tech chinois monte en puissance. Entre les deux, l’Europe est confrontée à un véritable défi. Le «nationalisme responsable» est en train de devenir le nouveau credo. Il est clair que, même si les économistes dominants cultivent encore une approche mondialiste, prôner un libre-échangisme naïf n’est plus possible.