L'analyse de Ken Van Weyenberg

La Banque du Japon surprend les investisseurs

Funds Magazine - Novembre 2013 - Par Ken Van Weyenberg

Depuis plusieurs années, le Japon est englué dans une spirale déflationniste et reste confronté, aujourd'hui encore, à d'énormes problèmes structurels. Le lancement de mesures vigoureuses d'assouplissement quantitatif a fait l'effet d'une onde de choc.

Avec l'arrivée de Shinzo Abe, le changement politique amorcé s'accompagne d'une politique de soutien plus agressive de la part de la Banque centrale. Certes, le renforcement des mesures de soutien était prévisible, mais l'ampleur du scénario mis en place a surpris tout le monde. C'est pourquoi l'annonce des mesures d'assouplissement au Japon a fait l'effet d'une véritable onde de choc sur les marchés et a provoqué un afflux massif de liquidités sur les marchés japonais des actions. L'indice Nikkei a fortement bondi depuis le début de l'année.

Incidence sur l'économie réelle

Les efforts monétaires déployés par la banque centrale du Japon peuvent-ils réellement soutenir la croissance économique et créer de l'inflation ? Le redressement spectaculaire du marché japonais peut certainement donner un coup de pouce à l'économie du pays, tout comme la politique monétaire japonaise via une dépréciation du yen. L'annonce des mesures de stimulation décidées par la banque centrale japonaise a donné un gros coup de fouet à la devise du pays. Depuis octobre 2012, le cours du yen en termes réels a baissé de plus de 20 % par rapport aux principaux partenaires commerciaux du Japon (et d'environ 30 % par rapport à l'euro), ce qui renforcera nettement les exportations japonaises au cours des trimestres à venir.

Est-ce le moment d'investir ?

Les investisseurs en actions s'attendent à ce que les mesures de la Banque du Japon produisent un impact important sur le dynamisme économique de la région. L'enquête Fund Managers Survey de Merril Lynch montre que, au cours des cinq dernières années, le Japon a été presque toujours sous-pondéré dans les portefeuilles mixtes. Cette tendance est en train de s'inverser. De nombreux gestionnaires ont récemment commencé à réduire leur sous-pondération dans leur allocation régionale, au détriment de la surpondération des pays émergents en général. Pour la première fois en près de dix ans, le Japon est à nouveau surpondéré chez Dexia Asset Management.

Les premiers effets positifs des mesures décidées par la banque centrale du Japon transparaissent peu à peu dans les données macroéconomiques et les prévisions relatives à l'inflation, comme en témoignent par exemple le PMI japonais - qui a clairement repassé la barre des 50 (niveau de démarcation entre croissance et récession) - et l'augmentation importante du niveau d'équilibre à cinq ans.

Le renversement de la tendance économique n'est pas le seul facteur qui incite les investisseurs à s'intéresser à nouveau aux actions japonaises. La dynamique des bénéfices apporte, elle aussi, un soutien non négligeable. La dépréciation du yen (favorable aux exportations) et l'amélioration du climat économique devraient avoir un impact majeur sur les bénéfices des entreprises. Depuis peu, le ratio de révision des bénéfices prévisionnels est à nouveau positif (plus de révisions à la hausse que de révisions à la baisse) et, comme on peut s'attendre à une amélioration de la rentabilité des entreprises japonaises, on peut affirmer que, au vu des paramètres de valorisation actuels, il y a encore une belle marge de manoeuvre pour une nouvelle révision de la notation de la région.

La bourse japonaise offre donc encore un beau potentiel à moyen terme. Après le redressement spectaculaire enregistré depuis la mi-novembre, l'indice Nikkei 225 est cependant très volatil. Aucune annonce importante n'étant attendue ces prochaines semaines, cette volatilité devrait perdurer. Le marché attend à présent le troisième et dernier pilier du programme de soutien de Shinzo Abe, à savoir les plans de réforme à moyen terme, essentiels à la crédibilité du projet. Ce dernier pilier sera le plus difficile à annoncer et à mettre en oeuvre dans une perspective de long terme. Les investisseurs attendent dorénavant l'annonce des plans de réforme après les élections sénatoriales de cet été. Pour les investisseurs qui ne sont pas encore exposés au Japon, la volatilité actuelle peut cependant représenter une réelle opportunité.