L'analyse de Laetitia Baldeschi

La lumière au bout du tunnel mais celui-ci n’a pas la même longueur partout dans le monde…

Option Finance - 16 avril 2021

Les prévisions économiques du FMI d’avril 2021, comme celles des grandes institutions, étaient impatiemment attendues. Elles sont globalement rassurantes. Malgré la persistance de la pandémie, l’économie mondiale rebondit très rapidement, grâce à la grande réactivité des gouvernements et banques centrales qui ont limité l’ampleur de la récession, mais aussi à l’accélération de la vaccination. Ainsi, après une contraction de 3,3% en 2020, le PIB mondial progresserait de 6% en 2021 ! C’est plus qu’attendu en octobre dernier (+0,8 point) notamment en raison du soutien budgétaire supplémentaire (surtout américain) et de l’accélération de la campagne de vaccination qui permet la réouverture plus rapide des économies. Au-delà de 2021, les séquelles de la pandémie sur l’économie des grands pays développés devraient être de moindre ampleur que celles laissées par la crise financière de 2008. L’histoire n’est malheureusement pas la même pour les pays émergents à faible revenu, avec notamment des pertes de production très marquées pour ceux qui dépendent du tourisme ou à situation budgétaire précaire. Cette crise sanitaire a aggravé les inégalités de revenus en affectant en priorité l’emploi des moins qualifiés, des minorités, des jeunes et des femmes. Les pays les plus pauvres sont aussi ceux qui vaccinent le moins, et qui pourraient subir la hausse du coût de leur financement extérieur, suite à une normalisation trop rapide des grands pays.