L'analyse de Philippe Brossard

L'analyse de Philippe Brossard

Pourquoi la stabilité des prix est-elle interprétée comme une inflation de 2 % ?

Option Finance - 3 février 2020 - Philippe Brossard, chef économiste chez AG2R La Mondiale

Les banques centrales ont convergé, depuis les années 1990, vers une quantification de leur objectif de «stabilité des prix» : le consensus s’est fait sur 2 % de progression annuelle de l’indice des prix à la consommation. Cela semble défier la logique : stabilité devrait, a priori, s’interpréter comme une évolution nulle de l’indice. Mais il existe trois bonnes raisons pour préférer une progression modérée de l’inflation plutôt que de 0 % : un risque statistique de mauvaise mesure, un risque économique de déflation et un risque opérationnel pour les banques centrales.

Tout d’abord, il est vraisemblable que les indices de prix officiels surestiment depuis plusieurs décennies la réalité, même si l’opinion publique a le sentiment du contraire. En 1997, la commission parlementaire Boskin a établi que l’indice des prix à la consommation américain surestimait la réalité de l’inflation de 1 à 1,5 % par an, à un moment où celle-ci était de l’ordre de 2 %… Une marge d’erreur considérable ! Les statisticiens français ont contesté qu’elle puisse être aussi importante chez nous. Certes, la technique de révision annuelle du panier de référence pratiquée par l’Insee réduit une partie du «biais de Boskin» observé aux Etats-Unis. Mais le soupçon existe. Comment comparer sur une longue période le niveau de prix des transports : avant ou après l’automobile ? Avant ou après le TGV ? Le prix des communications : avant ou après le téléphone portable ? Combien de kilos d’or n’aurait-on pas payé au xviiie siècle pour communiquer en une seconde entre Paris et Londres, depuis la moindre rue, la moindre antichambre ? L’amélioration progressive peut être suivie statistiquement par la prise en compte des «effets qualité». Mais il y a comme une impossibilité logique à assigner une évolution des prix à des choses qui n’existaient pas il y a un siècle ou simplement vingt ans : l’évolution de leur prix ne serait-elle pas comme une chute presque infinie ?

Vient ensuite la dissymétrie entre la déflation et l’inflation : l’inflation, jusqu’à 10 %, peut-être plus, ne compromet pas de façon systématique la croissance. La limite est l’hyperinflation ; mais il convient d’interpréter celle-ci comme une phase de disparition d’une monnaie et non comme un mouvement autonome des prix et services. En revanche, la déflation est systématiquement le vecteur d’une stagnation prolongée ou d’une sévère récession. Elle reste l’ennemi numéro 1 dans la culture macroéconomique. Pour l’éviter, il est prudent de viser une inflation positive en général, de sorte que, lors d’un ralentissement conjoncturel, suivi par un ralentissement des prix, leur évolution ne devienne pas négative. A ces considérations de cycle économique, il faut ajouter une vision sectorielle instantanée : si l’on visait une inflation nulle en permanence, une partie des secteurs serait en déflation pour compenser ceux où les prix évoluent positivement, et créerait ainsi des poches déflationnistes dans une partie de l’économie.

Enfin, viser une inflation nulle poserait un problème majeur de politique monétaire. Pour faire face à une crise économique, une banque centrale doit pouvoir organiser une baisse des taux massive, de l’ordre d’au moins 5 %. Si elle vise 0 % d’inflation moyenne et maintient ses taux réels (hors inflation) à 2 % en phase de croissance, elle a donc des taux (nominaux) aux alentours de 2 %. Comment alors les baisser de 5 % ? En 2007, la Fed avait des taux à 5,25 %, qu’elle a pu baisser très vite à zéro ; mais cela s’est révélé insuffisant. Elle n’a pas osé se lancer dans une politique de taux négatifs – plus tard expérimentée en Europe. Elle a inventé un nouvel instrument : la politique quantitative de gonflement de son bilan, dont l’efficacité reste débattue. Persuadé que, arrivée à des taux d’intérêt nuls, la politique monétaire n’a plus de vraie ressource, l’ancien chef économiste du FMI, Olivier Blanchard, a préconisé dès 2010 un objectif d’inflation à 4 %, permettant de vivre en général avec des taux à 6 % – et de pouvoir les baisser de 6 % quand tout va mal.

Un débat s’engage cette année à la BCE pour redéfinir l’objectif de politique monétaire. Pour l’instant, la cible de 2 % est considérée comme un maximum à ne pas dépasser. On peut se demander, dans la lignée de Olivier Blanchard, si 2 % d’inflation ne devrait pas devenir un minimum à assurer en zone euro pour conjurer durablement la menace d’une déflation à la japonaise.