L'analyse de Thierry Creno

@Emerging 2.0

Optionn Finance - 3 juillet 2017 - Thierry Créno, BNP Paribas Asset Management


Les actions des pays en développement sont encore souvent considérées comme des investissements plus risqués et plus cycliques que la moyenne, ce qui peut être lié à leur supposée composition sectorielle. Il y a dix ans en effet, ces marchés étaient constitués, pour moitié, de valeurs cycliques (énergie, matériaux…).

L’évolution récente a pourtant été spectaculaire puisque la technologie constitue désormais le premier secteur du MSCI Emerging, avec un poids de 26 % (23 % sur le marché américain), alors que l’énergie et les matériaux combinés ne pèsent plus que 14 %. Si le secteur technologique est encore absent des autres zones émergentes, il explique en revanche la progression des Bourses asiatiques : l’Asie représente aujourd’hui 75 % de l’indice, contre 50 % il y a dix ans, avec 20 % concentrés sur dix valeurs technologiques (Samsung, Tencent…).

Même si les actions émergentes demeurent plus risquées (faible représentation de la santé, par exemple), ce développement peut modifier les facteurs d’analyse. Par exemple, la valorisation doit être appréhendée en tenant compte du poids de la technologie, généralement plus chère. Le cycle économique peut également s’apprécier avec une relation différente à l’inflation et aux taux d’intérêt. Enfin, la corrélation avec le prix des matières premières devrait être réduite.