L'analyse de Tim Stevenson

Marchés actions : retour à la normalité ?

Funds Magazine - 19 octobre 2015 - Nicolas Trindade

Le postulat sur lequel les investisseurs du monde entier se basent depuis plusieurs années est que l’Europe est une zone à faible croissance. Or, les signes de renforcement de la situation économique en Europe, ainsi que la croissance plus faible que prévue de la Chine et des Etats-Unis, ont entraîné un renversement logique du sentiment des investisseurs.

Les récents problèmes liés à la chute des marchés sont principalement externes, avec pour principale préoccupation, au niveau local, l’affaire Volkswagen. Aux Etats-Unis, la décision du FOMC de ne pas relever les taux à cause de facteurs externes (Chine ?) a suscité des craintes vis-à-vis d’un ralentissement de la croissance mondiale. Par ailleurs, plusieurs éléments indiquent que l’économie américaine n’est pas aussi robuste que prévue, en dépit des chiffres favorables du chômage. En effet, l’investissement et les dépenses en capital ne se font pas sentir, accroissant les craintes autour de l’effet du QE et des taux exceptionnellement bas sur l’économie réelle. Le rallye financier serait-il artificiel ?
Lors du lancement du fonds Henderson Horizon Pan European Equity en novembre 2001, nous avions déclaré que les opportunités d’investissement seraient liées à l’évolution des gouvernements, des sociétés, des individus et des styles d’investissement plutôt qu’à la croissance des pays proprement dite. Cette annonce était notamment motivée par des années de réunions avec les investisseurs qui avaient tendance à écarter rapidement l’Europe de leurs choix d’investissement en faveur des marchés à plus forte croissance comme les pays émergents ou l’Asie.

Depuis, la croissance en Europe a commencé à revenir. Elle s’est déjà bien reprise au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, ce qui permet à ces marchés de chercher une occasion de fixer leurs taux d’intérêt à un niveau plus «normal». Cela pourrait survenir au cours des six à douze prochains mois et ne devrait pas pour autant effrayer le marché pour le moment. Une remontée des taux serait une bonne chose, mais il ne faut pas espérer que la Banque centrale européenne (BCE) suive cet exemple dans la foulée. La croissance économique en Europe continentale est bien meilleure, même si elle ne montre pas la même vigueur qu’aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.

Le pouvoir de fixation des prix de la zone euro reste faible et l’inflation continue à être bien inférieure aux 2 % visés par la BCE. L’inflation de base, qui correspond au taux d’inflation global, excluant l’énergie, les produits alimentaires, l’alcool et le tabac, a augmenté pour atteindre 1 %, mais elle devrait rester tout de même inférieure au niveau cible de la BCE pendant encore un bon moment en raison de l’évolution du cours du pétrole et des matières premières.

Le véritable problème est qu’il est possible que cette «nouvelle norme» soit synonyme d’un monde à faible croissance. La Chine ayant ralenti sa croissance et les pays émergents souffrant de la dépréciation de leurs devises et du ralentissement de la demande au niveau mondial, il n’existe aucune région à croissance élevée capable de compenser la faible croissance des autres régions du monde. Cela explique en partie le succès durable des titres de croissance les mieux notés. Mais, au vu de la prime payée par les investisseurs pour acquérir ces titres, une dégradation minime des bénéfices suffirait à entraîner une forte baisse de leur cours.

Toute tentative d’évaluation de la situation des marchés européens en termes de «normalité» n’est pas sans risque. Tous les investisseurs ont une interprétation différente de la «norme», ce qui est inévitable et justifié. Dans un monde avec une croissance presque inexistante, une croissance de 10 % des revenus peut donc être considérée comme élevée. Ce qui est loin d’être «normal» !