L'analyse de Wilfrid Galand

Les hoquets de la locomotive chinoise

Funds Magazine - 1 septembre 2021

Applaudie en 2020, la Chine inquiète : entre Covid, tensions géopolitiques, pressions réglementaires et ralentissement économique, la locomotive de la croissance mondiale ne semble plus inexorable.

Au deuxième trimestre 2020, alors que l’économie occidentale se figeait, l’Asie et la Chine tournaient la page de l’épidémie. Seule parmi les grands pays, la Chine a évité la récession l’année dernière avec une croissance de 1,9%. Au prix certes d’un déficit budgétaire de l’ordre de 18% du PIB mais en se gardant de pratiquer une expansion monétaire à marche forcée.

La banque centrale chinoise résistait en effet au mouvement général en pratiquant une politique volontairement prudente, sans injection massive de liquidités. Les taux ont été abaissés et les opérations de « repo » pour fluidifier le marché monétaire se sont multipliées mais les grands équilibres financiers du pays ont été préservés.

Mieux même, alors que les Etats-Unis, l’Europe et même le grand rival indien faisaient face à des vagues successives de CoVid-19, la Chine poursuivait son chemin, appuyée sur sa stratégie « Zéro CoVid » rendue possible grâce à des mesures de restrictions très sévères limitant l’entrée dans le pays et pratiquant les dépistages à grande échelle dès la moindre suspicion de cas local. 

La première lézarde dans ce bel édifice est justement venue des contraintes liées au « Zéro CoVid » et à une politique vaccinale peu lisible.  Non seulement les frontières restent quasi-fermées aux échanges humains, mais la mise à l’arrêt quasi immédiat de tout outil de production dès l’apparition d’un cas de contamination, pose de gros soucis logistiques : mi-août, la fermeture du port de Ningbo, troisième du pays, a ainsi fortement perturbé la chaine de valeur dans cette région.

Ces perturbations ont accru les tensions géopolitiques dans la région. Les yeux se tournent immanquablement vers Taiwan et son géant des semi-conducteurs TSMC : face à la rivalité avec les américains, l’enjeu pour Pékin est de sécuriser son accès à la « hard tech », essentielle pour son ambition de redevenir à horizon 2049, pour les cent ans du régime, la première puissance mondiale.

A court terme, l’évolution des relations sino-australiennes est également à surveiller. La fin des importations de charbon en provenance de l’ile-continent – qui représentaient plus de 60% des approvisionnements chinois début 2020 - pèse en effet sur les prix et sur les acheminements qui proviennent désormais largement de Mongolie où la situation sanitaire est très tendue, avec un complément venu d’Afrique du Sud.

A ces éléments se rajoute la volonté des autorités chinoises de peser sur le secteur privé pour affirmer la primauté de la règle commune. En cela, le plan est conforme au premier principe de la « pensée Xi Jinping » telle qu’elle a été insérée en octobre 2017 dans la constitution chinoise : « assurer la primauté du Parti Communiste chinois sur toute autre forme d’organisation en Chine ». Technologie, plateformes de livraison, éducation, spiritueux, nul secteur ne semble à l’abri. Les investisseurs s’inquiètent : l’indice technologique de la bourse de Hong-Kong est même passé brièvement en « bear-market » au mois d’août, perdant 20% depuis le début de l’année.

Au-delà des marchés, les derniers indicateurs économiques chinois montrent que le ralentissement du rythme d’expansion est une réalité : ventes au détail, production manufacturière, et même investissement ne progressent plus à la cadence espérée.

Faut-il pour autant désespérer de la Chine ? Ce serait un pari hasardeux. Sa progression reste fulgurante : depuis trente ans, son PIB croit de 13% par an contre 4,35% pour les Etats-Unis, ses usines produisent 28% des biens consommés dans le monde. Et, en vingt ans, elle est devenue le premier partenaire commercial de plus de deux tiers des pays.

La vision des autorités de Pékin, conforme à la tradition historique des maîtres de ce pays, est de tout faire pour garantir l’harmonie sociale et une croissance équilibrée. A court terme, les soubresauts ne sont sans doute pas finis. A plus long terme, il faut rester mesuré : le dragon chinois a un plan, un objectif – reprendre sa place au centre du monde - et n’a pas fini de nous surprendre.