L'analyse d'Hervé Goulletquer

Relations sino-américaines : quand l’arroseur craint d’être arrosé

Option Finance - 25 février 2019 - Hervé Goulletquer, La Banque Postale Asset Management

Au sein de discussions économiques et commerciales compliquées, la partie américaine a tout récemment introduit le thème de la monnaie. Elle semble rechercher une garantie de stabilité du yuan (CNY). Pourquoi ?

De ce qu’on comprend des négociations, le principal point d’accord concerne une réduction massive de l’excédent commercial de la Chine sur les Etats-Unis. De fait, cela pourrait avoir un impact sur la parité USD-CNY. Pour comprendre l’enchaînement qui s’enclencherait alors, il faut rappeler deux caractéristiques de la balance des paiements chinoise : l’excédent des échanges de biens et services a fondu, l’équilibre ayant été atteint en 2018, et les échanges des capitaux privés ont tendance à être déficitaires (plus de sorties que d’entrées depuis 2014).

Quid de demain, après un accord du type de celui qui se dessine ? Il pourrait se traduire par une balance des biens et services «solidement» positionnée en territoire négatif, avec alors la possibilité d’un réveil d’anticipations d’affaiblissement de la devise et donc le risque de plus de sorties nettes de capitaux. Comment ne pas se mettre à redouter, dès lors, des pressions baissières plus marquées sur le yuan par rapport au dollar ?

D’où la demande des Etats-Unis à la Chine de défendre sa devise. Certes, elle dispose de plus de 3 000 milliards de dollars de réserves officielles. Mais les utiliser nécessiterait sans doute de vendre une partie du portefeuille de titres d’Etat américains, estimé à un peu plus de 1 000 milliards de dollars. La perspective est-elle du goût de Washington ?