Le blog d'Anton Brender

La croissance américaine peut résister aux aléas politiques

Option Finance - 29 mai 2017 - Anton Brender, Candriam

Les turbulences provoquées par le limogeage de James Comey n’ont cessé de gagner en ampleur et de plus en plus nombreux sont ceux à qui la crise actuelle rappelle celle du Watergate. Si rien n’y met rapidement un terme, ces turbulences peuvent-elles finir par menacer la conjoncture américaine ? Un rapide retour en arrière pourrait facilement le laisser craindre : lors du Watergate, comme d’ailleurs près de 25 ans plus tard lors du Clintongate, la Bourse américaine avait lourdement chuté. Si demain une procédure de destitution devait être engagée à l’encontre du Président Trump, une chute semblable ne peut être exclue. Et si le SP 500 devait à nouveau perdre plus de 20 %, comme cela avait été le cas en 1998, voire 50 % comme en 1974, comment l’activité économique pourrait-elle ne pas en subir le contrecoup ? La question mérite certes d’être posée. Mais avant d’agiter le spectre d’une récession prochaine, comme certains le font déjà, il convient d’y regarder à deux fois.

Un point doit d’abord être rappelé : si des baisses de cours spectaculaires ont été observées au moment aussi bien du Watergate que du Clintongate, elles sont loin de s’expliquer uniquement par ces drames politiques. Dans les deux cas, ils ont eu pour toile de fond une crise économique majeure : le premier choc pétrolier en 1974, la crise russe, point culminant de la crise asiatique, et le naufrage de LTCM, en 1998. Tout laisse à penser que ce sont ces chocs économiques plus que les événements politiques, aussi dramatiques aient-ils été, qui ont expliqué une large part des évolutions boursières alors observées. Aujourd’hui, les choses sont assez différentes. Pour la première fois depuis longtemps, la croissance semble devoir sinon accélérer du moins rester soutenue dans presque toutes les régions du monde, qu’elles soient avancées ou émergentes, et nulle part on ne voit poindre des tensions qui pourraient inverser cette tendance.

Certes, dira-t-on, mais a-t-on aujourd’hui vraiment besoin d’une crise économique majeure pour provoquer une baisse significative de la Bourse américaine ? N’a-t-on pas assisté, depuis la fin de l’année dernière, à une hausse spectaculaire des cours justifiée pour une bonne part par l’anticipation de baisses d’impôts substantielles. Un calcul grossier montre qu’en baissant de 35 % à 20 % le taux d’impôt sur les sociétés, on augmente d’environ 20 % leurs profits après impôts et donc aussi leur valeur boursière. Une crise politique qui viendrait remettre en cause cette anticipation pourrait dès lors suffire, cette fois, à provoquer une forte chute de la Bourse. Les effets de richesse – en l’occurrence d’appauvrissement ! – auxquels les ménages américains sont, on le sait, particulièrement sensibles viendraient alors saper la consommation, pilier de la croissance américaine, et une récession ne pourrait plus être exclue.

Elle n’en serait pas moins loin d’être certaine : de puissants stabilisateurs sont aujourd’hui à l’œuvre, qui devraient permettre de l’éviter. Immédiatement, en effet, les marchés des changes et des taux réagiraient. L’alerte boursière qui s’est produite juste avant que le Président Trump ne parte pour l’Arabie saoudite en a donné une bonne illustration : les taux obligataires, comme le cours du dollar, ont en quelques heures nettement chuté. Face à une baisse plus violente de la Bourse, leur réaction serait plus forte encore : avant même que la Réserve fédérale ne laisse entendre qu’elle repousse les hausses attendues du taux des Fed funds, les taux à long terme ne manqueraient pas de baisser fortement. L’investissement résidentiel, dont la croissance est pour l’instant relativement modérée, s’en trouverait soutenu. En même temps, la révision en baisse des anticipations de hausses de taux de la Fed, jointe à la crise politique elle-même, pousseraient le dollar à déprécier face à la plupart des monnaies. Dans une économie mondiale où la croissance est solide, les exportations américaines seraient stimulées et, après peut-être un bref moment de faiblesse, la progression de l’activité économique aurait une bonne chance de se poursuivre. La reprise américaine actuelle est une des plus longues de l’après-guerre mais elle est sans doute aussi une des plus solides : il faudra plus qu’un choc politique pour y mettre un terme !