Le blog de Didier Borowski

Euro : des vents contraires, certes, mais qui soufflent de moins en moins fort

Option Finance - 10 Février 2014 - Didier Borowski

L’amplitude des fluctuations de l’euro a nettement diminué au fil des ans, notamment face au dollar. Nous sommes loin des phases de sur-réaction des dernières années (le repli à 1,20 dollar en 2010 et 2012 après l’envolée à 1,50 dollar en 2009 et 2011), sans compter les points extrêmes atteints par la devise (0,83 dollar en 2000 ; 1,60 dollar en 2008). L’euro n’a aujourd’hui pas de raison de chuter. (1) Le stress financier est tombé à son plus bas niveau depuis 2007 et la zone euro (ZE) sort de récession. (2) L’excédent de la balance courante est aujourd’hui à son plus haut niveau historique (depuis la naissance de l’euro) et la ZE n’a pas cessé d’enregistrer des entrées nettes de capitaux malgré la crise. Et (3) les pressions désinflationnistes à l’œuvre en ZE tendent à apprécier le niveau de parité de pouvoirs d’achat de l’euro.

Mais l’euro n’a pas, non plus, de raison de s’envoler. (1) Même si les entrées de capitaux en ZE s’accroissent avec la reprise, l’excédent courant devrait se tasser avec l’augmentation des importations. Et (2) la reprise, plus solide outre-Atlantique, plaide pour un élargissement de l’écart de taux d’intérêt entre les Etats-Unis et la ZE. En diminuant ses achats de titres, la Fed se prépare à remonter ses taux directeurs en 2015. De son côté, la BCE se tient prête à agir mais dans l’autre sens, «si besoin». En définitive, l’évolution des écarts de taux d’intérêt devrait affaiblir l’euro, qui devrait retomber sur 1,30 dollar d’ici la fin de l’année....

Identifiez-vous pour lire la suite de cet article

Pour lire ce contenu gratuit, connectez-vous à votre compte.

Vous avez déjà un compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr