Le blog de Didier Borowski

Prix du pétrole : chute ou rebond ?

Option Finance - 20 mars 2017 - Didier Borowski, Amundi

Le prix du baril s’est accru d’environ 55 % sur un an. Mais, à 52 dollars, il s’inscrit en baisse de 7 % sur le mois, un mouvement qui a contribué à rouvrir le débat sur l’équilibre offre/demande.

Deux écoles s’affrontent. D’un côté, on trouve l’Agence Internationale de l’Energie pour qui les accords OPEP-Russie, l’insuffisance des investissements réalisés dans l’exploitation du pétrole conventionnel et le dynamisme de la demande feront remonter les prix, avec des anticipations d’un baril à plus de 60 dollars en 2018.
De l’autre, on (re)trouve ceux pour qui l’offre américaine est déterminante pour l’évolution des cours. En effet, il faut beaucoup moins de temps pour forer et mettre des puits de gaz de schiste en production que pour exploiter des gisements de pétrole conventionnel. En outre, avec l’élection de Donald Trump, la réglementation en faveur de l’environnement va être allégée, ouvrant la porte à la recherche de nouveaux gisements.
Entre 2013 et 2016, les coûts à la tête du puits de gaz de schiste ont chuté de 80 dollars à 35 dollars par baril en moyenne (gains de productivité, baisse des coûts unitaires). En 2015, la chute des prix du brut avait rapidement rendus non rentables de nombreux gisements, et conduit à leur fermeture. La chute de l’offre américaine avait donc contribué à la remontée des prix du brut à compter de janvier dernier. Aujourd’hui, la production américaine est en train de rebondir. A quelle vitesse ? Quelle sera la réaction des pays de l’OPEP et de la Russie si le prix du baril baisse davantage ? Les investisseurs vont devoir se pencher de près sur ces questions.