Le blog de Didier Borowski

Ronald Trump ?

Option Finance - 12 mars 2016 - Didier Borowski, Amundi

Les taux d’intérêt américains sont brutalement remontés après l’élection de Trump en raison de l’anticipation d’une politique budgétaire très expansionniste (baisses d’impôts, hausse de dépenses d’infrastructure). La poursuite de la hausse nous paraît peu justifiée. Donald Trump revendique l’héritage de Ronald Reagan et s’en inspire. Mais comparaison n’est pas raison. Au début des années 1980, l’économie américaine était en stagflation. La récession et l’inflation rendaient nécessaires la combinaison d’une politique monétaire restrictive avec une politique budgétaire expansionniste.

Aujourd’hui, la situation est tout autre : (1) l’économie est en fin de cycle (les multiplicateurs fiscaux sont affaiblis dans ce cas de figure) ; (2) l’inflation était de 14 % en 1980 vs à peine plus 2 % aujourd’hui (la Fed peut rester accommodante) ; (3) les taux à long terme sont beaucoup plus faibles aujourd’hui (moins de potentiel de baisse en cas de choc) ; (4) les entreprises sont beaucoup plus endettées qu’au début des années 1980 (moins d’investissements à attendre) ; (5) la dette publique est plus de deux fois supérieure à ce qu’elle était alors (moins de marges de manœuvre).

En 2017, ce ne sera pas l’inflation l’ennemi, mais l’excès d’épargne. Or il n’est pas dit que les allégements fiscaux permettent de relancer l’investissement d’entreprises déjà très endettées. D’autre part, des baisses d’impôts ciblant les ménages les plus aisés auraient peu d’impact (faible propension marginale à consommer). Enfin, il n’est pas question de financer les infrastructures uniquement par la dette. Sauf menace de récession, il ne faut pas compter sur un large plan de stimulation de l’économie financé par déficit.