Le blog de Jean-François Boulier

Le risque d’avoir déjà vu

Option Finance - 1 septembre 2014 - Jean-François Boulier

N’utilisons-nous pas excessivement des modèles de risques s’appuyant sur le passé ? A maintes reprises, la crise financière a démontré les dangers d’une trop grande sophistication. Quand les données disponibles pour effectivement mesurer l’amplitude des risques manque, on se souviendra longtemps du taux de défaut des subprimes estimé sur quelques années… La volatilité connaît, elle aussi, des cycles, et ne s’avère pas aussi stable que l’on voudrait le penser. L’indice de volatilité Vix n’est-il pas passé de plus de 50 % pendant la crise à quelque 10 % ces derniers temps ? Enfin, les corrélations entre les actifs peuvent varier considérablement entre leurs bornes fixées par les statistiques entre - 1 et + 1. Risk on/risk off nous a habitués à une corrélation inverse entre obligations et actions, mais l’inflation créera des situations plus complexes où les deux classes d’actifs sont sujettes à des baisses concomitantes, comme les années 1970 l’ont montré.

Les seuls risques qui devraient nous préoccuper sont ceux du futur. Or la situation des fondamentaux et des marchés n’est jamais tout à fait reproductible. Dans les facteurs différentiants de la phase actuelle, l’activisme des banques centrales est probablement le plus évident. L’arrêt des interventions là-bas et le début potentiel de celles-ci ici vont perturber considérablement la structure des volatilités et des corrélations. Leurs interventions qui ont été bénéfiques vont laisser les marchés avec des acteurs dont les...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner