Le blog de Jérôme Broustra

Dans la famille taux bas, je choisis l’Europe

option finance - 26 octobre 2015 - Jérôme Broustra, responsable de la gestion de taux d’Axa IM

En matière de marchés obligataires, il faut savoir adapter son portefeuille, notamment lorsque le sentiment de marché importe plus que les facteurs fondamentaux. En toute logique, la Réserve fédérale américaine doit remonter ses taux en décembre, même si la probabilité qu’elle reporte son action en 2016 augmente de jour en jour, compte tenu du ralentissement des pays émergents qui pèse sur la croissance mondiale. C’est le rendez-vous de cette fin d’année qui cristallise les peurs et augmente la volatilité des marchés.

Dans ce contexte, l’Europe fait figure de bon compromis puisque les perspectives de croissance s’améliorent et le désendettement des Etats se poursuit. Si, de plus, l’assouplissement quantitatif de la BCE devait se prolonger après septembre 2016, alors les taux en zone euro sont à privilégier.

La bonne pioche consiste donc à favoriser les stratégies de portage avec un rendement supérieur, comme les obligations des pays périphériques tels que l’Espagne, l’Italie ou le Portugal, qui bénéficient de surcroît d’une volatilité contenue. L’univers du crédit de la catégorie investissement qui s’est récemment déprécié et les obligations à haut rendement moins sensibles à une future remontée des taux seront à privilégier également. Enfin, les obligations indexées sur l’inflation offrent une bonne porte d’entrée dans un scénario où les prix des matières premières ont touché un point bas.