Le blog de Patrick Artus

25 % : l’écart de coût salarial unitaire de l’industrie entre la France et l’Espagne

Option Finance - 18 novembre 2013 - Partrick Artus - Natixis

Le problème de l’Espagne n’a jamais été, à la différence de ce qu’on observe en France et en Italie, un handicap de compétitivité-coût. La crise espagnole vient de l’explosion de la bulle immobilière du crédit en 2008, qui coûte à l’Espagne plus de 20 % de ses emplois.

La compétitivité-coût de l’Espagne était déjà nettement meilleure avant la crise que celle de l’Allemagne, de la France et de l’Italie, et comme depuis le début de la crise le coût salarial unitaire de l’industrie a baissé de 12 % en Espagne, avec un fort redressement de la productivité, il est aujourd’hui 25 % plus faible que celui de la France.

La comparaison de la France et de l’Espagne est d’ailleurs intéressante, puisque les niveaux de gamme de la production industrielle des deux pays sont assez proches. Le niveau de gamme de l’Italie est plus élevé, celui de l’Allemagne est beaucoup plus élevé.

Les premiers effets de cette forte compétitivité-coût de l’Espagne se voient aujourd’hui : investissements étrangers très importants, gains de parts de marché à l’exportation. L’effet sur la France risque d’être très sérieux : comment résister à un pays où une heure de travail dans l’industrie (charges sociales comprises, sans correction pour la productivité) coûte 22 euros, alors qu’elle coûte 36 euros en France ?