Le blog de Patrick Artus

Fed : ne pas s’inquiéter de la hausse des taux

Option Finance - 2 novembre 2015 - Patrick Artus, chef économiste, Membre du comité exécutif de Natixis

Même s’il n’y a pas de certitude, il est très probable que la Réserve fédérale remonte ses taux d’intérêt directeurs à partir de décembre. Beaucoup s’en inquiètent. Plusieurs raisons incitent à se montrer moins pessimiste.

D’abord, avec une croissance 2016 qui s’annonce modeste, seulement légèrement supérieure à 2 %, et une inflation restant inférieure à l’objectif de 2 %, la hausse des taux d’intérêt de la Fed ne peut être que lente, et conduisant à un taux d’intérêt maximum faible, probablement autour de 2,50 % dans deux ans.

Deuxièmement, elle devrait entraîner une hausse très faible des taux à long terme. Compte tenu du lien historique entre taux d’intérêt à court terme et à long terme, le taux d’intérêt à dix ans sur les Treasuries devrait monter très peu, d’un peu plus de 2 % aujourd’hui jusqu’à une fourchette de 2,50-2,75 %. Cela est une bonne nouvelle pour les emprunteurs en dollars, en particulier dans les pays émergents. La dette en dollars en dehors des Etats-Unis atteint 13 000 milliards de dollars, mais une partie très importante est à long terme, très peu affectée donc par les hausses des taux.

Troisièmement, la liquidité va rester extrêmement abondante aux Etats-Unis. La base monétaire est voisine de 4 600 milliards de dollars ; les réserves excédentaires des banques auprès de la Réserve fédérale sont supérieures à 2 500 milliards de dollars. Même si la Fed doit réduire la base monétaire de quelques centaines de milliards de dollars pour augmenter ses taux directeurs, la liquidité excédentaire restera considérable.

Tous ces éléments incitent à ne pas s’inquiéter du passage à une politique monétaire moins expansionniste aux Etats-Unis.