Le blog de Patrick Artus

Les déficits extérieurs des pays émergents en crise : de 4 % à 12 % du PIB

Option finance - 24 février 2014 - Patrick Artus

Certains analystes ont été surpris par l’apparition à nouveau d’une crise de balance des paiements dans de grands pays émergents : Brésil, Turquie, Inde, Afrique du Sud, Indonésie. Les investisseurs devenant plus prudents, plus sensibles aux risques liés à ces pays, les flux de capitaux vers ces pays émergents ont considérablement faibli, en particulier les investisseurs dans les marchés d’actions de ces pays, d’où la forte dépréciation de leurs devises. Mais quelle est l’origine fondamentale du problème ? Ces pays montrent depuis le début des années 2010 un déficit extérieur (de leur balance courante) croissant : 4 % du produit intérieur brut au Brésil et en Indonésie, 6 % en Afrique du Sud, plus de 10 % en Inde et en Turquie.

Il n’est pas étonnant que, à un certain niveau de déficit extérieur, les investisseurs aient commencé à s’inquiéter et à arrêter leurs nouveaux investissements dans ces pays. Le problème fondamental est un déséquilibre macroéconomique massif : alors que les productions industrielles de ces cinq pays émergents stagnaient avec l’insuffisance des ressources en emplois qualifiés, de la production d’électricité, des infrastructures de transport, la demande intérieure était stimulée par des politiques monétaires très expansionnistes et la croissance du crédit (15 à 20 % par an dans tous ces pays), d’où l’exposition des déficits extérieurs.