Le blog de Philippe Waechter

L'analyse de Thierry Waechter

La dette publique a changé de statut

Option Finance - 12 juin 2020

Depuis la rupture Lehman, la dette publique a changé de statut. De façon classique, la soutenabilité de la dette reflétait la capacité des Etats à faire face à son accumulation. En France, par exemple, la hausse tendancielle de la dette publique avant 2007 était le résultat d’un modèle social trop coûteux par rapport à ce que l’économie pouvait produire. Des réformes structurelles pouvaient alors avoir du sens lorsque la dette dérivait trop fortement. Avec Lehman en 2008 et la crise sanitaire de 2020, l’endettement public est désormais perçu comme un instrument de mutualisation des conséquences de ces chocs dans le temps. 

Ces deux approches présentent des différences majeures. A commencer par leur causalité. Dans le cas classique, la dette publique apparaît comme la conséquence d’un système incapable de s’équilibrer de façon autonome. Dans le cas actuel, c’est un instrument de mutualisation que l’on adopte pour lisser un choc dans la durée et éviter un ajustement trop brutal au moment de sa réalisation. L’autre différence est dans le rôle des banques centrales. Elles sont devenues des acteurs majeurs sur le marché obligataire. Leurs achats sont considérables, provoquant une administration des prix. Les investisseurs subissent plus qu’ils ne décident de l’évolution de la courbe des taux d’intérêt, et donc de l’arbitrage dans le temps des investissements au sein des économies. 

Cette seconde approche va vraisemblablement perdurer et la dette publique restera élevée pour longtemps, car les pays occidentaux ont un potentiel de croissance limité. En conséquence, les banques centrales seront actives et les taux d’intérêt très bas, très longtemps.